07/12/2011 : Ze Show !! n°35 est disponible !!      05/11/2011 : ChallengeVD: Winter quiz 2011-2012      06/10/2011 : Ze Show 111 en ligne !      28/09/2011 : Ze Show !! n°110 en ligne !!      23/09/2011 : Ze Show !! n°109 disponible !!!     




1956

 

 Le Grand National et la Convertible Division font ménage à deux pour le plus grand bonheur des fans.

 

Partie n°1/2 : La saison des Convertibles.

(Partie n°2/2 : La saison du Grand National.)

 

jj 

Peinture de Gary Hill.

L’introduction va être longue mais est nécessaire pour comprendre le cheminement ayant abouti à la création de la division des Convertibles.

Depuis sa création la NASCAR ne possédait entre 1949 et 1954 qu’une série nationale. En 1955 une deuxième division nationale est crée, la Short Track Grand National Division. Il s’agit en fait d’une division reprenant les voitures d’avant 1949 avec même des modèles de la fin des années 30. Cependant de larges modifications sont autorisées. Cette série n’est nationale que de nom car elle se cantonne quasi exclusivement dans le Sud et le centre (axé vers l’Est) du pays. Les pilotes ne sont pas des stars et le niveau est tellement différent entre ses « purs amateurs » et leurs compères du Grand National que lorsque ceux-ci viennent faire une pige ils les écrasent à plate couture.

 Cette série fut crée par Bill France seulement pour répondre favorablement aux demandes de plus en plus nombreuses de villes souhaitant recevoir une course de NASCAR. En 1955 il y eu pas moins de 100 requêtes mais Grand National (45) et Short Track (31) le nombre total de courses ne parvient qu’à 76. Bill France déclara qu’il n’était pas contre l’idée de porter à 50 le nombre de courses en GN mais que de toute façon cela ne réglerait pas complètement le problème.

 Seulement voilà la série Short Track n’a jamais su attirer les foules au cours de sa première saison. Augmenter son calendrier pour 1956 sera difficile.

 L’occasion du siècle se présentera presque par hasard à Bill France qui en bon visionnaire ne la laissera pas passer. En effet on se souvient que durant la saison 1954 certains pilotes quittèrent la NASCAR pour « incompatibilité de point de vue ». Fonty Flock, une des stars de la NASCAR rejoignant la nouvelle organisation SAFE (Society of Autosports, Fellowship and Education) dirigée par Harry Redkey et Charles Scharf. L’histoire de la SAFE ayant débuté en 1950 dans l’Indiana. Elle se voulait promotrice de la sécurité routière via la communication et cela en comprenant la course automobile. En 1955 la SAFE crée ses premiers vrais championnats, une série faisant courir des voitures avec toit (hard top) nommée Late Model Hard Tops proche du GN, une série de Modified (Modified class) proche de la série Short Track et une série faisant courir des Convertibles (décapotables) qui se nomme Convertible All Star Circuit of Champions. Courue essentiellement dans le Midwest en ouverture des courses de l’AAA ou de l’IMCA, bref des courses de monoplaces de type Indycars. La SAFE innove aussi dans sa façon de promouvoir ses jeunes pilotes. En effet elle crée un système propre pour faire accéder les débutants qui le méritent aux courses des catégories supérieures. Comment ? En fait un débutant doit obligatoirement démarrer sa carrière dans la Novice class (des vieilles modified usagée d’ou le surnom de ses pilotes, les « jalopies », littéralement pilote de vieilles bagnoles). Dès qu’un pilote arrive à remporter 5 courses il est automatiquement propulsé dans les classe supérieure la Modified class (même voiture mais avec des pilotes ayant plus d’expérience). Ensuite dès qu’un pilote arrive à remporter 5 victoires il est propulsé dans la catégorie reine celle des Late Model Hard Tops.

 jj

Une course de la division des débutants (Jalopy) disputée en 1955 à Toronto sur le circuit du Canadian National Exposition. Notez la présence de l’ambulance suite au crash.

 La série des convertibles, la Convertible All Star Circuit of Champions est une catégorie n’acceptant dans ses rangs que des pilotes ayant au moins remporté 5 victoires en Late Model Hard Tops (en 1954 et ou dans l’année en cours 1955). En 1955 le championnat des convertibles ne se déroule qu’avec peu de pilotes et débute le 1er mai. Bill Brown remporte la course. Notons que ce pilote ne fera dans sa carrière qu’une seule course en NASCAR en 1956 à Darlington. En juin 1955 Bill France va même être le co-promoteur de la course disputée à Winston Salem sur le Bowman Gray Stadium. 6800 spectateurs assistent à la course et Bill France voit de ses propres yeux l’engouement suscité par ce type de course. En effet l’avantage des courses de décapotables est de permettre aux spectateurs de pouvoir jouir d’une excellente vue sur le travail au volant du pilote.

 C’est Don Oldenberg qui sera déclaré champion 1955. 

jj 

Don Oldenberg sur Buick champion 1955.

 Bill France est emballé par les convertibles mais il estime que créer une nouvelle division en NASCAR qui plus est concurrente de celle existant chez SAFE serait trop difficile et il renonce au projet.

Cependant pendant l’intersaison Bill France organise plusieurs compétitions pour Redkey et Scharf et les trois hommes discutent beaucoup entre eux. Redkey qui est l’homme chargé d’organiser les courses pour la SAFE passera avec Bill France un accord tacite fin novembre et après des tractations d’ordres juridiques et techniques l’annonce est faite publiquement le 22 décembre 1955. La SAFE (pour ce qui est des courses autos) fusionne avec la NASCAR. C’est fait, il y aura donc une division de convertibles en NASCAR et ce dès 1956. Les autres championnats de la SAFE sont soit purement et simplement abandonné (les 2 championnats Modified) ou régionalisé (pour le Hard Tops). La « grande » NASCAR passe de 12000 à 18000 licenciés, aura près de 2000 courses toutes catégories confondues et cela sur 275 circuits différents. Plus de $2 millions de gains offert pour les courses et ce partout aux USA ou presque car Bill France ne désespère pas coloniser un jour certains états du nord west.

 Redkey est nommé directeur de course de la nouvelle NASCAR Convertible Division. Scharf rejoignant E.G. Cannonball Baker à la tête de la commission technique de la NASCAR.

Bill France va même trouver une astuce supplémentaire en offrant le titre honorifique de champion en titre de la NASCAR Convertible Division à Don Oldenberg histoire de crédibiliser encore plus la nouvelle série aux yeux du public.

 La NASCAR peut donc satisfaire plus de promoteurs avec l’adjonction de cette 3ème série nationale. Aujourd’hui on pourrait comparer la division des convertibles à la Craftsman Truck Series en terme d’importance. Bill France va aussi tenter de faire rouler sur plusieurs week-end de course deux ou même les trois séries ensembles. Le Short Track le vendredi, la Convertible le samedi et le Grand National le dimanche.

 Avec pas moins de 144 courses au niveau national (56 GN, 47 Convertible et 41 Short Track) cela satisfera au maximum les demandes toujours croissantes de promoteurs désireux d’avoir leur course sous l’égide de la NASCAR.

 L’implication de la Ford Motor Company va s’accroître en 1956 avec pas moins de $2 millions de budget alloué à la course automobile « stock car ». Un budget faramineux pour l’époque. C’est Peter DePaolo qui est chargé du programme Convertible avec l’aide du mécanicien de génie Red Vogt. Pourtant le sort va s’acharner sur eux car durant le mois de janvier des pluies torrentielles vont fortement endommager les installations de DePaolo Engineering. Une fois les pluies terminées c’est un incendie qui va ravager ses ateliers. Malgré tout cela le travail sera fait et bien fait car l’argent de Ford va outre le fait de réparer les dégâts permettre à Curtis Turner d’offrir les 3 premières victoires à Ford. Mais bon tout cela va être développé maintenant.

 Notes supplémentaires :

 La division Convertible va dans certains états que le GN ne fréquente pas.

Note : les courses sont nommées GN (Grand National = Cup actuelle) et C (Convertible).

Convertible = décapotable et est l’inverse de Hardtop.

 En Convertible la NASCAR impose de faire des ravitaillements sous drapeaux verts de minimum 20 secondes. Si le pit est plus court le pilote doit patienter jusqu’à la 20ème seconde avant de redémarrer. En cas de non respect de cette règle un stop and go sera appliqué.

 La division Short Track ne sera pas développée en raison de sa tournure très rapide vers la régionalisation. De plus elle n’accueillit que rarement des pilotes stars et pour finir elle n’attirait pas les foules. Cette division disparaîtra en donnant naissance à une multitude de championnats régionaux (style Busch North Series, West Series,… comme c’est encore le cas de nos jours).

 C Course n°1 : « Course inaugurale »

 Le samedi 25 février le 1er rendez-vous de l’histoire de la nouvelle division NASCAR Convertible a lieu à Daytona, FL, en prélude de la course GN. Les 28 pilotes auront la même distance à parcourir soit 160 miles (39 tours). Il y a 27 convertibles et 1 hardtop*

La pole est pour Joe Weatherly (Ford). En fait seuls les 13 premiers vont faire la qualification (le mile départ arrêté). De la 14ème à la 27ème place c’est un tirage au sort qui va déterminer la grille. La 28ème place étant d’office attribuée à la hardtop.

 jj

Bob Pronger (Ford) terminera 14ème.

 Dès le départ Weatherly s’empare de la tête. Il mène facilement mais son coéquipier chez DePaolo Engineering Curtis Turner (parti 14ème) revient comme une balle et lui prend le leadership au 6ème tour. Weatherly connaît un début de surchauffe et il devra d’ailleurs abandonner au 20ème tour. Sa surchauffe étant due à la casse de sa pompe à eau.

Turner déroule et va gagner cette 1ère course avec plus d’un tour d’avance sur son autre coéquipier Fireball Roberts et empoche la jolie somme de $3,525. Herb Thomas est 3ème sur sa Chevrolet. Le 4ème est Danny Letner qui a relayé Marvin Panch sur la Dodge de ce dernier lors de son second ravitaillement. Panch qui dès le départ avait pris du retard obligé qu’il fut de changer son distributeur. Ses mécaniciens ayant récupéré celui d’une voiture identique d’un spectateur.

Le champion 1955 de la SAFE Don Oldenberg pourtant parti 3ème à du renoncer et est classé 23ème. Les anciens pilotes SAFE ont d’ailleurs eu beaucoup de mal face aux stars de la NASCAR. Le mieux classé étant Red Duvall (Buick) à la 6ème position.

 jj

Joe Weatherly à la poursuite de Curtis Turner.

 * L’histoire du jour est celle de Pete Peterson, un fabricant et vendeur de système d’air conditionné pour voiture de série habitant Chicago. Il a demandé la permission de tester ce système en course et Bill France va lui refuser l’accès à la course de GN. Mais un bon prince il va lui autoriser à prendre le départ de la course des convertibles malgré que son système était monté dans une Ford ayant un toit ! Il du s’élancer dernier et parviendra à terminer 10ème. Sa voiture beaucoup plus lourde que la concurrence ayant bénéficié des abandons. Cela dit le système a montré son avantage et il va être autorisé à le vendre aux écuries de GN à partir de la course de Darlington réputée pour se courir régulièrement sous un fort soleil.

 Au championnat Turner marque 500 points, Weatherly 480,…

jj

 C Course n°2 : « la parade de Turner »

 Il faut presque attendre 1 mois pour retrouver la division des convertibles. Le dimanche 18 mars c’est Charlotte, NC qui accueille 22 pilotes pour une course de 100 miles. 

Le poleman est Paul Goldsmith sur sa Chevrolet préparée par Smokey Yunick. Il devance Curtis Turner, Joe Weatherly et Fireball Roberts, les 3 sociétaires de De Paolo. Herb Thomas est absent, préférant se concentrer sur le championnat GN.

 La course démarre bien sauf pour Joe Weatherly qui va encore connaître un problème mécanique au 48ème tour. Un seul accident, sans gravité, sera à déplorer au 54ème tour quand Larry Frank détruit son Oldsmobile en passant au travers de la palissade en bois bordant la ligne droite arrière.

Devant Curtis Turner a vite pris la mesure de ses adversaires et il va gagner sa 2ème course avec une fois encore plus d’un tour d’avance. Il devance encore son coéquipier Fireball Roberts. Le 3ème est le meilleur des ex pilotes SAFE Darel Dieringer (Buick) qui conduit la 2ème voiture de l’écurie de Don Oldenberg. Bob Welborn (Chevrolet) est 4ème juste devant le poleman Goldsmith qui n’a pu suivre le rythme en course.

 Au championnat Turner gagne cette fois-ci 8 points de plus que Roberts, portant son avance à 28 unités.

 jj 

Curtis Turner devant Fireball Roberts (photo de Winston-Salem).

 C Course n°3 : « Hat trick pour Turner »

 Le dimanche 25 mars on reste en Caroline du Nord pour aller sur l’Orange Speedway d’Hillsboro. Une course de 99 tours de cette piste de 0,9 mile en terre. 19 inscrits. Fireball Roberts et Bob Welborn sont absent.

La pole est pour le leader du championnat Curtis Turner. Il précède son coéquipier Joe Weatherly.

 La course démarre bien pour Turner mais il va subir les assauts répétés de Jimmy Thompson (Mercury) pendant les 20 premiers tours. Thompson va devoir lever le pied car il ne se sent pas bien. Au 42ème tour Larry Odo part en tonneau avec sa Chevrolet. Il sort indemne du crash et va même relayer le nauséeux Thompson et terminer 11ème. Juste après le restart au 48ème tour Gwyn Staley (Chevrolet) s’empare du commandement mais il va devoir rendre le leadership à Turner au 63ème tour quand il ravitaille. Turner va alors se diriger vers sa 3ème victoire consécutive en autant de courses et marquer les 200 points de la victoire. Il devance une fois encore un coéquipier, Weatherly ce coup-ci. Staley termine 3ème.

 Avec maintenant 228 points d’avance sur Roberts, Turner est solidement ancré à sa place de leader au général. Welborn ne figurant même plus parmi les 20 premiers.

 jj

Inspection technique (photo de Daytona).

 C Course n°4 : « La guerre des pneus »

 Après 3 courses sur piste en terre on va maintenant entamer un autre exercice avec 3 pistes en asphalte. Le dimanche 8 avril le Champion Raceway à Fayetteville, NC accueille 18 pilotes. C’est un minuscule ovale de 0.333 mile et il faudra le parcourir 150 fois (50 miles). Fireball Roberts annonce qu’il ne participera plus à ce championnat cette année ce concentrant sur le GN. Ici Bob Welborn est de retour et bien lui en prend car il signe la pole position.

En fin de matinée il y a deux petites courses de 25 tours (8,325 miles) ne comptant pas pour le championnat. Curtis Turner et Jimmy Massey en remporte chacun une.

 La course va enfin être disputée dans cette catégorie. Avec plusieurs leaders, les 4500 spectateurs vont en avoir pour leur argent. Welborn mène les 22 premiers mais Turner parti 8ème revient si fort qu’il prend le commandement au 23ème passage. Mais alors qu’il est en tête, son pneu avant droit explose propulsant sa Ford Starliner droit dans le mur en béton ceinturant la piste. C’est l’abandon. La piste va d’ailleurs être meurtrière pour les pneus et pratiquement tous les pilotes vont connaître les affres de la crevaison. Il y aura pas moins de 8 abandons dûs aux conséquences d’une crevaison du pneu avant droit. Faut dire que le tourniquet impose des contraintes jamais rencontrées jusque là. Jimmy Massey (Chevrolet) fait le forcing derrière Welborn et à peine est-il parvenu à le dépasser que sa voiture commence à sous virer. Welborn repasse leader 2 tours après. Massey va même finir par crever à trois tours de la fin mais il va décider de rester sur la piste car il compte 5 tours d’avance sur le 3ème Darel Dieringer (Buick). Welborn n’étant plus menacé il remporte avec 15 secondes d’avance sa 1ère victoire de l’année. Seulement 6 voitures à l’arrivée.

 Malgré son abandon Turner conserve la tête du championnat avec 308 points sur Roberts.

jj 

Bob Welborn remporte la 1ère course sur asphalte de l’année.

  C Course n°5 : « Coup d’essai, coup de maître »

 Le jeudi 12 avril c’est en Georgie près d’Atlanta sur la piste de Peach Bowl que 21 pilotes se retrouvent. La grande nouveauté est l’arrivée de Fonty Flock chez Hubert Westmoreland pour remplacer Jimmy Massey. La piste est minuscule, il s’agit d’un quart de mile asphalté (402 mètres).

La pole, sa première, est pour Darel Dieringer sur une Dodge engagée par Oldenberg.

 La course sera mouvementée. Dès le départ Fonty Flock (Chevrolet) surgit de sa 2ème place sur la grille et s’empare du commandement. Il mène avec facilité quand dans le 39ème tour il part en tête-à-queue. Du coup Bob Welborn prend la tête mais comme beaucoup (Curtis Turner, Joe Weatherly…) il va être victime de soucis mécaniques. Du coup le poleman récupère la position de tête au 68ème des 200 tours. Cependant son avance fond comme neige au soleil face à Fonty Flock. Ce dernier va porter une seule attaque mais elle sera décisive dans le 162ème tour. Pour Dieringer c’est bientôt la fin car lui aussi va connaître un pépin mécanique mais il va réussir à sauver la 8ème place à 10 tours du vainqueur. Et pour un coup d’essai ce sera un coup de maître pour Fonty Flock. Il remporte cette course de 50 miles devant Marvin Panch (Dodge), seul pilote à terminer dans le tour du leader. Don Oldenberg (Dodge) est troisième mais à plus de 2 tours.

 Au championnat Turner, seulement 15ème ici, voit revenir sur lui Oldenberg à 256 points.

 C Course n°6 : « La balance « Panch » en sa faveur » 

 Le dimanche 15 avril c’est à Montgomery, AL, sur le speedway éponyme que 23 pilotes ont rendez-vous. Il s’agit d’un demi mile asphalté.

La pole est pour Bob Flock sur une Chevrolet engagée par Hubert Westmoreland. Le « vieux » Bob ne fait plus que quelques courses par-ci par-là mais reste toujours dans le coup.

 La course ne va par contre pas sourire du tout à Bob Flock qui dès l’agitation du drapeau vert se fait déborder par Marvin Panch (Dodge) et Curtis Turner (Ford). Le 1er abandon est à mettre à l’actif du pilote de l’Illinois Bob Pronger au 6ème tour sur casse moteur (Ford), ce dernier n’ayant plus participé à une course en NASCAR (niveau national) depuis 1953.

Panch contrôle la course tandis que Bob Flock abandonne au 75ème tour et il ne sera pas le seul car au final il n’y aura que 7 pilotes à l’arrivée sur 23. Une vraie hécatombe, les convertibles semblent bien fragiles. Devant Bob Welborn (Chevrolet) remonte patiemment et va même prendre la tête un bref instant pendant que Panch ravitaille. Par la suite Panch ne sera plus inquiété et il va remporter sa 1ère victoire dans la catégorie et en NASCAR. Il devance Welborn qui grappille du coup encore des points au championnat à Turner (4ème). Don Oldenberg (Dodge) est une fois encore le meilleur des anciens pilotes « SAFE » avec la 6ème place.

 Au championnat Turner reste leader avec 244 points mais sur Panch qui a passé Oldenberg pour la 2ème position.

jj 

Herb Thomas en action (photo de Daytona). Notez l’absence d’arceau de protection.

 C Course n°7 : « Welborn échappe à la crevaison »

 Le dimanche 22 avril c’est à Hickory, NC, sur un dirt track de 0.4 mile que se dispute une épreuve pauvre en participant. En effet le même jour la GN se produit à Langhorne, PA, et du coup il n’y a que 14 pilotes engagés en Convertible.

La pole est pour Frank Mundy sur une Dodge engagée par l’excentrique Carl Kiekhaefer qui engage ici une voiture pour la 1ère fois dans cette catégorie.

 La course démarre bien pour Mundy alors que durant les tours de chauffe Darel Dieringer avait du renoncer suite à la casse de sa transmission. Ils ne sont donc que 13 à réellement participer à la course. Mundy va très rapidement connaître un souci avec sa pompe à eau et au 26ème tour il doit laisser passer Bob Welborn (Chevrolet). Mundy qui va même abandonner au 40ème tour. Welborn ne laissera la 1ère position à Joe Weatherly qu’au 140ème tour et cela suite à son ravitaillement. Pas de chance pour Weatherly qui crève un pneu sur sa Ford et il doit faire un ravitaillement supplémentaire au 174ème tour. Il va en perdre 4 dans la manœuvre permettant à Welborn de se diriger vers sa 2ème victoire de la saison devant Don Oldenberg (Dodge) et Larry Odo (Chevrolet). Weatherly termine 4ème. Et Curtis Turner dans tout cela ? Il a du abandonner au 102ème tour suite à un crash consécutif à une crevaison et sera classé 11ème. Il n’y a que le top5 qui est passé sous le drapeau à damier !

Il est à noter que malgré cela Welborn remporte la course en 1 h et 13 sec à la moyenne extraordinaire de 79.712mph, soit plus de 10 miles plus vite que la pole (69.398 mph) !!!

 Au championnatTurner reste leader mais devant Odo pour 214 points, suivent Oldenberg, Panch et Welborn entre dans le top10 grâce à cette victoire.

 jj

Frank Mundy en pole sur sa Dodge.

 C Course n°8 : « Odo seul au monde ? »

 Le samedi 28 avril on change de Caroline pour passer du Nord au Sud sur le demi mile en terre de Lancaster. 22 pilotes engagés.

La pole pour Gene Blair sur Mercury.

 La course va être un véritable massacre pour les mécaniques. Le seul crash sera à mettre à l’actif du poleman Blair au 129ème tour. Toutes les pannes imaginables vont décimer les concurrents au point que Larry Odo (Chevrolet) va remporter la course devant Dick Joslin (Dodge), Art Binkley (Plymouth) et… c’est tout !!! Il n’y a que 3 pilotes qui arrivent tant bien que mal à rallier l’arrivée. Le plus malchanceux étant Don Oldenberg (Dodge) qui crève un pneu à 2 tours de la fin et doit se contenter de la 4ème  place alors que la victoire lui semblait promise. A un moment donné de la course il n’y avait d’ailleurs que Odo qui roulait sur le circuit, tous les autres étaient aux stands. Il réussira donc à remonter un déficit de plusieurs tours pour finalement gagner avec 1 tour d’avance. C’est sa 1ère victoire et il ne le sait pas encore dernière victoire de l’année. Il est le 1er ex pilote de la SAFE à remporter une course de NASCAR.

 jj

Larry Odo (c’est écrit !).

 C Course n°9 : « Welborn joue au lièvre et à la tortue »

 Dès le lendemain, dimanche 29 avril on retourne en Caroline du Nord sur le Greensboro Fairgrounds. Un petit ovale en terre de 0.333 mile. Malgré une course en GN le même jour à Richmond il y a du monde engagé avec un total de 20 pilotes.

Joe Weatherly (Ford) réalise la pole devant Gwyn Staley (Chevrolet) et Curtis Turner (Ford) qui est bien malchanceux ces derniers temps en course.

 La course va être démoniaque !! Les leaders successifs que seront Weatherly et Turner terminant leur course dans les barrières bordant le circuit. Au 59ème tour Welborn se retrouve leader un peu par chance car il n’est pas du tout le plus rapide en piste et il va tout faire pour résister aux assauts de Gwyn Staley. Welborn remporte une nouvelle victoire, sa 3ème (et dernière) de l’année ave 3 petites longueurs d’avance sur Staley. Glen Wood (Ford) est 3ème à un tour alors que le canadien Norman Schihl (Ford) pour ses débuts termine 4ème. Notons encore Art Binkley (Plymouth) à la 5ème place et on en a terminé avec les rescapés !! 5 pilotes seulement ont ralliés l’arrivée. Bill France a peur que le public se désintéresse de cette catégorie car sur la piste le spectacle est quasi inexistant tant les abandons sont nombreux. Mais on le verra il y aura encore pire à l’avenir. 

 jj

Bob Welborn mène devant Gwyn Staley. Norman Schihl, 3ème sur la photo est à 10 tours.

 C Course n°10 : « Mundy et Kiekhaefer au top »

 Le dimanche 6 mai, direction le New Jersey et le Old Bridge Speedway, un demi mile asphalté. 21 pilotes engagés et combien à l’arrivée ?

Pendant la séance d’essai libre Curtis Turner casse la transmission de sa Ford. Pete DePaolo décide illico de lui confier la voiture de son second pilote Joe Weatherly pour le reste de la journée. Turner pouvant ainsi défendre ses chances au championnat tandis que Weatherly regardera la course depuis les stands.

La pole pour le journaliste/pilote Mel Larson sur sa Ford très colorée (bleue et jaune). Larson qui travaille pour le « National Speed Sport News » a ici l’occasion de faire un reportage de l’intérieur.

 La course démarre mal pour Larson qui va se faire déborder avant la fin du 1er tour par 3 pilotes. Danny Letner (Dodge) ayant quelque peu volé le départ depuis sa 4ème position sur la grille va mener le 1er tour. Il ne sera pas pénalisé. Frank Mundy est de retour sur sa Dodge toute blanche de l’écurie Kiekhaefer et il est littéralement collé au pare choc arrière de Letner. Il trouvera finalement l’ouverture à l’entame du 36ème tour. Une fois en tête Mundy va petit à petit creuser l’écart sur Letner au point de lui prendre un tour peu avant l’entame du dernier quart de la course.

 Mundy va remporter sa 1ère victoire dans la catégorie tout comme son propriétaire Carl Kiekhaefer. Il devance Letner et Allen Adkins le coéquipier de Letner chez Tom Harbison. Turner termine 5ème et conserve la tête du championnat pour 120 points face à Odo (7ème).   

 jj

Mel Larson avait fait la pole mais terminera 13ème.

 C Course n°11 : « Kiekhaefer présent, Kiekhaefer gagnant »

 Le samedi 12 mai c’est sur le superbe ovale apshalté d’un mile de Raleigh, NC, que 18 pilotes ont rendez-vous.

La pole pour Frank Mundy, sa 2ème de l’année.

 La course s’annonce belle sur cette piste rapide et les tribunes sont pleines de quelque 7000 spectateurs. Dès le départ Mundy se porte en tête devant Jimmy Massey (Chevrolet). Massey avec sa stratégie de pit décalée va même mener la course pendant 6 tours (63ème au 68ème) puis il rendra la tête à Mundy lors de son pit stop. Mundy mène facilement devant Massey et Weatherly mais ce dernier va connaître une drôle de mésaventure quand à 18 tours de la fin tour son moteur prend feu. Les flammes rentrent dans l’habitacle mais il en faut plus pour lui faire peur. Il ralentit sur le bord de la piste et il va recevoir l’aide de Ralph Liguori (Mercury). Liguori qui fait ici sa 1ère course en Convertible va gentiment pousser Weatherly jusqu’à son stand. Une fois l’incendie maîtrisé, ne pouvant que constater les dégâts Weatherly se rend à l’évidence il doit abandonner.

Mundy remporte sa 2ème victoire consécutive devant un surprenant Jimmy Massey et Glen Wood (Ford). Curtis Turner est 4ème devant Bob Welborn. Larry Odo n’ayant pu faire mieux que 10ème il perd 48 points au championnat pour maintenant se retrouver à 168 points de Turner.

 C Course n°12 : « Letner met la pression et gagne »

 Le dimanche 20 mai, la série Convertible se produit sur le terrible « virage à gauche » de Langhorne, Pennsylvanie. Une course richement dotée pour la série car le vainqueur empochera $1,750 soit plus du double qu’habituellement pour une victoire en décapotable. Du coup la course attire 26 pilotes.

La pole pour ? Frank Mundy bien sur sur sa Dodge blanche flanquée du #503.

 La course va se résumer à une rude bataille entre Mundy et Danny Letner (Dodge). Ils vont s’échanger le commandement à 8 reprises. La dernière fois sera au 97ème tour quand sous la pression de Letner, Mundy va partir en tête-à-queue et taper la barrière de sécurité. C’est l’abandon. A ce moment là Letner qui avait terminé dernier à Raleigh va réussir à rallier l’arrivée et ce en vainqueur. Il devance de plus d’un tour Jimmy Massey. La course aura été un véritable « destruction derby » car pas moins de 8 pilotes vont se crasher et si on rajoute les pilotes victimes de problèmes mécaniques le décompte des survivants est rapide. Ils ne sont que 6 à recevoir le drapeau à damier. L’abandon le plus notoire est celui de Curtis Turner (22ème) car il perd gros dans cette course à fort ratio de points. Larry Odo en terminant 4ème va lui ravir le commandement au championnat avec 120 points d’avance.

jj 

Danny Letner en plein effort remporte la course.

 C Course n°13 : « Turner opportuniste »

 La Virginie accueille en ce vendredi 25 mai la 13ème manche. C’est la curieuse piste du Starkey Speedway à Roanoke d’un demi mile en terre qui va servir de terrain de jeu au 18 pilotes engagés. Curieuse ? Oui car ses lignes droites sont légèrement courbées mais dans le sens inverse (courbées vers l’intérieur). D’ailleurs la piste sera refaite en 1958 pour accueillir le GN et remise dans sa configuration d’un quart de mile d’origine comme lors de sa construction en 1950. Mais pourquoi avoir modifié la piste pour cette année ? Aucune idée mais elle va se faire critiquer par les pilotes et les spectateurs !

 Bob Welborn réalise la pole, sa 2ème de l’année. La course ne sera guère palpitante car la piste ne favorise pas les dépassements, rendant même cette tâche très ardue. C’est donc à la queue leu leu que les pilotes se suivent. Au 175ème tour Roy Atkinson crashe sa Dodge et cela va engendrer une sacrée perturbation chez les officiels. Le chrono est arrêté mais les pilotes roulent encore…. Bref au final il n’y aura pas de scoring officiel (moyenne, durée de la course). On ne sait pas non plus quand Curtis Turner a dépassé Welborn, c’était lors du yellow consécutif à l’accident d’Atkinson mais à quel tour ? Entre le 175ème et le 190ème. Turner va donc dépasser Welborn et même lui mettre un tour pendant le yellow. Quelle confusion ! Toujours est-il que lors du restart Allen Adkins va subtiliser la 2ème place à Welborn qui va même perdre un autre tour suite à un problème moteur. Turner remporte sa 4ème victoire de l’année. Il devance Adkins, Welborn, Jimmie Lewallen et Jimmy Massey (tous deux sur Chevrolet). Larry Odo ne termine que 9ème et voit son avance au général fondre à 56 points sur Turner.

 C Course n°14 : « Massey sans le vouloir »

 Le lendemain, samedi 26 mai, le Columbia Speedway, SC, accueille 22 pilotes.

La pole est pour Curtis Turner sur sa Ford. Est-ce le retour aux affaires pour Turner ?

 La course va être une hécatombe, crash et casse mécanique en pagaille vont décimer le peloton. Turner va mener tranquillement la course depuis la pole quand au 72ème tour son moteur rend l’âme. La fragilité des Ford de DePaolo est inquiétante. Du coup Bob Welborn se retrouve leader mais il doit batailler dur contre Jimmie Lewallen et Possum Jones (Chevrolet tous les 3). Une fois les ravitaillements effectués Welborn n’a plus d’adversaire direct et déroule tranquillement vers le drapeau à damier. C’était sans compter sur la défaillance de son moteur. Il ne reste que 9 tours sur les 200 quand il doit renoncer. C’est le surprenant Jimmy Massey (Chevrolet) qui se retrouve un peu par hasard en tête. Il faut dire qu’il a su échapper aux ennuis mécaniques. Il remporte donc sa 1ère victoire en carrière avec plus d’un tour d’avance sur Possum Jones et 2 tours sur Lewallen. Frank Mundy est 4ème et est le 1er des pilotes ayant abandonné. En tout il y a 4 pilotes à l’arrivée, le 4ème étant Bill Lang (Ford) qui termine 17ème à 136 tours du vainqueur !!

 Larry Odo le leader du championnat ayant rapidement abandonné, il est classé 18ème, il ne compte plus que 32 points d’avance sur Turner.

 jj

Jimmy Massey heureux après sa victoire surprise.

 C Course n°15 : « Welborn qui pleure, Mundy qui rit »

 Le mercredi 30 mai c’est à Kansas City, KS, au Lakeside Stadium, un demi mile en terre battue que se donnent rendez-vous 17 pilotes. C’est la 1ère fois que la NASCAR organise une course de niveau national dans cet état. Il faudra attendre 2001 et la construction du Kansas Speedway pour voir la NASCAR revenir dans cet état mal aimé des sports mécaniques. Notons l’absence de Curtis Turner et Joe Weatherly de l’écurie de Pete DePaolo.

La pole, une 1ère en carrière, est remportée par Allen Adkins sur Dodge.

 La course démarre bien pour Adkins mais c’était sans sompter sur Bob Welborn qui parti 5ème s’empare du commandement au 6ème passage. Welborn est déchaîné et il va mener un train d’enfer. Ses adversaires que l’on peut aisément nommé ses poursuivants vont tous se casser les dents en tentant de suivre le rythme de la Chevrolet #49. Les casses moteurs d’Allen Adkins, Larry Odo et même Don Oldenberg vont lui faciliter la tâche mais c’était sans compter sur un facteur : la chance. Welborn va tout simplement être victime d’une crevaison et taper la barrière de sécurité alors qu’il ne reste que 4 tours à parcourir… C’est l’abandon mais malgré tout il va être classé second derrière Frank Mundy qui au volant de sa Dodge remporte sa 3ème victoire de la saison. Welborn est classé 2ème grâce ou à cause d’une nouvelle hécatombe parmi les concurrents. Sur les 17 partants il n’y en aura que 3 à l’arrivée. Mundy le vainqueur, Bob Pronger (Buick) 3ème et Dick Joslin (Dodge) le 6ème.

 Malgré son abandon et sa 12ème position Odo porte son avance au championnat à 144 points sur Turner. Les absents ont toujours tort. Welborn fait un bond incroyable au championnat pour pointer désormais à la 3ème position à 172 points du leader.

 C Course n°16 : « Triplé Dodge »

 Le samedi 2 juin on va à Tulsa dans l’Oklahoma sur le Tulsa Fairgrounds. Un ovale en terre battue d’un demi mile. Il faut noter que c’est un autre état mal aimé de la NASCAR car hormis une course à Oklahoma City en 1954, la NASCAR ne s’est jamais produite ailleurs dans cet état au niveau national. Merci à la division Convertible qui en reprenant des pistes utilisées par la SAFE en 1955 permet à la NASCAR de s’étendre à des contrées inconnues. Seul hic dans tout cela c’est que le manque d’intérêt des spectateurs au fil du temps pour cette division va se faire éloigner le grand cirque de la NASCAR de ces états. Il y a 20 pilotes engagés.

 La pole est une fois encore pour Frank Mundy. Tandis que pour la 2ème fois d’affilée les pilotes de DePaolo sont aux abonnés absents.

La course est promise à Mundy qui va mener sans problème les 120 premiers des 200 tours. Puis après les ravitaillements il va être accroché par Allen Adkins. Ce dernier va réussir par deux fois à prendre la tête mais Mundy aura le dernier mot. Il remporte la course, sa 4ème de l’année devant Adkins et Danny Letner. Tous trois pilotant des Dodge D-500. Larry Odo est 4ème et augmente son avance à 188 points sur Welborn désormais second du championnat. Turner absent est 3ème à égalité avec Don Oldenberg à 320 points d’Odo.

 Il faut noter que sur 20 partants il y en aura tout de même 9 à l’arrivée dont le 20ème et dernier John Schipper (Mercury) qui n’aura parcouru que 21 tours sur 200 ! Le seul gros crash, heureusement sans conséquence, sera à mettre à l’actif de la star locale Angelo Howerton qui partira en tonneau avec sa Chevrolet.

 jj

Dave Hirschfield classé 15ème après son abandon au 107ème tour.

 C Course n°17 : « 4 à l’arrivée et 4 dans le tour ! »

 Le vendredi 8 juin on reste dans l’Oklahoma pour ce diriger vers Oklahoma City et le Taft Stadium, une piste de 0.250 mile (402 mètres). La terre est molle et de plus la piste qui est tracée sur un champ de course pour lévrier va s’avérer mortelle pour les mécaniques. Il y a 20 pilotes mais une fois encore manquent à l’appel les pilotes de DePaolo.

 La pole revient à Jimmy Massey sur sa Chevrolet.

Massey qui va bien débuter la course puisqu’il va mener les 68 premiers tours mais Allen Adkins va le passer suite à une première erreur de Massey. Adkins lui ne fera pas d’erreur et va filer vers sa 1ère victoire en carrière sur sa Dodge engagée par Tom Harbison. Il va devancer de justesse Bob Welborn, Frank Mundy et Danny Letner, tous dans le tour du leader mais seuls ces 4 pilotes ont terminé la course. Notons que la course fut particulièrement lente car pour faire les 50 miles (80,45 Km) il aura fallu 1 h 11 min et 28,85 sec à la moyenne de 41.969 mph.

Larry Odo ayant abandonné est classé 18ème et va perdre beaucoup de point sur son second au championnat. Welborn n’accuse plus qu’un retard de 60 points.

 C Course n°18 : « Et de 5 pour Mundy »

 Le dimanche 10 juin on retourne au Kansas à Hutchinson pour un autre ovale d’un demi mile en terre baptisé Kansas State Fairgrounds. De nouveau 20 pilotes engagés mais toujours pas l’ombre d’un pilote de DePaolo. L’écurie de Pete ayant décidé de zapper les courses disputées à l’Ouest pour mieux corriger leur problème de fiabilité.

Sur sa lancée Allen Adkins ne laisse le soin à personne d’autre que lui de signer la pole. La course va être longue puisqu’il faudra faire 125 miles soit 250 tours.  

 La course démarre fort pour Jimmy Massey qui vole copieusement le départ et pointe en tête au 1er virage alors qu’il s’était élancé 3ème. Allen Adkins ne sera finalement jamais dans le coup et renoncera sur casse moteur au 201ème tour. Il sera néanmoins classé 10ème. Devant Frank Mundy suit comme son ombre Massey et va trouver l’ouverture au 29ème passage. Il embarque avec lui Danny Letner (Dodge). Les deux hommes sont au dessus du lot et comptent rapidement plus d’un tour d’avance sur le 3ème. Letner prend le commandement sur une attaque surprise au 88ème tour. Mundy ayant perdu du temps derrière un attardé. Letner semble bien décidé à gagner la course mais sa mécanique va le trahir au 155ème tour. Du coup avec 2 tours d’avance sur tout le monde Mundy va tranquillement se diriger vers sa 5ème victoire de l’année, devenant ainsi le pilote le plus victorieux dans la catégorie. Il devance Glen Wood (Ford) et Bob Welborn (Chevrolet).

Larry Odo ayant encore cassé un moteur (19ème) il perd du coup le leadership au championnat pour 100 points face à Welborn.

jj 

Paul Goldsmith (photo de Charlotte).

 C Course n°19 : « Le hold-up de Mundy »

Le dimanche suivant, 17 juin, c’est dans le Missouri à Sedalia sur le Missouri State Fairgrounds, un bel ovale d’un mile en terre battue que 19 pilotes se retrouvent. C’est encore trop à l’Ouest pour DePaolo.

La pole pour Frank Mundy une fois encore sur sa Dodge #503 de Kiekhaefer.

 La course va être fluide de bout en bout et dominée de la tête et des épaules par Frank Mundy. Sans le moindre drapeau jaune il va pouvoir montrer l’étendue de son talent en remportant la course avec plus de 3 tours d’avance sur Gwyn Staley (Chevrolet). Welborn 6ème profite d’un nouveau pépin mécanique de Larry Odo (11ème mais qui termine quand même) pour accentuer son avantage au championnat à 140 points.

Il faut noter que la moyenne de la course est légèrement supérieure à celle de la pole (71.301 contre 71.146 mph) ce qui démontre que Mundy ne s’est pas contenté d’assurer mais à attaqué du début à la fin. Les 8500 spectateurs apprécieront la performance à défaut de bagarre.

 C Course n°20 : « Retour gagnant »

 Le vendredi 22 juin on  se dirige vers la Virgine et le petit ovale en terre de 0.333 mile de Norfolk dont la surface est pour le moins… chaotique. C’est suffisamment à l’Est pour revoir le team de Pete DePaolo. Il n’engage cependant que Curtis Turner. Kiekhaefer engage une 2ème Dodge pour Jimmy Thompson.

La pole pour le revenant Curtis Turner (Ford) devant le surprenant Bill Brown (Mercury). Pour accomplir la distance de 66.6 miles il va falloir aux pilotes boucler 200 tours de ce tourniquet. Mais au dernier moment les organisateurs décident de porter à 250 le nombre de tours et ce sans prévenir les pilotes. Cela dit si la distance passe de 66.6 à 83.25 miles les primes elles ne changent pas.

 La course va être une « Turner » il ne laissera en effet à  personne l’espoir de gagner même si Gwyn Staley (Chevrolet) terminera 2ème à une poignée de secondes. Turner fait ici un retour gagnant écoeurant au passage ses adversaires qui avaient joué les premiers rôles les courses précédentes et qui ici furent réduit au rôle de figurants. Cela dit Turner n’est pas une menace pour le leader du championnat Bob Welborn (3ème) car il comptait avant la course quelques 698 points de retard. Une fois encore la moyenne en course est supérieure à celle de la pole car au fur et à mesure des tours la piste c’est aplanie.

 C Course n°21 : « Nouveau doublé de DePaolo »

 Le dimanche 24 juin c’est sur une piste connue de la NASCAR que se produit la division des Convertibles. Le Wilson Speedway, dans la ville du même nom en Caroline du Nord, accueille 19 pilotes.

 La pole est une nouvelle fois pour Curtis Turner.

La course démarre fort pour Turner sur sa Ford et pour Gwyn Staley (Chevrolet). Le seul crash du jour interviendra au 16ème tour quand Art Binkley percute les barrières en bois avec sa Plymouth. Un fait de course étonnant va accabler Don Oldenberg. En effet la poussière si fine soulevée par les voitures va s’insinuer dans son système d’alimentation en essence et faire suffoquer son moteur l’obligeant à abandonner.

Devant Staley est passé en tête mais alors qu’il ne reste que 10 tours il crève son pneu avant droit et tire tout droit, c’est l’abandon. Turner n’en demandait pas tant et se dirige vers une nouvelle victoire avec plus d’un tour d’avance sur son coéquipier Joe Weatherly chez DePaolo.

 Bob Welborn ayant joué placé (4ème) il accentue son avance au championnat sur Larry Odo (6ème ici) à 172 points. Turner remonte 5ème mais à bonne distance puisqu’il compte encore 674 points de retard.

jj 

Art Binkley termine bon dernier après se crash.

 C Course n°22 : « L’œil du tigre »

 Le samedi 30 juin c’est la curieuse piste du Soldier Field de Chicago, IL, qui accueille les 24 concurrents engagés. Les gradins du stade sont combles de quelques 38000 spectateurs, le record pour une course de convertible en 1956. C’est une piste asphaltée de couleur rouge/brun ceinturant la pelouse du stade. En fait il s’agit d’une piste d’athlétisme ! La course aura lieu sous les projecteurs en soirée.

La pole est pour la 3ème fois consécutive à mettre à l’actif de Curtis Turner.

 Turner qui va prendre dès le départ le contrôle de la course. Le seul accident de la course aura lieu dès le 1er tour entre Dick Joslin (Dodge) et Larry Frank (Mercury). Tous deux abandonnent.

Alors qu’il roule en seconde position Tom Pistone (Chevrolet) part en tête-à-queue au 165ème des 200 tours. Il perd un tour sur Turner mais se dédouble aussitôt. Un drapeau jaune tombe pile au bon moment et il permet à Pistone de recoller à l’arrière du peloton en 2ème position toujours, seuls quelques pilotes retardataires se trouvent entre lui et Turner au restart. Pistone est déchaîné, il roule à domicile et va mériter son surnom de « Tiger » (le tigre). Car il va se ruer sur sa proie Turner et au 195ème tour il lui ravira le commandement sans laisser la moindre possibilité à Curtis de se défendre. Cependant Turner n’a pas dit son dernier mot et il va rester collé au pare-choc arrière de Pistone jusqu’à l’agitation du drapeau à damier. Pistone remporte sa 1ère victoire de l’année avec à peine 3 longueurs de voiture d’avance.

jj 

Tom Pistone dit « Tiger » sort ses griffes et remporte la course.

Larry Odo ayant terminé 4ème il réduit l’écart au championnat à 102 points face à Bob Welborn, seulement 11ème.

 jj

Dick Joslin avant le départ, il perdra vite le sourire.

 Pour la petite histoire concernant Dick Joslin, il se crasha dès le 1er tour avec Larry Frank. Sa voiture était engagée par un chiropracteur de la région et grand amateur de course automobile, William Webb. Pour sur Dick en eu besoin après la course !

 C Course n°23 : « Le chasseur de tigre »

 Le lendemain 1er juillet c’est à Flat Rock, MI, sur le speedway éponyme d’un quart de mile asphalté. 23 pilotes dont l’essentiel des gros bras ayant fait le déplacement par la route de nuit et en matinée depuis Chicago. La distance à faire ne sera que de 62,5 miles (250 tours). Notons que la piste est entièrement ceinturée de grillage métallique. Il faudra encore patienter mais c’est cette mesure qui va devenir la norme autour des ovales aux USA et ce encore de nos jours.

 La pole revient à Jimmie Lewallen sur sa Chevrolet engagée par Welborn.

Dès le départ il va vite falloir se faire une raison pour tous les pilotes. Turner ne s’est certes élancé que de la 8ème position mais il survole ses adversaires. Une fois au commandement il ne sera plus jamais inquiété. Tom Pistone le suivant à bonne distance (2 tours) lors du baisser du drapeau à damier. Turner engrange donc sa 7ème victoire de l’année mais malgré tout reste à 568 points du leader Welborn au championnat. Bob qui d’ailleurs termine 3ème ici et profite des malheurs de Larry Odo (18ème) pour reprendre 222 points d’avance au général.

 C Course n°24 : « Turner de bout en bout »

 Le 4 juillet est un mercredi et c’est aussi la fête nationale aux USA, l’Independance Day. 22 pilotes vont honorer à leur manière leur drapeau en offrant un beau spectacle sur la piste. La piste justement est à Syracuse, NY. Il s’agit d’un mile en terre dénommé New York State Fairgrounds.

La pole ? Pour Curtis Turner bien sur !! Notons que Cannonball Brown se crash en qualif et se blesse au volant de sa Chrysler. Le pilote est légèrement blessé et confie son volant pour la course à Bill Lutz qui avait fait le déplacement en spectateur suite à sa casse moteur lors de la course précédente.

jj 

Cannonball Brown après son crash en qualification.

 La course ? Pour Curtis Turner bien sur !! Il va mener de bout en bout les 100 tours et empocher le magnifique chèque de $650. Il s’agit de sa 8ème victoire de l’année. Il devance de 2 tours Don Oldenberg sur sa Buick. Larry Odo, Bob Welborn et Joe Weatherly complètent le top5. Au championnat il n’y a donc que des petits points de grappillés par-ci par-là.

La course fut interrompue à deux reprises dans les 12 premiers tours par des accidents sans gravité.

 Notons que Curtis Turner remporte sa 4ème victoire en 13 jours !

jj 

Au 4ème tour Possum Jones tape le mur mais continue.

 C Course n°25 : « Périple au Canada »

 Le rythme estival du championnat ne connaît pas de trêve car le vendredi 6 juillet c’est au Canada que 21 pilotes ont rendez-vous. Il s’agit de la 1ère excursion hors des USA pour la nouvelle division des convertibles. C’est à Toronto sur le Canadian National Exposition, une piste de 0.333 mile asphaltée que l’évènement se déroule.

 La pole est pour Tom Pistone. Turner a connu des problèmes de distributeur durant la séance libre. Il s’élancera de la 19ème position.

 Le départ est à peine donné que Turner se dirige directement au stand. Il a juste prit le départ pour empocher les points car sa mécanique est trop mal en point pour qu’il dispute la course. Roy Campbell (Chevrolet) casse son axe de transmission lors de l’agitation du drapeau vert et les malheureux Allen Adkins (Dodge) et Norman Schihl (Ford) cassent leur moteur dans le 1er tour !! Avec 4 pilotes en moins et ce avant même la fin du 1er tour la physionomie de la course va être bouleversée.

A la fin de la course il ne reste que 3 pilotes dans le même tour, Don Oldenberg (Buick) le leader, Joe Weahterly (Ford) et Tom Pistone (Chevrolet). Cela dit l’ordre ne changera plus. La piste n’étant pas propice aux dépassements.

 Pour Oldenberg il s’agit de sa 1ère victoire en 1956, lui le « champion en titre » (de la SAFE, devenue NASCAR) ne le sait pas encore mais ce sera sa seule cette saison.

Au championnat Welborn 4ème augmente son avance sur Odo (7ème) à 254 points et Turner (18ème) à 672 points.

jj 

1ère victoire de l’année pour  « le champion en titre » Don Oldenberg.

 C Course n°26 : « Weatherly enfin !! »

 Le jour suivant, samedi 7 juillet nouvelle course pour les marathoniens de la division des convertibles. 20 courageux participent à la course disputée sur le Civic Stadium à Buffalo, NY. C’est une petite piste d’un quart de mile asphaltée.

 La pole est signée par Joe Weatherly sur sa Ford de DePaolo. Il devance Oldenberg qui semble sur motivé depuis sa victoire la veille.

 La course démarre mal pour Cannonbal Brown qui casse sa transmission dès le 2ème tour répandant des pièces sur la piste. Pièces qui seront à l’origine du crash au 6ème tour de Dick Walters. Les officiels n’ayant pas jugé bon de faire nettoyer la piste en agitant un drapeau jaune.

Weatherly mène mais son coéquipier chez DePaolo, l’insatiable Curtis Turner va lui ravir le leadership au 21ème tour. Turner va ensuite dérouler jusqu’au 197ème tour quand il crève son pneu avant droit et doit s’arrêter. Weatherly n’en demandait pas tant et va faire les 3 derniers tours prudemment pour remporter sa 1ère victoire de l’année. Joe avait raison d’être prudent car Bob Welborn en tentant de la rattraper se crashe dans le dernier tour. Il est toutefois classé 4ème juste devant Turner. Glen Wood est un excellent 2ème mais à près de 2 tours du vainqueur. Larry Odo montant sur la dernière marche cu podium.

Au championnat aucun changement pour les 3 premiers.

jj 

Joe Weatherly (photo de Daytona).

 C Course n°27 : « la totale pour Turner »

 Incroyable mais il faut patienter une semaine entière pour retrouver nos gladiateurs des temps modernes ! C’est le samedi 14 juillet dans le New Jersey à Belmar que 21 pilotes participent à une course de 99,9 miles soit 300 tours de la petite piste de 0.333 mile asphaltée du Wall Stadium.

 On va la faire courte car il n’y a vraiment rien à dire sur cette course. Curtis Turner signe la pole et mène les 300 tours pour remporter sa 9ème victoire de la saison, sa 5ème sur les 8 dernières courses. Welborn 2ème, ne perd que 8 points sur Turner mais creuse encore plus l’écart sur son dauphin Odo seulement 6ème ici.

 Notons cependant qu’avec 15 pilotes à l’arrivée il s’agit du 2ème plus grand nombre de l’année. Le record étant 16 pilotes lors de la 10ème épreuve. La fiabilité des décapotables laissant souvent à désirer.

 C Course n°28 : « Nouveau doublé pour les DePaolo »

 Le samedi 21 juillet 20 pilotes se rendent à Abbottstown en Pennsylvanie sur le Lincoln Speedway. C’est la 1ère visite de la NASCAR sur cette piste et ce sera d’ailleurs sa dernière, même pour 1956 cette piste paraît déjà vétuste point de vue installations ! Pourtant avec 7600 spectateurs payants c’est une réussite. Sa configuration est très classique pour l’époque c'est-à-dire un demi mile en terre.

 La pole revient à Curtis Turner à 81.448 mph, ce qui est très rapide pour ce type d’ovale. La terre est bien dure et sa surface peu bosselée.

La course sera une formalité pour Turner et dans une moindre mesure pour son coéquipier Joe Weatherly. Turner gagnant sa 10ème victoire de la saison avec plus de 2 tours d’avance sur Weatherly. Si le team de Carl Kiekhaefer domine en Grand National, il faut bien admettre que pour la Convertible c’est DePaolo qui règne en maître.

Bob Welborn joue une fois encore placé en prenant la 3ème place et conforte son avance au championnat (214 points sur Larry Odo et 544 points sur Turner).

 jj

Curtis Turner reçoit les félicitations de Ouida Dean.

 C Course n°29 : « Oldenberg assure le spectacle »

 Le samedi suivant, 28 juillet, c’est à Fort Wayne dans l’Indiana sur le speedway du même nom que 22 pilotes prennent part à une course de 100 miles. La piste de 0.625 mile en terre au banking très relevé (entre 15 et 20° en fonction des virages) ne sera visitée que par la série Convertible dans l’histoire de la NASCAR.

 La pole est une fois n’est pas coutume à mettre à l’actif de Glen Wood qui devance les pilotes DePaolo, Turner et Weatherly de très peu. Un triplé Ford en qualification.

 Pour la course la physionomie ne sera guère différente. Des Ford et rien que des Ford en tête ! Glen Wood mène les premiers tours mais va rencontrer des petits problèmes de perte de puissance. Il doit laisser filer Turner et Weatherly pour la gagne. Malgré ses soucis mécaniques Wood est toujours plus rapide que les autres pilotes et va assurer une belle 3ème place.

Au 139ème tour un accident très spectaculaire va survenir à Don Oldenberg. Ce dernier perd le contrôle de sa Buick et s’envole par-dessus la barrière de sécurité en bois au sommet du premier virage. Il retombe près de 10 mètres plus bas dans le parking, rebondissant sur plusieurs voitures de spectateurs. Si la facture sera élevée pour les organisateurs il est étonnant de voir qu’Oldenberg ne s’en sortira qu’avec quelques égratignures et une bonne envie de vomir! Il faut dire qu’il a été bien secoué. Le drapeau rouge est de sortie et c’est bien plus tard que les officiels relancent la course pour les 21 derniers tours.

Turner et Weatherly terminent dans cet ordre pour offrir un nouveau doublé à leur team. Bob Welborn a assuré une 7ème place ne perdant que 16 points sur Larry Odo (5ème) et 48 sur Turner qui passe enfin sous la barre des 500 points (496) au championnat.

 Welborn qui déclare dans une interview qu’il va la jouer « conservateur » car de cette manière même si Turner gagne beaucoup de courses il ne saura pas refaire son retard sur lui. Et il a raison car le système de point en NASCAR à cette époque est tel qu’il faudrait à Turner bénéficier de quelques forfaits de Welborn pour le rattraper.

 Notons aussi que pour la 2ème fois de l’année 16 voitures terminent la course, égalisant le record de la série !

 C Course n°30 : « Un doublé s’il vous plaît ! »

 Le vendredi 3 août, sous les projecteurs, le Bowman Gray-Stadium de Winston Salem, NC, accueille la 30ème course. Cette piste de 0.250 mile asphaltée étant pour les 22 pilotes engagés le lieu idéal pour offrir une bagarre intense aux spectateurs. Ils sont d’ailleurs quelque 7000 à avoir fait le déplacement.

 Curtis Turner réalise encore la pole position en 47.244 mph de moyenne. Ce qui sur une piste si petite reste honorable. C’est d’ailleurs plus rapide que ce que les voitures du Grand National feront ici même 2 ans plus tard et il faudra attendre 4 ans pour que ce temps ne soit battu. Allen Adkins est arrivé trop tard pour faire les qualifs mais il est autorisé à partir bon dernier pour la course sur sa Dodge.

 La course justement va être l’occasion pour Turner de faire un nouveau cavalier seul. Il va mener les 150 tours (37,5 miles) pour s’en aller cueillir sa 12ème victoire de l’année. Il devance de peu son coéquipier Weatherly offrant ainsi le 3ème doublé consécutif pour le team. Bob Welborn qui menaça Turner pour la victoire du renoncer à 8 tours de la fin quand il cassa sa roue avant droite. Du coup il est classé 11ème et perd de gros points sur Larry Odo (4ème) et Turner.

jj 

Pré grille à Winston-Salem sur le quart de mile du Bowman Gray Stadium.

 C Course n°31 : « La 13ème de Turner »

 Le jour suivant, le samedi 4 août, on descend plus au Sud en Caroline su Sud. Le Columbia Speedway  accueille sa 2ème course de l’année. 25 pilotes sont engagés.

La pole est pour une Ford de chez DePaolo… mais c’est Joe Weatherly qui s’en est chargé ! Il devance Curtis Turner. Turner qui avait réussi la pole lors de la 1ère visite ici au mois de mai n’a pas su battre son record de la piste ce que Weatherly a fait en explosant de plus d’un mile le temps de Turner.

 La course démarre mal pour Jimmy Massey qui avait fait le 3ème temps. La transmission de sa Chevrolet rendant l’âme au 46ème tour. Massey est classé bon dernier, lui qui avait remporté la course au mois de mai est déçu car s’il avait fait le doublé une prime de $150 l’attendait…

 Devant la course est terriblement disputée entre Curtis Turner et Danny Letner (Dodge) qui se sont débarrassé dès le 1er tour de Weatherly. Turner et Letner s’échangent plusieurs fois le commandement mais à 11 tours de l’arrivée le moteur de la Dodge de Letner explose. Tom Harbison son propriétaire est fou de rage tellement il est déçu.

Avec 2 tours d’avance sur son poursuivant immédiat Glen Wood, Turner peut assurer la victoire, sa 13ème de l’année ! C’est aussi sa 9ème sur les 12 dernières courses et sa 5ème consécutives !!!

 Bob Welborn se crashe et termine au ralentit les derniers tours pour se classer 5ème. Grâce à la contre performance de Larry Odo (abadon et classé 10ème) il reprend un peu de marge avec 182 points d’avance. Cependant Turner lui n’est plus qu’à 392 points.

 C Course n°32 : « Turner éblouissant échoue de peu »

 Le dimanche 5 août, c’est la 3ème course en 3 jours pour nos gladiateurs des temps modernes. On retourne en Caroline du Nord, le calendrier est décidément bizarre… Hickory accueille sur sa piste de 0.4 mile en terre sa 2ème course de l’année. 24 pilotes engagés. Frank Mundy, le poleman au mois d’avril est absent.

 La pole est pour Glen Wood. Turner n’est pas arrivé à temps pour les qualifications tout comme Bill Brown (Chevrolet) et ils partiront tous deux du fond de grille.

 La course va être une véritable démonstration de la part de Curtis « Pop » Turner. Il va se faufiler entre ses adversaires avec une belle aisance pour remonter de 23ème à… 2ème ! Car si Turner était rapide c’était aussi le cas de Gwyn Staley qui sur sa Chevrolet engagée par Hubert Westmoreland caracolait en tête au point qu’il ne fut jamais rattrapé par Turner. Staley remporte ici sa 1ère victoire de l’année, il est ainsi le 13ème pilote différent à visiter la Victory Lane en 1956.

Welborn est 5ème, tranquillement surtout que Larry Odo a une fois de plus abandonné (11ème) et compte désormais 230 points de retard. Turner lui réduit l’écart à 368 points.

 C Course n°33 : « Les DePaolo cassent, Massey passe »

 Le vendredi 10 août on retourne à Charlotte, NC, mais sur le Charlotte Fairgrounds situé non loin du speedway visité au mois de mars. Ici la piste est un demi mile en terre, tout ce qu’il y a de plus classique en NASCAR dans les années 50. 21 pilotes sont présents.

 La pole retourne dans l’escarcelle de Curtis Turner devant Weatherly.

La course s’annonce une nouvelle fois sous la domination des Ford de chez DePaolo. En tous les cas cela démarre fort bien pour elles. Turner menant les 112 premiers tours puis c’est au tour de Weatherly de mener la course jusqu’à son ravitaillement. Jimmy Massey qui pilote la #33 fait un ravitaillement au 136ème tour de 26 secondes (pour 2 pneus, de l’essence et une boisson fraîche !) ce qui lui permet de revenir en piste intercalé entre les Ford de Weatherly et Turner. Weatherly qui va connaître une casse mécanique au 142ème tour laissant Massey en tête. Turner commence lui aussi à perdre pied et au 165ème tour sa boîte de vitesses casse comme son coéquipier. C’est l’abandon.

 Devant Jimmy Massey remporte la course, sa 2ème de l’année, devant Billy Carden (Ford) qui réalise sa meilleure performance de l’année mais à plus de tours. Bob Welborn est 3ème et avec Larry Odo 5ème (à 246 pts) et Turner classé 8ème (à 408 pts) il reprend un peu d’air au championnat.

 C Course n°34 : « Une véritable loterie »

 Le dimanche 12 août on revient pour la 2ème fois de la saison sur le speedway de Flat Rock, MI. Il s’agit d’une course plus courte (200 au lieu de 250 tours) sur cette piste d’un quart de mile asphaltée. 22 pilotes engagés.

La pole est pour Don Oldenberg (Buick). Elle est cependant presque un mile moins rapide qu’au mois de juillet. Curtis Turner et Joe Weatherly ne prennent pas part aux qualifications car ils ne sont pas encore revenus d’Elkhart Lake où ils ont disputé une course du Grand National.

 Le départ est retardé par les officiels car l’avion de Turner et Weatherly est annoncé en vol. Cependant le temps passe et finalement le départ est donné et les voitures de DePaolo sont conduites par des mécaniciens (dont les noms ne sont pas connus). Arrivés depuis l’aéroport à toute vitesse à bord d’un taxi les deux infortunés pilotes prennent finalement le volant de leurs bolides alors que 15 tours ont déjà été accomplis. Ceci dit les deux vont abandonner sur problèmes de direction très tôt dans la course. La NASCAR va cependant créer une controverse en délivrant la totalité des points et des primes aux deux pilotes alors qu’ils n’ont pas fait toute la course. Le règlement disant qu’en cas de partage du volant les points sont distribués aux pilotes en fonction du pourcentage de tours effectués sur la piste par chacun. Ici la NASCAR bafouillera comme quoi les 2 mécaniciens n’étaient pas détenteur de licences NASCAR et donc ne pouvaient prétendre recevoir des points. Oui mais voilà les autres pilotes vont hurler au scandale car sans licence de pilote de course pourquoi la NASCAR avait autorisé les 2 mécanos à prendre le départ ? Heureusement que Turner et Weatherly ont abandonné sinon il y aurait eu de longues heures de débats en perspectives !

 La course elle va être rocambolesque car elle tourna vite au carnage mécanique. La voiture la plus résistante l’emportera finalement avec 19 tours d’avance sur la 2ème !!!! C’est Allen Adkins (Dodge) qui gagne pour la 2ème fois de l’année devant Dick Joslin (Dodge). Larry Odo, le 3ème, ayant abandonné est classé à 23 tours !

 Bob Welborn est classé 6ème et profite des déboires de Turner pour remettre une couche au championnat.

 Notons que seulement 6 voitures passeront la ligne d’arrivée dont Don Corley (Ford) classé à la 14ème position à 80 tours du vainqueur !!

 jj

Danny Letner #97 abandonnera alors que son coéquipier Allen Adkins #98 remportera la course.

 C Course n°35 : « Si ce n’est Turner c’est Weatherly »

 Le vendredi 17 août c’est le Monroe County Fairgrounds de Rochester, NY, qui accueille l’étape suivante. Le demi mile en terre sera à parcourir 200 fois. 27 pilotes engagés.

Curtis Turner signe une nouvelle pole position devant Bob Welborn.

 La course démarre fort pour Turner qui doit à tout prix gagner pour espérer encore être champion. Il mène avec facilité les 152 premiers tours mais soudainement sa roue arrière gauche casse le contraignant à l’abandon. Du coup son gentil coéquipier Weatherly qui le suivait jusque là se retrouve en tête suivi de près par Danny Letner (Dodge). Les deux pilotes ravitaillent au même moment mais les mécaniciens de DePaolo se montrent plus rapides que ceux de chez Tom Harbison. Du coup Joe Weatherly reprend la piste avec une belle avance qu’il va faire fructifier en mettant peu avant l’arrivée Letner à un tour. Weatherly gagne devant Letner qui tombe en panne d’essence dans le dernier tour et termine sur son élan. Bob Welborn est une fois encore dans le top5. Avec Curtis Turner 16ème et Larry Odo 19ème la messe est quasiment dite. Welborn compte respectivement 334 et 552 points d’avance sur Odo et Turner.

 C Course n°36 : « Weatherly rugueux nous fait une Turner à sa manière »

 Le dimanche 19 août c’est à Heidelberg sur le raceway du même nom en Pennsylvanie que 22 pilotes se retrouvent pour se mesurer sur un demi mile en terre.

 Sur la lancée de sa victoire Joe Weatherly signe la pole.

La course va être une rude bataille pour Weatherly qui signe une resplendissante victoire à la Curtis Turner c'est-à-dire en ayant mené de bout en bout les 200 tours. Il remporte la course avec plus d’un tour d’avance sur Gwyn Staley (Chevrolet). Cependant il n’a pas eu la vie facile car Danny Letner est très vite revenu sur lui depuis sa 10ème position sur la grille de départ. Ils vont souvent se retrouver côte à côte et letner passera plusieurs fois le nez de sa voiture en tête mais jamais sur la ligne d’arrivée. A 15 tours de l’arrivée la bagarre fait rage et les deux pilotes vont rouler portière contre portière pendant 4 tours. A trois tours de l’arrivée Letner tente une nouvelle attaque et se place à l’intérieur de la piste mais une fois encore Weatherly va se rabattre sur lui et cette fois il va même lui crever sa roue avant droite obligeant Letner à rendre les armes. Letner qui après la course sera fâché contre Weatherly  qu’il estime irrespectueux de lui avoir tant de fois donné des coups de portières pour l’empêcher de passer. Letner est classé finalement 3ème. Gwyn Staley est 2ème à plus d’un tour du vainqueur Weatherly.

 Bob Welborn est classé 14ème mais ce n’est pas si mal vu le classement de Turner (19ème) et de Larry Odo (8ème). Il n’y a que 4 voitures à l’arrivée.

 C Course n°37 : « La chance sourit à Turner »

 Le samedi 25 août c’est le Raleigh Speedway, Raleigh, NC, qui accueille 24 pilotes. La piste de 1 miles asphaltée devra être parcourue 150 fois.

Le poleman est Joe Weatherly, très en forme ces dernières courses.

 La course démarre fort bien pour les duettistes de chez DePaolo Engineering. Weatherly mène les 5 premiers tours puis ouvre la porte à Curtis Turner. L’objectif du team étant de faire un doublé mais avec Turner vainqueur pour lui permettre d’espérer encore jouer le titre. Les deux pilotes roulent plus vite que leurs poursuivants et vont gentiment s’échanger la première place à plusieurs reprises. Peu après la mi course c’est l’heure des ravitaillements et à ce petit jeu là Gwyn Staley et son écurie dirigée par Westmoreland vont se montrer les plus rapides. La Chevrolet #34 se retrouve en tête avec une bonne avance mais à 17 tours de la fin le moteur rend l’âme stoppant net la marche triomphale de Gwyn. Du coup Turner se retrouve en tête et va remporter sa 14ème épreuve de l’année et ce devant Weatherly pour 2 petites longueurs offrant un nouveau doublé au team. Il faut noter que suite à une erreur dans le décompte de la part de la direction de course, celle-ci fut entérinée 1 tour trop tôt au 149ème passage. Jim Massey termine 3ème et dans le tour du leader. Trois pilotes dans le tour, cela faisait longtemps que ce n’était plus arrivé ! (Depuis la course au Canada, 25ème manche de la saison). Signalons aussi que le vainqueur recevait ici un chèque de $2,100 soit plus du double qu’habituellement sur une épreuve de cette distance.

 Bob Welborn ayant du par six fois passer par son stand pour tenter de réparrer sa mécanique du finalement abandonné sur casse moteur et ne sera classé que 13ème. Larry Odo 7ème revient à 214 points de Welborn. Turner lui grappille mais est toujours à bonne distance avec 448 points de retard.  

 jj

Plein gaz en sortie de virage (photo de Daytona).

 C Course n°38 : « Turner pour la 15ème fois ! »

 Le vendredi 31 août c’est à Greenville, SC, sur le Greenville-Pickens Speedway que la division des Convertibles entame son périple des 10 dernières courses de l’année. La piste d’un demi mile asphaltée reçoit 23 pilotes.

 La pole est signée pour la 13ème fois de la saison par Curtis Turner devant le surprenant Possum Jones (Ford engagée par Ray Fletcher).

 La course va être une nouvelle balade pour les compères de chez DePaolo. Turner en tête suivi comme son ombre par son fidèle garde du corps Joe Weatherly. Possum Jones arrive a suivre un temps le rythme mais sa pompe à essence connaît des ratés et il devra abandonner au 109ème tour. Une fois la « pseudo » menace de Jones en moins la messe est dite car devant les Ford blanches #26 et 12 ont déjà mis tout le monde à plus d’un tour et ce sera au trois quart de la distance 2 tours plein qu’il y aura avec le 3ème Glen Wood. Plus rien ne va changer et Turner remporte sa 15ème victoire de la saison. Mais Bob Welborn est intelligent et joue une fois de plus placé en prenant la 5ème position. Il ne perd que 32 points sur Turner mais surtout en prend 128 de plus à Odo ce qui porte son avance à 342 points sur ce dernier. Pour le championnat à part un miracle si Welborn joue encore placé sur 3 courses il sera titré.

 Notons deux crashs spectaculaires de Thomas Brown (plus connu sous le nom de Cannonball Brown sur Chrysler) et de Bob Beck (Chevrolet). Tous deux ne seront miraculeusement pas blessé en sortant de leurs épaves.

 C Course n°39 : « Weatherly joue son rôle »

 Le dimanche 2 septembre direction Atlanta en Georgie pour disputer une course de 150 miles sur la piste du Lakewood Speedway (1 demi mile en terre). 23 pilotes.

La pole est signée Joe Weatherly devant son coéquipier Curtis Turner.

 La course aura lieu devant une foule de 19000 spectateurs, c’est la 2ème plus grande affluence de l’année. Le départ est donné et directement Turner se porte en tête avant même la fin du premier tour. Il va mener jusqu’au 61ème tour quand il casse un élément de suspension. Il est contraint de rentrer à son stand pour réparer. Il doit à tout prix réussir une bonne course dans l’optique d’un éventuel titre de champion. Il perd 33 tours dans l’affaire et sera classé 11ème mais derrière Bob Welborn (4ème) et Larry Odo (9ème). Pour le titre avec maintenant 500 points de retard cela semble presque définitivement cuit. Odo à 402 points est lui aussi quasi hors du coup.

 Et pour la victoire me direz-vous ? C’est Joe Weatherly qui va mener du 62ème au 150ème et dernier tour. Cela dit il n’aura pas la partie facile car Bill Lutz et Glen Wood seront collés à son pare choc tels des sangsues. Weatherly ne pouvant respirer qu’après un meilleur ravitaillement au stand sur Wood et surtout suite à la sortie de piste après la perte de son pneu avant droit de Lutz. Weatherly remporte sa 4ème course de la saison.

 C Course n°40 : « Home Run pour Turner »

 De retour en Caroline du Nord, l’état NASCAR par excellence, pour la course suivante disputée le mercredi 5 septembre en soirée à Asheville sur le quart de mile asphalté du McCormick Field. 17 pilotes vont boucler les 150 tours soit 37,5 miles de course (60,3375 km). Pour la petite histoire la piste est tracée sur l’ancien stade de l’équipe de baseball du coin, les Asheville Tourists. La piste est si étroite que pour dépasser il faut se frotter les portières.

 La pole est signée par Joe Weatherly, une fois encore devant Curtis Turner.

La course va être une promenade pour les duettistes de DePaolo. Weatherly laissant gentiment la première place à Turner comme prévu avant la course. Turner qui va mettre à profit cette stratégie pour remporter une nouvelle victoire, sa 16ème de l’année devant Weatherly. Bill Lutz (Ford) le 3ème étant à 1 tour et Bob Welborn le 4ème à 2 tours. Au championnat Welborn perd 24 points sur Turner (toujours 3ème à 476 points) qui se rapproche de Larry Odo (8ème ici) qui compte désormais 434 points de retard.

 Notons que l’écurie DePaolo Engineering remporte sa 20ème course de la saison et la 6ème consécutivement.

 C Course n°41 : « Turner gagne, Welborn joue placé »

 Une course très importante est disputée le dimanche 9 septembre. Il s’agit d’une course longue donc rapportant beaucoup de points. C’est dans l’Illinois à Chicago sur le fameux Soldier Field (demi mile asphalté) que l’on a déjà visité le 30 juin qu’a lieu la course dénommée les « Chicagoland 500 ». 22 pilotes viennent tenter leur chance dans l’espoir d’empocher le chèque de $2,450 promis au vainqueur.

 Une nouvelle pole de Joe Weatherly mais devant Glen Wood cette fois-ci. Turner devant se contenter de la 3ème position alors qu’il avait signé la pole ici même lors de la 22ème manche.

 Devant 20000 spectateurs les pilotes vont devoir faire 500 révolutions.

Dès le départ  Weatherly, Wood et Turner vont dicter leur loi. Une fois Wood éliminé sur casse moteur qui le fait tirer droit dans une barrière de sécurité la voie est dégagée pour Turner et Weatherly qui vont aller signer un nouveau doublé pour le team. Turner remportant au passage sa 17ème victoire de l’année. Mais Le rusé Bob Welborn s’est contenté de la 3ème place à son rythme (il termine à 8 tours) ce qui lui permet de ne perdre que 40 points sur Turner ! Pour le championnat c’est quasi mort. Consolation pour Turner il est maintenant 2ème au général suite à la nouvelle 7ème place de Larry Odo.

 Notons l’apparition de la notion de « Field filler » (remplisseur de grille) en NASCAR. En effet Sal Tovella (Plymouth) et Don Corley (Ford) ne participent pas aux essais libres, roulent pépère en qualification en faisant les deux derniers temps et prennent part à la course pour se retirer volontairement au bout respectivement de 1 et 2 tours ! Ils empochent cependant chacun $100 pour leur pseudo course !! Une bonne paye sans aucun risque. On en reparlera au début des années 2000 quand ce phénomène deviendra récurrent.

jj 

Joe Weatherly pose avant le départ (photo de Daytona).

 C Course n°42 : « Turner tente le tout pour le tout »

 Dimanche 16 septembre, LeHi, AR. Le Memphis-Arkansas Speedway ( 1,5 mile en terre) bien connu des pilotes de NASCAR accueille une course de 300 miles. 23 pilotes engagés.

Curtis Turner réalise la pole car l’espoir fait vivre et il veut mettre toutes les chances de son côté pour la course. Il signe d’ailleurs un nouveau record de la piste en profitant au mieux de la forte inclinaison de celle-ci.

 Dès le départ c’est Joe Weatherly qui s’est élancé 2ème qui prend le commandement et ce pour les 54 premiers tours avant de devoir passer par son stand pour réparer sa suspension avant droite. Il va perdre 3 tours dans l’aventure qu’il ne rattrapera jamais. Turner reprend donc la 1ère position qu’il va perdre lors de son premier ravitaillement au profit de Jimmy Massey. Une fois Massey passé à son tour au stand Turner reprend au 68ème tour et ce de façon définitive la tête de la course. Massey va connaître une baisse de puissance moteur et va perdre la vitesse. Il termine 5ème à 13 tours. Turner qui remporte donc sa 18ème victoire de l’année avec 3 tours d’avance sur Weatherly.

Bob Welborn est 5ème et conserve encore 376 points d’avance sur Turner au général.

Notons que les officiels de la NASCAR et les promoteurs de la course peuvent souffler après l’arrivée. En effet cette piste ayant été le cadre de deux accidents mortels au mois de juin quand le Grand National s’y était produit (Clint McHugh en qualification et Thomas « Cotton » Priddy en course).

 C Course n°43 : « Nouveau record pour Curtis Turner »

 Le Mardi 18 septembre on va à Shelby, NC, sur le Cleveland County Fairgrounds. La piste en terre fait un demi mile. 21 pilotes engagés.

La pole est pour Joe Weatherly devant Curtis Turner.

La course va vite opposer les deux pilotes de chez DePaolo à Possum Jones (Ford). Les 3 filent bon train mais Jones va être éliminé bêtement. En effet Bob Beck crashe sa Chevrolet au 144ème tour (son 130ème). Possum est presque en panne d’essence et il décide de profiter de cette 1ère neutralisation pour ravitailler… Catastrophe car depuis le début de l’année la NASCAR pour une question d’assurer le spectacle oblige que les ravitaillements d’essence ne se fassent que sous drapeaux verts. Jones est disqualifié et sera classé bon dernier.

Du coup Turner va entamer sa procession habituelle vers la victoire. Weatherly perdant même un tour car il a décidé de rouler tranquillement. Au 185ème tour la direction de course stoppe la course 15 tours avant la fin en raison d’une pluie torrentielle qui s’abat soudainement sur la piste. Turner remporte sa 19ème victoire de la saison établissant un nouveau record du nombre de victoires sur une année dans une discipline nationale de la NASCAR. Ce record appartenant à Tim Flock depuis l’année précédente en Grand National avec 18 succès.

Pour DePaolo il s’agit du 4ème doublé consécutif ! Bob Welborn terminant 3ème il ne perd que 16 points sur Turner qui va tout faire pour tenter de combler les 360 points qui le sépare de Bob d’ici la fin de l’année.

C Course n°44 : « Turner out Welborn titré ! »

Le Dimanche 23 septembre se dispute les « Old Dominion 500 » sur la piste de Martinsville en Virginie. Asphaltée depuis un an la piste d’un demi mile sera à parcourir 500 fois pour 250 miles. Beau succès avec 29 pilotes engagés et 14000 spectateurs.

Curtis Turner signe une fois encore la pole position devant Joe Eubanks (Ford) qui vient faire une pige en Convertible.

Le début de course va tourner à l’avantage de Curtis Turner. Certes il perd la tête au 4ème tour face à Joe Eubanks mais ce dernier va exploser son moteur au 86ème tour rendant son bien à Turner. Celui-ci va se créer un matelas d’avance avant d’effectuer son premier pit stop au 164ème tour. Mais pas de chance car au moment de redémarrer son embrayage colle et en forçant il va abîmer sa mécanique. Il parvient à reprendre la piste mais devra se résoudre à abandonner 11 tours plus tard. C’est une véritable catastrophe car lui qui devait gagner tout en espérant que Bob Welborn connaîtrait des problèmes se voit contraint d’abandonner et en étant classé 23ème perd ainsi toute chance mathématiquement de battre Welborn.

Welborn qui va même décider d’arrêter sa course car il souffre d’une appendicite et ressent quelques douleurs. Son opération étant prévue à la fin de la saison, il laissera le volant à Possum Jones qui terminera le travail avec une belle 3ème place à mettre au crédit de Welborn. Avec 760 points d’avance alors qu’il en reste maximum 600 à prendre il est officiellement déclaré champion 1956 de la division des Convertibles.

Devant c’est Jimmy Massey (Chevrolet) qui une fois débarrassé de Weatherly remporte sa 3ème victoire de l’année en devançant Allen Adkins (Dodge) de plus de 5 tours.

C Course n°45 : « La 20ème !!!! »

Le Samedi 29 septembre il n’y a donc plus de suspense quand le cirque de la NASCAR débarque à Spartanburg, SC. Le Spartanburg Fairgrounds accueillant 23 pilotes.

Joe Weatherly signe la pole. C’est la 11ème consécutive pour l’écurie DePaolo Engineering ce qui constitue un nouveau record. Record qui sera d’ailleurs porté à 13 d’ici la fin du championnat.

La course démarre bien pour Turner mais au 8ème tour Jim Donavan (Ford) se crashe lourdement. Si la voiture est détruite le pilote est OK. Cependant il va se passer une chose bizarre. En effet lors de l’agitation du drapeau jaune Turner prudemment lève le pied en passant près de l’épave de Donavan. Weatherly lui ne ralentit pas et le dépasse juste avant la ligne d’arrivée. Si la foule hue l’attitude de Weatherly les officiels après délibérations vont décider d’appliquer l’idée que tant que la ligne n’est pas franchie la course se poursuit. C’est en quelque sorte les prémices du futur « Gentleman agreement » ou le « Race back to the caution flag ». C’est certes dangereux mais cette « règle de courtoisie » sera autorisée jusqu’à l’apparition du système du Lucky Dog (free pass) le 20 septembre 2003 à Dover suite justement à de nombreux sur accidents.

Lors du restart Weatherly contient Turner vu qu’il n’a plus de raison de lui servir de lieutenant. Ce n’est qu’au 53ème tour que Turner trouvera l’ouverture. Il se dirige alors vers sa 20ème victoire de la saison avec 22 secondes d’avance sur son coéquipier.

Notons que Bob Welborn s’est encore fait relayer par Possum Jones toujours pour la même raison. Le « duo » sera classé 4ème.

 jj

Nouveau doublé pour les pilotes de DePaolo.

C Course n°46 : « S’il n’en reste qu’un »

Le lendemain, dimanche 30 septembre, on retourne en Caroline du Nord à Wearville sur le Asheville-Wearville Speedway (demi mile en terre). 24 pilotes engagés.

La pole pour Curtis Turner bien évidemment !

La victoire ? Pour Curtis Turner bien entendu !! Ceci dit ce fut une course très mouvementée du moins dans le peloton. La course va même tourner au drame au 180ème tour quand un « big one » (oui oui sur un short track !) va permettre à 14 voitures de s’empiler joyeusement ! Tout démarre à l’entame du 3ème virage quand Jimmy Massey, qui vient de casser sa roue avant droite dans la ligne droite arrière, tire tout droit accrochant Possum Jones (qui relaye pour la 3ème fois Bob Welborn). Les deux voitures percutent la barrière extérieure et rebondissent sur la piste soulevant un nuage de poussière si épais qu’il obstrue totalement le champ de vision des pilotes et c’est le fameux empilage. Toutes les voitures encore en piste sont impliquées dans le crash. Toute sauf une celle de Curtis Turner qui prudemment s’était engagé à l’intérieur et passera par la ligne des stands ! La direction de course décide aussitôt d’agiter le drapeau rouge. Les ambulances entrent en scène et 3 pilotes seront finalement transportés à l’hôpital pour soigner des blessures diverses. Art Binkley ayant une fracture de la mâchoire et des coupures au visage, Jimmy Massey quelques coupures et contusions et enfin un nez cassé et des coupures au visage. Le bilan est miraculeusement très léger.

Au 181ème tour il ne reste donc qu’une seule voiture en état de rouler et Curtis Turner sera déclaré vainqueur car la course ne reprendra pas. C’est sa 21ème victoire de l’année. Le reste du classement sera établi suivant l’ordre des voitures au tour précédent pour les 4 premiers qui étaient encore dans le tour, pour les autres à plusieurs tours ce sera plus facile. Le 2ème est donc Weatherly suivi de Glen Wood et Gwyn Staley.

jj 

Le big one du jour impliquant 14 voitures !

C Course n°47 : « Turner pour le fun »

C’est 15 jours après le dimanche 14 octobre que les concurrents disputent la finale du championnat. Un peu pour le fun car pour les premières positions au général il n’y a plus de suspense hormis pour la 3ème place qui oppose Larry Odo à Joe Weatherly. La finale a pour cadre l’Orange Speedway à Hillsboro, NC, anciennement dénommé Occoneechee. C’est une piste atypique de 0.9 mile en terre.

Curtis Turner se fait un point d’honneur à signer une dernière pole. Il est le meilleur des 19 pilotes engagés.

La course sera une formalité pour Curtis Turner qui gagne en ayant mené de bout en bout. Il ne devance pourtant Joe Weatherly que de 2 longueurs sur la ligne d’arrivée, Joe Eubanks étant à peine plus loin.

Bob Welborn relayé pour la 4ème fois par Possum Jones étant classé 5ème derrière Gwyn Staley. Larry Odo ne termine que 17ème mais sauve de justesse sa 3ème place au général face à Weatherly. C’est la 22ème victoire de Curtis Turner en 42 courses disputées soit plus de 50% !

Bob Welborn ne reçoit pas encore sa coupe de champion car il reste une épreuve à faire le 28 octobre. Ce sera une course mixant les GN et les Convertibles. Ceci dit il est congratulé par tous ses adversaires dont Turner.

Curieusement les officiels se rendent compte qu’ils ont fait une erreur d’addition lors des dernières courses. En effet ils ont oublié 6 points à Curtis Turner qui ne termine donc pas officiellement à 656 points mais à 650 points de Welborn. Cependant les officiels ne corrigeront pas cette erreur des tablettes vu que cela ne change en rien le résultat du championnat et que deuxièmement ils s’en sont rendus compte une fois que les livres statistiques du championnat 1956 furent imprimés ! Turner ne portant pas réclamation.

NOTE : (Voir résultat GN Course n°54)

Le 28 octobre sera disputée la première course mixant les Grand National au Convertible. Cela se passera à Martinsville lors des « Mixed 400 », course du GN à laquelle les Convertible seront admises. Les Convertibles marquant des points au général de la course mais aussi selon un classement qui leur sera propre. Si les points seront comptabilisés pour le championnat il n’en sera pas de même pour les « places ». En effet la victoire, le top5… ne seront pas retenus dans les statistiques du Convertible. Pour la petite histoire 19 Convertibles participeront à la course (sur 40 voitures). Joe Weatherly en terminant 6ème au général sera le meilleur des décapotés. Welborn sera 4ème dans sa classe et 15ème au général et comme il devancera Curtis Turner il va augmenter son total de points de 656 à 836.

 Finalement Bob Welborn est le premier « vrai » champion de la division Convertible de la NASCAR.

Il aura fait 45 des 47 courses avec 3 victoires, 33 top5 et 39 top10. 8928 points et $20,834,15 de gain.

Curtis Turner aura fait 42 courses avec 22 victoires, 28 top5 et 29 top10. 8092 points et $29,431,45.

La différence ce sera surtout faite grâce à une meilleure fiabilité mécanique pour Bob Welborn.

Ce championnat aura connu une belle saison et sera reconduit en 1957.

Pour terminer rendons hommage à Bob Welborn qui nous a quitté il y a 10 ans. 

 jj

Bob Welborn

5 mai 1928 – 10 août 1997

La suite avec la partie n°2/2 : La saison du Grand National.

© jj 2007 jj

 



Connexion
Se connecter :
Pseudo :
Mot de passe :


Prochaines courses