07/12/2011 : Ze Show !! n°35 est disponible !!      05/11/2011 : ChallengeVD: Winter quiz 2011-2012      06/10/2011 : Ze Show 111 en ligne !      28/09/2011 : Ze Show !! n°110 en ligne !!      23/09/2011 : Ze Show !! n°109 disponible !!!     




1954

Le pied de nez de Lee Petty à la NASCAR.

 

Drôle d’année pour la NASCAR la saison 1954. Le positif tout d’abord est l’apparition du média TV dans le monde des courses de stock car. Pas de direct, non pas encore, mais des émissions sportives relatant les exploits des pilotes de NASCAR sur diverses chaînes à travers le pays. La première émission consacrée uniquement à la NASCAR (« Wire Wheels » sur la chaîne New-Yorkaise WABD-TV) dura 1/2 heure et n’avait pour thème que la course de Daytona Beach. Et il y en aura d’autres durant toute l’année dont l’émission « Desert Dust » de Mel Larson dans la région de Phoenix. Larson qui dès 1955 deviendra pilote en NASCAR. Citons encore le magazine Autorama sur WICC-TV qui va perdurer jusqu’au début des années 90 (en changeant plusieurs de chaînes). Cela va faire exploser les demandes officielles de sponsors désirant du coup devenir commanditaires officiels de la compétition. De plus cela va donner des idées à des firmes de se spécialiser dans les produits destinés aux courses de voitures.

Les grands exemples sont l’introduction d’un pneu spécifique à la course de stock car développé par la firme Pure Oil Company (fournisseur officiel du carburant). Un pneu mixant corde en nylon et caoutchouc (au prix de $37,90 l’unité). La firme GenTex va commercialiser le modèle GenTex 70, un casque très résistant et englobant mieux la tête du pilote y compris les oreilles (vendu pour $35). Les laboratoires Treesdale vont même vendre les premiers vêtements résistant au feu (combinaison : la chemise et le pantalon pour $9,25). Les vêtements et le casque sont dérivés de produits fabriqués pour les pilotes des avions de la NAVY et de l’AIR Force. La TV sera un vecteur de publicité incroyable en vantant les mérites de leurs produits et ce pour des sommes modiques !!

 

Herb Thomas et le nouveau casque.

 

La NASCAR signe aussi un important partenariat avec la marque Bulova Watch Co. Cette firme va s’occuper du chronométrage officiel des courses de NASCAR avec quelques ratés on le verra.

 

Dans sa quête de détrôner l’AAA, Bill France va créer le NAA (NASCAR Auto Association) sorte de club distillant des informations à ses membres comme les meilleurs hôtels, restaurants, garages,… et ce avec des prix avantageux. Avec un maximum de 11000 membres, le NAA devint vite une institution mais cela ne dura que l’espace de 3 ans. En effet les pilotes et membres d’écuries ne voyaient pas d’un bon œil le fait que les spectateurs, journalistes et autres membres des « sponsors » soient mieux traités qu’eux sur le plan des commodités ! Oui, à cette époque bon nombre de pilotes et de teams ne pouvaient que se payer des hôtels miteux et manger des sandwichs ! Leur mécontentement étant une mauvaise publicité, Bill France dissoudra le NAA fin 1956.

 

Le côté négatif aussi, en effet plusieurs pilotes vont connaître des mésaventures les forçant parfois à s’éloigner de la NASCAR durant quelques courses ou quelques mois. C’est le cas du champion 1952 Tim Flock qui venait de changer d’écurie, passant de Ted Chester à Ernest Wood, et qui suite à une disqualification en début de saison à Daytona va péter les plombs et tout plaquer en quittant la NASCAR. Il reviendra durant la saison sur sa décision. Un des frères de Tim, Fonty, va lui aussi quitter la série en début d’année alors qu’il est dans un des meilleur team, celui de Frank Christian, pour rejoindre le mouvement SAFE* (Society of Autosports and Fellowship Education). Fonty voulant donner de sa personne pour venir en aide à d’autres et prétextant aussi le fait que les officiels de la NASCAR ne prenaient pas toujours les bonnes décisions, n’étaient pas assez constants dans leurs choix, bref que cela le fatiguait. Autre grand pilote à quitter la NASCAR, Al Keller qui va s’orienter vers les courses de type Indy de l’AAA ou il deviendra un grand pilote à la notoriété mondiale. Même Hershell McGriff va en fin d’année mettre un terme à sa carrière pour se consacrer à son business familial et à la récente série NASCAR West. Ce dernier va vite revenir sur sa décision et en 2006 à encore participer à quelques courses régionales !! Comme quoi la passion est souvent plus forte. Cependant Bill France sera inquiet car il eu peur de voir les spectateurs fuirent les courses du fait de la défection de plusieurs de ses stars. Il n’en sera rien mais à l’avenir la NASCAR va devenir plus policée dans ses décisions concernant les pénalités.

 

Terminons ce tour d’horizon d’avant saison 1954 par la confirmation de la poursuite de l’expansion de la NASCAR à travers les USA. De nouvelles pistes font leur apparition au calendrier et il y a un peu moins de pistes d’un demi mile en terre battue, la norme dans les années 50 qui deviendra des ovales asphaltés de 1,5 miles dans les années 2000 !

 

Notons enfin que Bill France présente à ses collaborateurs lors d’une réunion, le 12 décembre 1953, une idée qui va les faire bien rire. Il dit avoir en tête la construction d’un superspeedway de 2,5 miles asphalté ici en Floride pour concurrencer l’Indianapolis Motor Speedway. Il prévoit son ouverture pour le début 1955 et estime le coût à $1,674,000. Ce qui ici n’est pas pris au sérieux va pourtant dans un futur proche devenir une réalité. Cela dit il faudra patienter plus longtemps et fournir beaucoup plus d’argent.

Il faut savoir aussi que les dirigeants de West Palm Beach font pression pour que les Speedweeks de Daytona soient déplacé plus au Sud de la Floride. France n’aime pas trop ses magouilles politiques et c’est ce qui le pousse à accélérer la construction du Speedway. A partir de 1954 la location de la nationale A-1-A et de la plage revient si cher que la NASCAR n’engrange quasi aucun bénéfice sur l’évènement.

 

* SAFE, le projet va fortement évoluer entre le début 1954 et le début 1955, il aura même une implication directe dans la création de la division NASCAR des Convertibles en 1956.

 

Course n°1 : « Herb Thomas démarre fort »

 

Le dimanche 7 février voit le début de la saison 1954 de NASCAR. C’est sur le Palm Beach Speedway, ovale en terre battue de 0.5 mile, à West Palm Beach en Floride que 26 pilotes se retrouvent pour en découdre.

 

La pole position va revenir à Dick Rathmann sur Hudson, c’est sa 7ème pole en carrière.

La course se déroule sous un magnifique soleil et devant une foule de 4500 personnes.

Dick Rathmann s’empare du commandement mais très vite Al Keller (Hudson) va le déborder. Keller semble un ton au dessus mais au 49ème tour son moteur rend l’âme. Rathmann reprend donc le leadership mais va connaître la même mésaventure au 67ème passage. Du coup Herb Thomas (Hudson), Buck Baker (Oldsmobile) et Lee Petty (Dodge) vont se retrouver en haut du classement avec déjà plus d’un tour d’avance sur leurs poursuivants. Herbert Watson Thomas, de son vrai nom, va prendre la tête de façon définitive lors des ravitaillements. L’équipe Griffin Motorsports de Baker étant franchement plus lente dans cette opération.

 

Herb Thomas allait tellement vite que même le photographe n’a pas su le shooter.

 

Au 195ème tour, le seul drapeau jaune de la course est brandi quand Ray Duhigg percute une barrière au volant de sa Plymouth. Il pourra néanmoins repartir et terminera 5ème à 10 tours du vainqueur. Le restart est donné alors qu’il ne reste que 3 tours mais la messe est dite car c’est avec une confortable avance de 2 tours que Thomas franchit la ligne d’arrivée sur Baker. Petty termine 3ème.

 

Course n°2 : « Petty sur tapis vert »

 

15 jours plus tard, le dimanche 21 février, 62 pilotes participent à la fameuse course de Daytona Beach en Floride également. C’est en principe la dernière fois que les pilotes vont en découdre sur ce circuit mi-sable mi-asphalte.

Une toute nouvelle tribune a été construite à l’intérieur du virage Sud. Le prix des places est de $3 mais le spectacle offert à la jonction entre la nationale A-1-A et la plage vaut vraiment le détour.

 

La nouvelle tribune du virage Sud.

 

La pole revient à Lee Petty à une superbe vitesse de 123.410 mph sur une Chrysler.

 

Tim Flock avant le départ avait encore le sourire !

 

La course se déroule devant une immense foule de 27000 spectateurs.

Le départ est donné et Herb Thomas (Hudson) surgit de 5ème position sur la grille pour brûler la politesse à ses camarades et s’emparer du commandement dès l’entrée dans le virage Nord. Au 3ème tour, Tim Flock sur une Oldsmobile s’empare du commandement et file vers la victoire. Il passe la ligne avec 1 minute et 28 secondes d’avance sur Lee Petty à la moyenne de 90.400 mph. Baker termine 3ème après avoir raté le virage Sud lors d’une tentative de dépassement sur Petty.

 

Lee Petty en pleine action dans le virage Nord.

 

Mais le meilleur ou le pire selon le côté où l’on se place est à venir. En effet les officiels découvrent lors de l’inspection d’après course que le carburateur de l’Oldsmobile de Flock est fortement poli et que le papillon d’ouverture (permettant le mélange air/carburant lors de la pression sur la pédale d’accélérateur) est modifié. Le directeur technique de la NASCAR Jim Ross contacte par téléphone le département pièces détachées d’Oldsmobile à Lansing, MI. Il s’avère donc que d’après les côtes d’origine des trous du carburateur, la pièce modifiée par l’équipe de Flock est 1/8 de inch (3,125 mm) plus importante en diamètre. Cela augmente donc la puissance et cela est illégal. Bill France se doit de réagir et va appliquer le règlement à la lettre. Tim Flock et son propriétaire, le Colonel Ernest Woods sont disqualifiés. France dira que cela fut une des plus difficiles décisions qu’il eut à prendre durant sa carrière de président. C’est donc Lee Petty qui remporte officiellement la course (sa 12ème) à la moyenne de 89.108 mph et avec 9 secondes d’avance sur l’Olsmobile de Buck Baker.

 

Tim Flock encore souriant derrière le volant en course mais…

 

Tim Flock est fou de rage, c’est la 2ème fois qu’il perd une victoire à Daytona sur disqualification (il fut disqualifié de la course de la division Modified Sportman en 1952 pour avoir utilisé un arceau cage fabriqué en bois !!), il décide de quitter sur le champ la série NASCAR et de retourner travailler comme pompiste à la station service familiale à Atlanta. Une station Pure Oil. On verra qu’en 1955 son destin sera tout autre. Notons encore que Tim Flock utilisait le système de radio entre lui et son team. Un système devenu enfin « utilisable » depuis sa première utilisation en NASCAR. Il s’agissait réellement d’un système radio proche de celui toujours utilisé aujourd’hui en course automobile, même s’il a bien évolué. Ce système avait été intégralement financé pour sa conception par Ernest Woods auprès de la firme General Electric. Woods surnomera son écurie « Heluva Racing Team » et nommera ses voitures « Helzapopin » (celle de Tim Flock) et « Helzafire » (celle d’Emory Lewis).

 

Lee Petty et son trophée.

 

Notons que le génie de la mécanique Smokey Yunick, qui prépare la voiture d’Herb Thomas, se fera engueuler par son pilote qui lui reprochera d’avoir expérimenté trop de pièces sur son Hudson. Yunick qui est un coutumier du fait peut sous certains aspects faire penser à Colin Chapman, le génial inventeur des Lotus, qui pensait plus aux performances de ses voitures qu’à leur résistance !

 

Baker prend la tête du championnat pour 1 petit point face à Petty.

 

Course n°3 : « 2 tours d’avance »

 

Le dimanche 7 mars direction Jacksonville, encore en Floride, pour une course disputée sur le Speedway Park. 24 pilotes sont engagés. Tim Flock est absent.

La pole revient à un habitué de cet exercice Curtis Turner (Oldmsobile). C’est sa 9ème en carrière. Herb Thomas est présent mais avec sa Hudson de fin 1953. Il a exigé que Yunick fasse plus attention à la qualité de fabrication.

 

Le départ avec Curtis Turner à droite de l’image en pole. Herb Thomas à gauche.

 

La course voit Herb Thomas prendre le commandement dès le 1er virage. Il ne perdra la tête face à Fonty Flock (Hudson) que lors d’une manœuvre de dépassement ratée sur un attardé. Thomas part en tête-à-queue se rattrape et reprend la piste en 3ème position derrière Lee Petty (Dodge). Herb reprend le commandement avec une grande facilité au 75ème tour et ne lâchera plus cette position jusqu’à l’arrivée. Il gagne avec une fois encore 2 tours d’avance sur son dauphin Fonty Flock. Petty en terminant 3ème s’empare de la 1ère place au général vu que Baker n’a pu faire mieux que 5ème.

Il s’agit de la 30ème victoire de Thomas en carrière.

 

Course n°4 : « Ils sont fou ces officiels ?? »

 

Le 21 mars est un dimanche et 34 pilotes prennent part à la course d’Atlanta disputée sur le Lakewood Speedway, GA. Ernest Woods revient à la compétition avec Bob Flock, le frère de Tim qui a quitté le team et la NASCAR après la 2ème course. L’Oldsmobile #88 au toit blanc voit simplement l’apparition du nom Flock en rouge. Woods ayant simplement passé une couche de blanc sur le prénom Tim.

La pole revient à Herb Thomas.

 

Mon nom est Flock, Bob Flock.

 

Les 20000 spectateurs vont en avoir pour leur argent. Tout démarre au 11ème tour quand Dick Garlington part dans une série de 4 tonneaux avec son Oldsmobile. Il sera emmené à l’hôpital inconscient. Il ne récupéra jamais suffisamment et sa carrière de pilote se terminera ici lors de sa 2ème course en carrière. Puis ce sera au tour de Stan Kross et de Bill Harrison d’exploser leur Hudson lors d’un spectaculaire crash mais heureusement sans gravité. La course se poursuit et l’arrivée va être extrêmement serrée entre les 3 premiers. Herb Thomas franchit la ligne d’arrivée en tête avec une longueur d’avance sur Buck Baker et à peine plus sur Dick Rathmann. La foule exulte mais pas les officiels.

 

En effet pour l’officiel en chef mandaté par la NASCAR, Johnny Bruner, Thomas n’a pas respecté le règlement car lors de son ravitaillement effectué sous drapeau jaune, il n’a pas obtempéré en se plaçant à la queue du peloton pour le restart. Il est donc pénalisé d’un tour et perd du coup la victoire. C’est donc Baker qui est déclaré vainqueur mais pour quelques minutes seulement. Hé oui lui aussi a fait la même erreur que Thomas et est donc lui aussi pénalisé d’un tour. Voilà donc Rathmann prêt à recevoir la coupe du vainqueur et bien non car lors de son dernier ravitaillement sa voiture dépassait de son pit box sur la piste pendant que ses mécaniciens lui faisaient le plein. Il écope également d’un tour de pénalité. Gober Sosebee (Oldsmobile) se dirige donc vers la victory lane. La foule siffle les officiels. Une réunion est vite improvisée et les officiels vont prendre la décision pour simplifier la vie de tout le monde et calmé les spectateurs d’annuler toutes les pénalités.

 

Au final c’est Herb Thomas qui est déclaré vainqueur d’une course très controversée !

Petty 6ème perd la 1ère place au général pour 11 points face au régulier Baker qui engrange ici sa 3ème seconde place en 4 courses. Seul Fonty Flock gardera sa pénalité et passera de 2ème à 5ème. Pénalisé car son team lui a nettoyé la boue de son pare brise lors d’un ravitaillement sous drapeau jaune !!

 

Course n°5 : « Première pour Keller »

 

Le dimanche suivant, 28 mars, les 21 pilotes engagés restent en Georgie pour la course de Savannah, disputée sur le Oglethorpe Speedway. C’est la 1ère fois que la NASCAR visite cette piste d’un demi mile en terre battue. Cette course se déroule le même jour que la n°6 et donc les pilotes stars ont du faire un choix. Lee Petty par exemple préférant l’autre course.

 

Herb Thomas, très en forme, réalise une nouvelle pole et c’est même une grande satisfaction pour la famille Thomas vu que son jeune frère, Donald, réalise la 2ème position. Donald pilote pour la 1ère fois pour le compte du team de John Ditz où il remplace Dick Rathmann qui a préféré aller à Oakland.

 

La superbe Corvette faisant office de pace car.

 

La course sera dominée au début par Herb Thomas mais il va subir des ennuis mécaniques et devra se contenter de la 10ème place au final. Al Keller (Hudson) n’en demandait pas tant et il va savoir profiter pleinement des déconvenues de Thomas et des autres pour s’octroyer sa 1ère victoire en carrière.

 

Fonty Flock annonce après l’arrivée qu’il quitte la NASCAR pour rejoindre le SAFE. Il avouera plus tard que les décisions des officiels concernant les récentes pénalités infligées à son frère et à lui-même ont pesé dans la balance.

Bob Flock qui remplace son frère Tim pour la seconde fois cette saison décide lui aussi de se retirer de la NASCAR en soutien à ses frères.

 

Baker en terminant une fois encore 2ème accentue son avance au championnat. Il faut dire que Lee Petty n’a pas encore roulé vu que la course d’Oakland démarre en fin d’après-midi et donc on ne sait pas encore quel résultat il va pouvoir y faire.

 

Donald Thomas pilote la Hudson habituellement confiée à Dick Rathmann, d’ailleurs c’est écrit dessus !

 

Course n°6 : « Rathmann ultra dominateur »

 

Le même jour (dimanche 28 mars) donc 26 pilotes ont préférés aller courir à Oakland en Californie car la course y est plus richement dotée. Cette piste à la particularité d’avoir des virages en terre battue et des lignes droites asphaltées.

La pole revient à Hershell McGriff (Oldsmobile), c’est sa 1ère en carrière. Il devance Lee Petty, le grand favori de l’épreuve. En cas de victoire il prendra la tête du championnat.

 

La course va être dure pour Petty, trop de pression ? Oui et non, il roule bien mais ne peut rien faire contre d’autres pilotes n’ayant rien à perdre. Petty vise le championnat et ne peut pas prendre tous les risques. De toute manière il est un pilote qui n’avait pas de concurrence en ce dimanche. Il s’agit de Dick Rathmann (Hudson). Parti 26ème et dernier car il n’était pas arrivé à temps au circuit pour prendre part aux qualifications il remonte rapidement et ce tout en glisse sur les premiers et une fois en tête (au 143ème des 250 tours) ne sera plus inquiété. Il gagne avec plus d’un tour d’avance sur Marvin Panch (Dodge). C’est la 11ème victoire de Rathmann et la 1ère et dernière d’Erick « Ray » Erickson lors de la seule course où ce propriétaire engagera une voiture !!! Autre époque. Erickson n’a engagé cette voiture qu’à la demande de John Ditz le propriétaire habituel de Rathmann vu que ce dernier avait préféré engager sa voiture à Savannah.

 

Dick Rathmann #3, Tommy Moon #4 et Gober Sosebee #51 en action à Jacksonville, course n°3.

 

 

Notons l’accident au 20ème tour de Bill Weiman (Oldsmobile) qui partira en tonneau après avoir perdu sa roue arrière droite. Légèrement blessé il décidera après avoir eu la frayeur de sa vie de renoncer à la course et ce alors qu’il venait d’effectuer son premier départ en carrière. Qui a dit que tous les pilotes étaient fiers et courageux ?

 

Il faut aussi savoir que Dick Rathmann devient ici le 1er pilote à remporter une course en étant parti de la dernière place sur la grille de départ.

 

Course n°7 : « Sur trois roues !! »

 

Le dimanche 4 avril, c’est à North Wilkesboro en Caroline du Nord que 24 pilotes prennent part à la 7ème course. Il fait extrêmement froid et la terre est rendue très dure. Cela va d’ailleurs poser quelques ennuis à bon nombre de pilotes et surtout à leurs voitures.

 

Gober Sosebee réalise la pole, sa 3ème en carrière.

Il va mener facilement les 94 premiers tours et ne perdre la tête que lors de son ravitaillement face à Rathmann. Sosebee reprend son bien une fois Rathmann passé par son stand. Mais le pauvre Sosebee commence à avoir des difficultés à faire tourner son Oldsmobile dans les virages. Il perd au 115ème tour le leadership face à Rathmann. Sosebee devra même renoncer au 152ème tour lorsqu’un axe de roue à l’avant droit cassera. Il terminera 12ème. Rathmann lui se promène en tête quand à 2 tours de l’arrivée il crève un pneu. Il décide de ne pas rentrer aux stands changer de pneu car il compte plus d’un tour d’avance sur son second Herb Thomas. C’est donc en se traînant lamentablement qu’il boucle ses deux derniers tours et franchit la ligne d’arrivée en tête avec 20 secondes d’avance sur Thomas. C’est la 12ème victoire de Rathmann en carrière et la première pour son propriétaire John Ditz.

 

En terminant 15ème alors que Lee Petty termine 5ème, Buck Baker laisse le commandement du championnat à ce dernier pour 38 points.

 

Course n°8 : « Doublé des Thomas »

 

Le dimanche 18 avril, rendez-vous pour 28 pilotes à Hillsboro, NC sur le Orange Speedway. Un grand ovale d’un mile en terre battue.

Buck Baker réalise la pole, sa 9ème en carrière.

La course sera une affaire de famille. Si Baker fait illusion lors des 12 premiers tours, il est vite dépassé par les frères Thomas, Donald en tête. Donald qui va creuser petit à petit un écart significatif sur son grand frère. Mais au 65ème tour Emory Lewis, le coéquipier de Baker chez Griffin Motorsports part en tonneau avec son Oldsmobile et ce juste devant la Hudson du leader Donald Thomas. Ce dernier parvient à éviter Lewis mais est obligé d’aller mettre ses roues en dehors de la piste. Il revient sur celle-ci mais son frère Herb est déjà passé. Donald est plus rapide et va vite remonter dans le pare choc arrière de l’Hudson d’Herb. Mais Herb a de l’expérience et va systématiquement fermer toutes les portes. C’est donc avec à peine une longueur de voiture qu’Herb remporte la course. C’est le premier et dernier doublé familial des Thomas. Il s’agit du 9ème doublé « frère/frère » de l’histoire, les 8 premiers étant répartis entre les 3 frères Flock (Bob, Fonty et Tim).

 

Herb Thomas et son nouveau sponsor Blue Crown.

 

Lee Petty (6ème) perd 24 points sur Baker (3ème) et repart donc avec la petite avance de 14 points au général en direction de Macon.

 

Juste pour l’anecdote il y avait une autre paire de frères ici à Hillsboro, la paire Bud et Marshall Harless. Bud n’était autre que le chef de la police de Gilbert, WV. Bud terminera 15ème tandis que Marshall finira 20ème sur sa vieille Ford de 1949.

Bud qui roulait avec le #8… L’histoire se répète aujourd’hui encore entre Bud et le #8 !!

 

Course n°9 : « Sosebee parvient à ses fins »

 

Le dimanche 25 avril seulement 22 pilotes se donnent rendez-vous à Macon en Georgie sur le Central City Speedway.

Dick Rathmann est en forme et réalise une belle pole position.

 

La course sera épique et âprement disputée surtout après le drapeau à damier ! En effet Dick Rathmann franchit la ligne d’arrivée le premier avec 6 secondes d’avance sur Gober Sosebee. Mais Sosebee est fou de rage car il estime qu’il avait un tour d’avance sur Rathmann et que les officiels ont fait une erreur dans l’enregistrement des tours. Pour la 3ème fois de l’année les officiels doivent ainsi se réunir et tout recalculer. Ils y passeront la nuit et ce n’est que le lendemain que la décision tombe. Sosebee est déclaré vainqueur et Rathmann est rétrogradé en 2ème position. Pour Sosebee cette décision est importante car il ne le sait pas encore mais c’est la 2ème et dernière fois qu’il gagnera une course en carrière. Déjà en 1952 sa 1ère victoire avait été attribuée de façon chanceuse car il était en tête au moment ou la course avait été interrompue pour cause de pluie.

 

Lee Petty (9ème) perd 2 points sur Buck Baker (8ème) au championnat.

 

Course n°10 : « Herb dominateur »

 

Le dimanche suivant, le 2 mai, 25 pilotes prennent part à la course disputée sur le fameux ovale de Langhorne en Pennsylvanie.

La pole revient à Lee Petty, il devance l’homme fort du moment Herb Thomas.

 

La course sera un calvaire pour Lee Petty. Il s’envole dès le baisser du drapeau vert et caracole en tête jusqu’à l’agitation du seul drapeau jaune de la course au 55ème tour. C’est Matt Gowan qui vient de crasher sa Plymouth. Après une série de tonneaux il sortira indemne de sa voiture. Mais Petty voit sa mécanique surchauffer pendant qu’il roule à vitesse réduite derrière le pace car. Il y a beaucoup de terre accumulée sur sa calandre. Lors du restart il conserve la tête mais au 75ème tour il est contraint de rentrer aux stands. Sa voiture fume et menace de rendre l’âme. Il va y perdre la course. De plus le problème ne sera pas réglé et il terminera la course en 9ème position à 29 tours du leader.

 

Matt Gowan a détruit sa Plymouth et termine 17ème.

 

Herb Thomas qui a hérité de la tête de la course est un temps menacé par Dick Rathmann mais ce dernier doit changer de pneus suite à une crevaison. Il perd un tour dans la manœuvre et finira 3ème. Thomas franchit la ligne d’arrivée en vainqueur avec une fois encore plus d’un tour d’avance sur son second Al Keller.

Baker en terminant 6ème s’empare du commandement au championnat.

 

Il faut encore saluer la performance de la marque Hudson qui s’empare des 5 premières positions de la course. Herb Thomas lui remporte sa 5ème victoire de l’année en 10 courses !

 

Course n°11 : « Baker enfin ! »

 

Une semaine plus tard, le dimanche 9 mai la piste de Wilson en caroline du Nord accueille les pilotes. Il n’y a que 16 inscrits mais toutes les têtes d’affiche sont là.

 

La pole revient à Jim Paschal sur Oldsmobile.

La course sera très vite un duel entre Baker et Thomas. Baker qui pourtant parti 5ème avait réussi à prendre la tête dès le premier tour ! Dick Rathmann va prendre la tête lors des ravitaillements, il n’a pas changé de pneu et mal lui en a pris. En effet à 30 tours de la fin il explose un pneu et est contraint de laisser s’échapper Baker et Thomas. Herb qui va lui aussi devoir renoncer 8 tours plus tard suite à un problème mécanique. Du coup Baker n’a plus de concurrent et peut dérouler tranquillement jusqu’à l’arrivée. Il s’agit de sa 1ère victoire en 1954 (6ème en carrière) et cela lui permet d’augmenter son avance au championnat sur Lee Petty (4ème). Baker qui devance Al Keller de plus d’un tour et Ralph Liguori qui réalise ici son meilleur résultat en carrière avec une 3ème place.

 

Baker pilotait ici l’Oldsmobile « Helzapopin » qui avait été disqualifiée à Daytona. Ici pas de problème, le carburateur étant tout ce qu’il y a de plus conforme.

 

Course n°12 : « Paschal gagne et perd sa place ! »

 

Le 16 mai direction la Virginie et la piste de Martinsville. Il fait un temps de chien et les 24 pilotes présents ne pourront pas faire le moindre tour d’essai. Il n’y aura pas de qualifications non plus et les officiels vont procéder à un tirage au sort pour déterminer la grille de départ. La chance sourit à Ralph Liguori (Dodge).

 

La course est disputée sous un ciel chargé de nuages et il fait très sombre. Les 8500 spectateurs ont bien du mérite d’être venu.

Ralph Liguori ne peut profiter de sa « pole » car son pilotage n’est pas au niveau des meilleurs. C’est Bill Blair qui mène le début de course mais des soucis mécaniques vont vite lui pourrir la course et il va traîner sa peine jusqu’à son abandon au 133ème tour. Jim Paschal le relaye en tête. Buck Baker va être victime de la maladresse d’un attardé, Elton Hildreth, quand en lui prenant un tour supplémentaire, son 4ème, les deux hommes s’accrochent et doivent abandonner.

 

Baker out (18ème), Paschal n’a plus de rival et s’en va gagner la course avec un tour d’avance sur Lee Petty. Petty qui du coup reprend la tête du championnat.

Pour Paschal il s’agit de la 1ère victoire de l’année (2ème en carrière) mais elle va avoir un goût amer. En effet son propriétaire Bob Griffin va avec son ami Ernest Woods intervertir leurs pilotes, ce n’est pas la 1ère fois de l’année ni la dernière mais Paschal ne trouvera pas cela juste et le fera remarquer. Cela dit on lui fera remarquer que s’il n’est pas d’accord il peut toujours aller voir ailleurs.

En fait le problème vient du fait que Baker s’est crashé et que son coéquipier Joel Million aussi. Ernest Woods n’a plus de voiture compétitive en réserve et son ami Griffin lui propose de faire rouler Baker, qu’il trouve meilleur que Paschal, chez lui. Woods qui apprécie Baker préfère s’en séparer car il sait que Griffin peut lui apporter le bon matériel. Woods récupère donc Paschal dans son team.

 

Elbert Allen sur Oldsmobile se bagarre avec Bill Irvin sur Plymouth

(photo de Jacksonville course n°3)

 

Course n°13 : « La pluie au secours de Petty »

 

Le dimanche 23 mai c’est en Pennsylvanie que 22 pilotes se dirigent pour disputer la 13ème manche sur le demi mile de Sharon. Le temps est moche et on se croirait presque à Martinsville une semaine plus tôt.

Baker est chez Griffin Motorsports et Paschal a hérité d’une Oldsmobile vieille de plus d’un an chez Ernest Woods.

Une accalmie de la météo permet le bon déroulement des qualifications. Dick Rathmann s’empare de la pole.

 

La course démarre plus tôt que prévu car les officiels craignent la pluie. Du coup il n’y a pas la grande foule dans les tribunes (4000 spectateurs). La pluie s’invite à plusieurs reprises, il s’agit de petites averses mais les drapeaux jaunes se succèdent. Lee Petty se trouvera en tête au bon moment car quand la pluie retombe à nouveau sous forme d’un véritable déluge, les officiels interrompent la course de façon définitive au 160ème des 200 tours prévu. Petty gagne devant Baker et accroît donc encore un peu son avance au général à 82 points.

 

Course n°14 : « Pit stop éclair »

 

Le samedi 29 mai c’est la très belle piste asphaltée de Raleigh en caroline du Nord qui accueille les 35 pilotes inscrits. Elle remplace le ½ mile de Canfield. Il faut dire que cette course est censée faire de l’ombre aux Indy 500 qui se disputeront le lendemain. Pour cela il faut une piste rapide offrant un beau spectacle. Hershel McGriff vient de signer un contrat pour le reste de l’année chez Frank Christian à la place de Curtis Turner parti chez Elmer Brooks.

La pole, déterminée ici par la moyenne effectuée sur 2 tours chronométrés, revient à Herb Thomas sur Hudson.

 

La course sera somptueuse et malgré la distance (250 miles) ne sera pas interrompue par des drapeaux jaunes. Thomas va se faire déborder au départ par Buck Baker (Oldsmobile). Le temps que Thomas soit « chaud » et au 3ème tour il est premier. Cette position il ne la perdra que lors de ses deux ravitaillements. Dans une course aussi fluide, le travail des mécaniciens de Smokey Yunick est primordial et ceux de Thomas vont être éblouissants car Herb ne passera au total qu’une minute et 49 secondes au pit (54,5 sec de moyenne par ravitaillement). Cela peut paraître ridicule par rapport aux chronos d’aujourd’hui (entre 12 et 16 secondes) mais à l’époque c’était vraiment rapide. Pour preuve Dick Rathmann va lui passer 3 minutes et 45 secondes au pit pour deux arrêts également (1 min 52,5 sec par pit) soit plus de 2 fois plus de temps. Les mécanos de John Ditz son propriétaire n’ayant pourtant pas démérité !

 

Cet écart réalisé au stand va se ressentir sur la piste ou Herb Thomas va remporter la course avec plus de 2 tours d’avance sur Rathmann et 4 sur Hershell McGriff. Lee Petty 4ème gagne quelques 100 points de plus que Baker (9ème sur problème moteur) et creuse l’écart au championnat. Pour Thomas il s’agit de sa 6ème victoire en 13 départs (sur 14). Il frôle les 50%.

 

Herb Thomas vainqueur.

 

Cette course peut-être considérée comme historiquement importante car ici le rôle des arrêts ravitaillements a vraiment pris toute son importance pour l’obtention d’un bon résultat. Cette tendance ne fera que s’accroître au fil des années.

 

Course n°15 : « Baker enfume ses adversaires »

 

Le lendemain, dimanche 30 mai, c’est toujours en Caroline du Nord mais à Charlotte que 25 pilotes prennent part à une course de 100 miles sur cet ovale de ¾ de mile.

Al Keller réalise la pole sur Hudson pour l’écurie de George Miller, ce sera pour ce propriétaire la seule pole de l’histoire de son team. C’était déjà Keller qui lui avait donné plus tôt dans l’année à Savannah sa seule victoire.

Tous les gros bras sont ici car le même jour à lieu la 16ème course à Gardena en Californie.

 

C’est sous un soleil de plomb que la course va se dérouler causant bien des soucis aux pilotes, organisateurs et spectateurs ! Al Keller se fait déborder au départ par Baker, décidément très rapide à se mettre en action tout comme le jour précédent. Cela dit Keller est vraiment plus rapide et reprend son bien au 3ème passage mais alors qu’il compte presque un demi tour d’avance il subit les affres de la surchauffe moteur, il a trop forcé vu la chaleur et surtout la poussière que celle-ci entraîne. Au 67ème tour Clyde Minter (Mercury) provoque le 1er yellow suite à un accident et Keller en profite pour ravitailler. Ce sera sa fin car sa voiture aura bien du mal à repartir et il se traînera jusqu’à la fin pour terminer 16ème à 37 tours du vainqueur.

 

Devant Baker a prit la tête et connaît lui aussi des problèmes de température moteur. Il y a tellement de poussières de terre battue dans les airs que les tribunes se vident, l’air est irrespirable et de plus on y voit plus rien depuis les gradins ! Les officiels décident de brandir un nouveau drapeau jaune pour permettre à un camion citerne d’entrer en action et d’asperger copieusement la piste d’eau. La manœuvre prendra 19 tours. Une fois la course relancée les deux leaders Baker et Petty creusent l’écart. Baker va cependant avoir l’aide de « dame chance » car dans le dernier virage du dernier tour il explose à la relance son moteur ce qui entraîne un immense panache de fumée blanche et opaque. Petty ne peut que lever le pied car il ne voit plus où il met les roues. Baker franchit la ligne d’arrivée sur son élan en vainqueur.

 

Course n°16 : « Soares profite des erreurs »

 

Dimanche 30 mai donc, à Gardena, CA, pas moins de 32 pilotes dont beaucoup de locaux répondent présents. C’est la dernière fois que l’on court sur le Carrell Speedway car il sera détruit 2 jours plus tard le 1er juin pour permettre le passage d’une autoroute. Pour fêter la dernière course, la distance est portée de 100 à 250 miles soit 500 tours de ce demi mile en terre battue.

 

La pole revient à Danny Letner (Hudson), sa 1ère en carrière pour la plus grande joie de son propriétaire Joe Bearsheck qui engage pour la toute première fois une voiture en NASCAR. Allen Heath est 18ème sur la grille avec sa rare Kaiser Manhattan.

 

Le départ est donné sous un beau soleil et pour concurrencer les Indy 500 qui se déroulent le même jour les voitures s’élancent par ligne de 3. Quand on voit la largeur de la piste c’est un miracle qu’il n’y ai pas eu d’accident au premier virage ! Danny Letner va mener facilement le 1er quart de l’épreuve, il sera relayé par Lloyd Dane (Hudson) du 106ème au 285ème tour puis c’est au tour de John Soares (Dodge), partit 17ème, de prendre le commandement. En fait tous les pilotes connaissent le même problème : la surchauffe moteur. Ils doivent donc lever le pied tous sauf Soares qui roule pépère. Il compte 1 tour d’avance quand on lui présente le drapeau à damier à la grande surprise de son propriétaire Charles Vance. Mais bon on ne va pas chipoter surtout que pour Vance tout comme Soares il s’agit de la 1ère (et unique) victoire en carrière. Dane est 2ème et Letner 3ème à 6 tours.

 

Notons que malgré la longueur de la course (4h 38m 27s) il n’y a eu qu’un accident au 293ème tour quand Bob Rose retourne sa minuscule Henry J.

 

En fait c’est plusieurs jours après que l’erreur est découverte par les officiels de la NASCAR. Il y a eu une erreur lors du décompte des tours et Soares n’en a fait que 496 sur les 500 prévus. Comme personne chez les concurrents n’a relevé la chose, le résultat est tout de même entériné.

 

Course n°17 : « Curtis à la maison »

 

Dimanche 6 juin direction la Caroline du Sud et le Columbia Speedway. Seulement 18 pilotes engagés mais que des stars ou presque.

La pole pour Buck Baker (Oldsmobile).

 

La course ne sera pas palpitante. Baker connaît des petits soucis et va vite laisser Curtis Turner prendre le commandement. Baker en terminant 8ème alors que Lee Petty prend la 5ème place perd de nouveau quelques points au championnat portant son déficit à 198 unités. Devant Turner mène sa Oldsmobile vers la victoire, sa 1ère de l’année (10ème en carrière). Ce sera également la seule en carrière pour son proprio Elmer Brooks. Turner aime bien faire les choses et il a mis un point d’honneur à triompher devant Hershell McGriff qui pilote son ancienne voiture. McGriff termine à 2 tours quand même. Notons l’accrochage dans le dernier tour entre Herb Thomas et Joe Eubanks (Hudson tous les 2) mais sans conséquences ni pour eux ni pour le classement.

 

Notons qu’une mini parade militaire eu lieu en ouverture de la course. En ce jour du 6 juin les américains fêtaient le 10ème anniversaire du « D-Day », le débarquement en Normandie, France, théâtre historique de la seconde guerre mondiale. Turner en remportant sa « 10ème » victoire ne pouvait pas choisir de meilleure date.

 

Course n°18 : « Le fauve est lâché »

 

S’il est une course historique, mais dont la NASCAR se passerait bien, c’est bien celle disputée le dimanche 13 juin dans l’état du New Jersey. Sur l’aéroport de Linden est aménagée la 1ère course routière de l’histoire de la NASCAR. L’autre fait historique va venir une grosse heure plus tard. La piste fait 2 miles de long et il faudra faire 50 tours de cette piste aux 4 virages à gauche et à l’unique virage à droite, le 1er de l’histoire, surnommé « K.I.G. Bend ». les promoteurs Ed Otto et Red Crise dénomment la course les « International 100 Mile Race ». International ? Oui car les voitures étrangères y sont autorisées (2ème fois de l’histoire). Le prix des places est de $3 dans l’herbe et $4 dans les tribunes, ce qui est plus cher que d’habitude pour une course NASCAR de l’époque mais la location de l’aéroport et l’arrêt de son trafic aérien, somme toute limité, y sont pour quelque chose. Cela dit il y a quand même 10000 spectateurs. Il y a 13 marques de voitures dont 5 étrangères (Porsche, MG, Jaguar, Morgan et Austin-Healey) pour un total de 21 voitures sur les 43 au départ.

La course malgré sa faible distance de 100 miles est richement dotée pour l’époque ($5.020).

 

La pole revient à une américaine, à savoir l’Oldsmobile de Buck Baker. La meilleure des étrangères est pilotée par Al Keller et s’élance de la 7ème position.

 

La piste de Linden.

 

La course qui démarre à 15h va être disputée. Baker mène les 10 premiers tours depuis sa pole avant de laisser Herb Thomas qui le suivait comme son ombre lui chiper le commandement lors du 11ème passage quand Baker s’accroche avec Hershell McGriff (Jaguar). Si Mcgriff part en tête-à-queue avec sa légère anglaise, la grosse américaine de Baker poursuit son chemin sans perdre trop de temps. Baker reprend son bien au 13ème tour sur la ligne mais Thomas n’est pas décidé à le lui laisser plus longtemps et dès le 1er virage il reprend le leadership. Position qu’il va garder jusqu’à son ravitaillement au 22ème tour. C’est Al Keller qui prend la tête à ce moment sur sa Jaguar XK 120 Coupé. Il va profiter du fait qu’elle consomme moins et il ne ravitaillera pas. Du coup Al Keller remporte la course !!! Il gagne devant la Hudson de Joe Eubanks d’une distance estimée d’un demi mile. Pour le propriétaire de Keller, Paul Whiteman ce sera la seule victoire en carrière. Whiteman qui est à l’époque le principal concessionnaire Jaguar aux USA. Buck Baker termine 3ème à 1 tour devant un trio de Jaguar emmené par Bob Grossman, Harry LaVois et Bill Claren. Lee Petty est 10ème à 2 tours.

 

Al Keller pose avec sa Jaguar sur le tarmac de Linden.

 

Sur la Victory Lane, autre coup de théâtre quand Al Keller annonce qu’il quitte la NASCAR pour rejoindre l’AAA et ses courses d’Indy.

Il faudra attendre 2 ans et demi avant de revoir une course routière au calendrier de la NASCAR. Keller ne reviendra pas en NASCAR avant 1956.

 

Notons qu’il y avait une course dans la course car les promoteurs avaient décidé de faire un classement réservé aux voitures étrangères de moins de 2 litres de cylindrée. Ce classement interne rapportant plus d’argent. C’est Tom Rivers sur une MG (14ème au général) qui l’emporte devant J. Kilgore sur Porsche et Fred Cole (MG). Pour l’occasion un vrai podium « à l’européenne » fut célébré. Cette « course dans la course» n’étant pas reconnue officiellement par la NASCAR, elle est souvent, même presque toujours, oubliée de nos jours. Tout comme la victoire de la Jaguar. Dans le guide officiel destiné à la presse édité par la NASCAR en 2007, Jaguar ne figurait même plus dans la liste des marques victorieuses !!!! Il y a des détails qui font tache et que certains préfèrent effacer…

 

Course n°19 : « Et de sept pour Thomas »

 

Le samedi 19 juin 24 pilotes se retrouvent à Hillsboro, NC pour disputer une course « normale » c'est-à-dire sur ovale et sans voitures étrangères. Robert Glenn Johnson Jr dit Junior Johnson reprend le volant de la Hudson de chez George Miller qu’aurait du piloter Al Keller.

Herb Thomas réalise la pole et on va vite résumer la course par : Thomas leader du 1er au 200ème et dernier tour. Il gagne devant Lee Petty qui conserve bien sûr la tête du championnat vu que Baker termine juste derrière lui.

 

Les 4000 spectateurs qui ont déboursé $1.50 pour assister à une course soporifique n’auront même pas eu l’occasion de faire la sieste car Thomas n’a mis qu’une heure, 12 minutes et 24 secondes pour faire les 200 tours de cette piste d’un demi mile. C’est la dernière fois que l’on roule ici sur cette configuration car dès l’année suivante la piste sera raccourcie à 0.4 mile.

 

Al Keller sur Hudson. (photo de West Palm Beach course n°1)

 

Course n°20 : « Petty déchaîné ! »

 

Vendredi 25 juin pas moins de 32 pilotes participent à la course de Rochester, NY sur le Monroe County Fairgrounds, encore un ½ mile en terre.

La pole revient à Herb Thomas qui fête ici sa 30ème en carrière. Il est à cette époque le pilote le plus prolifique dans ce domaine.

 

La course va être particulière, Herb Thomas profite de sa pole et mène facilement comptant au 120ème passage un tour d’avance sur Lee Petty (Chrysler) qu’il vient de doubler mais ce dernier va soudainement se réveiller et rouler de plus en plus vite, réalisant des temps supérieurs à ceux de la pole et revenir dans le tour et rattraper Thomas pour lui prendre le commandement au 141ème tour juste avant leur ravitaillement respectif. Thomas avait baissé de rythme pour une raison inexpliquée, il ne se plaindra d’ailleurs de rien après la course. Petty lui file jusqu’au 200ème et dernier tour et remporte sa 14ème victoire en carrière (3ème de l’année). Il devance de quelques secondes Thomas. Dick Rathmann 3ème est à un tour et Buck Baker 4ème à 2 tours ce qui lui fait perdre encore des points sur Petty au général.

 

Course n°21 : « Duel somptueux » 

 

Deux jours plus tard, le dimanche 27 juin, une longue liste de 41 pilotes est dévoilée pour la course de Mechanicsburg en Pennsylvanie. Il s’agit d’une ville portant bien son nom. La piste n’est pas très originale, il s’agit d’un ½ mile en terre dénommé Williams Grove Speedway. La piste construite par Roy Richwine fut construite en 1939 et existe toujours aujourd’hui dans une forme quasi identique. Cela dit ce sera la seule course de NASCAR s’y disputant hormis des courses régionales.

C’est pourtant un grand succès. Dès le matin la foule est présente en masse pour les essais. La pole qui revient à Dick Rathmann (Hudson).

 

La course se déroule devant 21600 spectateurs. Elle sera très serrée du départ à l’arrivée entre deux hommes. Le poleman Rathmann et Herb Thomas. Ils vont s’échanger plusieurs fois le commandement et ne seront jamais séparés de plus de quelques longueurs durant l’épreuve. Thomas contenant les assauts de Rathmann pour gagner avec 4 longueurs d’avance. Ralph Liguori fut le seul pilote à les suivre mais à une distance raisonnable l’empêchant de prétendre à la 1ère position. En voulant forcer sa monture pour combler l’écart dans les derniers tours il va s’écraser dans une barrière en bois. Du coup il termine à la 8ème place, n’ayant jamais réussi à s’en dégager avant la fin.

 

Baker 6ème revient très légèrement sur Petty (7ème) au général.

 

La voiture de Fonty Flock à l’inspection technique. Une obligation à chaque course.

(photo de Daytona course n°2)

 

Course n°22 : « Thomas en maître »

 

Le samedi 3 juillet c’est sur le Piedmont Interstate Fairgrounds à Spartanburg, SC que 21 pilotes se retrouvent. Il s’agit de la 2ème édition de cette course. C’est encore un ovale d’un demi mile en terre mais sa configuration en fit l’un des plus rapide. Il est considéré par les pilotes comme un petit Langhorne, c'est-à-dire un ovale quasi circulaire. C’est la chasse gardée des pilotes maîtrisant la glisse surtout avec cette température estivale car la terre devient de la poussière.

 

La pole revient à Hershell McGriff au volant de son Oldsmobile.

Pour la course le destin de McGriff va être tout autre, il démarre bien mais va crever un pneu et du coup perdre le contact avec les hommes de tête ou plutôt l’homme de tête car Herb Thomas est sur une autre planète et s’en va vers une nouvelle victoire avec plus d’un tour d’avance comme c’est souvent son habitude. Jimmie Lewallen (Mercury) devance Lee Petty (Chrysler) et Buck Baker (Oldsmobile) qui perd les points qu’il avait gagnés une semaine plus tôt. Joe Eubanks (Hudson) complète le top5.

 

Course n°23 : « La passe de trois pour Herb »

 

Le lendemain, jour de la fête nationale, le dimanche 4 juillet, 22 pilotes sont présents pour la course de Weaverville sur le Asheville-Weaverville Speedway, une des pistes habituellement empruntées par la NASCAR.

Le matin est consacré aux essais. Lee Petty détruit sa Chrysler dans une barrière. Catastrophe pour le leader du championnat qui ne possède pas de voiture de réserve. Il va recevoir l’aide de Gary Drake le propriétaire de l’Oldsmobile habituellement pilotée par le rookie Blackie Pitt. Pitt qui va lui-même trouver quelques heures plus tard une solution pour faire la course. Il passe un accord avec Frank Dodge pour piloter l’Oldsmobile qu’il engage pour Eddie Skinner. Skinner lui ne trouve pas de solution de secours et regardera la course depuis les stands.

Herb Thomas réalise la pole. Mais cette dernière est historique. En effet l’ancien pilote et aujourd’hui promoteur de la course Joe Littlejohn a fait installer un siège spécialement destiné à le recevoir dans l’Hudson de Thomas. Thomas participe donc aux qualifications avec un passager. Malgré ce poids supplémentaire il réalise la pole en battant le record de la piste. Littlejohn reste à ce jour le seul « copilote » dans une course de NASCAR si on excepte Jocko Flocko, le singe de Tim Flock.

 

Le fantasque Joe Littlejohn.

 

Ils seront donc 21 au départ finalement vu que Skinner reste sur la touche. Littlejohn ne prend pas part à la course bien sur, le règlement l’interdisant. Course remportée par Herb Thomas qui avec ou sans passager roule toujours aussi vite. Il devance pour la 2ème fois consécutivement Jimmie Lewallen de plus d’un tour. Thomas égale le record de 3 victoires consécutives. Lee Petty 3ème profite des malheurs de Baker (14ème) pour creuser l’écart au championnat.

 

Course n°24 : « Pas de record pour Thomas »

 

Le samedi 10 juillet 23 pilotes participent à la course de Willow Springs près de Chicago dans l’Illinois. Le Santa Fe Speedway accueille ici sa seule et unique course de NASCAR de son histoire.

 

La pole revient à Buck Baker à l’impressionnante vitesse de 75.662 mph. Pour un ovale d’un demi mile en terre c’est très rapide à l’époque. La terre lisse comme de l’asphalte y étant pour beaucoup.

La course va d’abord être la chasse gardée de Baker, bien décidé à revenir au championnat. Mais c’était sans compter sur Dick Rathmann (parti 5ème) qui va lui prendre la 1ère place au 47ème tour et ne plus la lâcher jusqu’à l’arrivée. Il gagne devant Herb Thomas empêchant ce dernier de réussir la passe de quatre et d’obtenir là un nouveau record. Hershell McGriff est 3ème devant Lee Petty et sa toute nouvelle Chrysler. Baker ne prend que la 5ème place.

Rathmann remporte sa 3ème victoire de la saison, la 2ème et dernière pour son propriétaire John Ditz.

 

Course n°25 : « Petty l’économe »

 

Le dimanche 11 juillet quelques 25 pilotes se retrouvèrent à Grand Rapids, MI sur le Grand River Speedrome. Au programme 200 tours. C’est la 2ème et dernière course de NASCAR sur ce demi mile en terre battue.

 

La pole revient à Herb Thomas, sa 33ème en carrière.

La course sera particulière pour Thomas. Auteur d’un bon départ il mène les deux premiers tours puis doit céder car sa voiture tourne difficilement. Buck Baker a pris le commandement et mène devant Lee Petty et Dick Rathmann, derrière les écarts sont déjà faits. Herb Thomas doit renoncer au 49ème tour sur rupture de bras de suspension. Il va cependant réaliser un exploit unique en NASCAR. En effet il va tout d’abord relayer son frère Donald en vue de marquer plus de points en les partageant avec lui. Mais au 68ème tour le moteur de sa Hudson rend l’âme. Il va alors prendre le volant de l’Oldsmobile de Jim Paschal mais au 96ème tour il connaît la même mésaventure que celle subie avec son Hudson personnelle. Du coup il va trouver refuge sur une 4ème voiture, la Hudson de Jim Reed. Il va ainsi pouvoir terminer à la 5ème place mais à 8 tours du vainqueur et marquer quelques points.

 

Jim Reed termine 5ème sur Hudson.

 

Au 178ème tour Virgil Stockton traverse une barrière en bois bordant la piste et plante sa Hudson Hornet dans le ruisseau en contrebas.

Pendant ce temps Lee Petty propulse sa Chrysler en tête et va filer vers la victoire sans avoir du ravitailler ! Il devance Baker de 4 tours sur la ligne d’arrivée. Grâce à cette belle victoire, sa 15ème en carrière (4ème de l’année) il accentue son avance au championnat à 268 points.

 

Course n°26 : « les malheurs des uns font le bonheur des autres »

 

Le vendredi 30 juillet direction Morristown, NJ sur le speedway éponyme. 36 pilotes sont inscrits. Cela dit lors des essais Virgil Stockton tape une barrière en bois sans la traverser ce coup-ci. C’en est trop pour sa veille Hudson de 1952, c’est son 3ème accident en 3 courses. Il doit renoncer à la course.

Buck Baker réalise la pole.

 

La course sera au début dominée par Baker. Pourtant il échappera au pire quand il tombe nez à nez avec les deux épaves de Fred Starr et John Zeke. Il évitera de justesse la collision. Dick Rathmann parti prudemment va prendre la 1ère place à Baker au 78ème tour et va petit à petit creuser un bel écart. Mais à 21 tours de la fin alors qu’il compte un tour d’avance, Rathmann crève un pneu et il doit s’arrêter à son stand pour en changer, il perd 4 tours dans la manœuvre et terminera tout de même 4ème de la course. Course remportée par Baker, sa 3ème de l’année avec un tour d’avance sur Herb Thomas. Lee Petty fort discret termine 6ème.

 

Course n°27 : « Première pour Letner » 

 

Deux jours plus tard, le dimanche 1er août c’est le Oakland Stadium en Californie qui accueille 33 pilotes pour une course de 150 miles. C’est la dernière fois que l’on visitera cette piste asphaltée. Aucune star de la NASCAR n’est présente et la course n’a donc au final aucune influence sur le déroulement du championnat.

La pole revient à Marvin Panch sur sa Dodge. C’est sa 1ère en carrière.

La course est prévue sur 300 tours. 32 pilotes prennent le départ car Don Woodard déclare forfait pour une raison inconnue. Elle va se résumer à une bataille entre Panch et Danny Letner (Hudson).

Letner portera une dernière attaque à 6 tours de la fin et qui se révèlera décisive. Il gagne avec 2 longueurs d’avance sur Panch. Pour Letner c’est la 1ère fois de sa carrière qu’il visite la Victory Lane. C’est aussi la seule victoire de son propriétaire Joe Bearscheck.

 

Notons plusieurs choses. Tout d’abord suite à une erreur dans le décompte des tours il s’avère que le drapeau à damier à été brandi 3 tours trop tôt soit au 297ème passage. Ensuite Bob Caswell qui a terminé 3ème est déclassé car aux inspections d’après courses son arbre à cames s’avère trafiqué sur sa Plymouth. Il est classé 32ème et crédité de 29 tours de façon bizarre.

 

Cette course est aussi l’occasion de revoir une femme en course, il s’agit de Marian « Mopsy » Pagan, la femme du pilote Eddie Pagan. Ce dernier n’aura laissé son épouse piloter que lors des 57 premiers tours. Il la relaye et emmène sa Plymouth au 18ème rang. Ce sera la seule course de Marian.

 

Course n°28 : « Petty avec facilité »

 

Le 13 août, un vendredi, 22 pilotes se ont répondu présent pour la 1ère course se disputant sur le Southern States Fairgrounds à Charlotte, NC.

La pole est pour Buck Baker.

 

La course ne sera pas pour Baker… Il va vite se rendre compte qu’il n’est tout simplement pas dans le coup. Lee Petty par contre lui est en grande forme et il va s’imposer sans la moindre difficulté avec plus de deux tours d’avance sur Dick Rathmann. Baker arrache la 5ème place au rookie Blackie Pitt de justesse.

 

Pour Petty il s’agit de la 16ème victoire en carrière ce qui fait de lui le 3ème meilleure pilote à cette époque. Il reprend un peu de champ au championnat (278 points) alors qu’il ne restera que 9 courses à disputer.

 

Il est marrant de voir que Gober Sosebee termine 10ème classé alors qu’il a abandonné et qu’il rend la bagatelle de 42 tours au vainqueur. Il faut dire que la piste fut meurtrière car seulement 9 pilotes ont vu le drapeau à damier.

 

Course n°29 : « Hershell enfin ! »

 

Note : la construction du speedway de LeHi en Arkansas ayant pris du retard, Bill France trouva un circuit de remplacement à la dernière minute mais en gardant le format de 250 miles. La course de LeHi sera repoussée au 10 octobre.

 

Une course de 250 miles cela rapporte de l’argent alors il n’est pas étonnant de voir que 41 pilotes se sont inscrits pour la course disputée le dimanche 22 août sur le Bay Meadows Speedway à San Mateo en Californie. C’est la 1ère fois que la NASCAR se produit sur cet hippodrome plus connu dans le monde hippique sous le nom de Bay Meadows Race Course. C’est une piste d’un mile recouverte de terre et… d’herbe !! Cela dit l’herbe va être labourée avant la course suite à la colère des pilotes.

 

La pole revient à Hershell McGriff sur son Oldsmobile de chez Frank Christian.

La course va être incroyable pour McGriff car il va réussir à contenir la charge de Bill Amick pour s’en aller remporter sa 1ère course en NASCAR. Avec sa 5ème place et surtout grâce aux problèmes de Buck Baker, qui pilotait ici la Cadillac de Slick Smith, qui termine 17ème, il compte désormais 518 points d’avance au championnat.

 

La surprise de la course vient d’Erick Erickson, le californien qui devant son public va faire une remontée incroyable de la dernière place sur la grille à la 5ème place à la mi course mais il va être stoppé net dans son élan quand il va rencontrer des problèmes mécaniques. Il termine 22ème.

 

Lee Petty et son fameux #42. (photo de Corbin, course n°30)

 

Course n°30 : « Petty enfonce le clou »

 

Le dimanche suivant, 29 août, c’est à Corbin sur le speedway du même nom que 21 pilotes se retrouvent. Cette course sera la seule de l’histoire disputée sur cet ovale du Kentucky.

 

Jim Paschal fait la pole sur son Oldsmobile.

La course va essentiellement concerner Lee Petty et Hershell McGriff. Ils seront seuls au monde et vont terminer dans cet ordre sous le drapeau à damier. Buck Baker, de retour avec son Oldsmobile habituelle de chez Griffin Motorsports, termine 3ème mais à 2 tours du duo de tête. Il perd encore 16 points sur Petty au championnat.

Quand au poleman du jour après avoir mené les 28 premiers tours il doit renoncer sur casse mécanique et termine 19ème.

 

Course n°31 : « La dame en noir s’offre à Herb Thomas »

 

Le lundi 6 septembre, c’est le superbe ovale de Darlington, SC qui accueille la désormais traditionnelle course du Labor Day. Pas moins de 50 pilotes sont engagés. C’est moins que d’habitude ici mais ce qui compte c’est la qualité du plateau et là c’est grandiose avec entre autre le retour de Curtis Turner absent depuis la 17ème course.

Concernant Darlington la plus grosse nouveauté est l’agrandissement de la tribune principal pouvant maintenant accueillir 16000 spectateurs. Avec les autres tribunes et son Infield sa capacité dépasse les 40000 places. Avant la construction du Daytona International Speedway la piste de Caroline du Sud reste le joyau de la NASCAR.

 

La nouvelle tribune couverte située en fin de ligne droite des stands.

 

Buck Baker s’empare de la pole (moyenne de 4 tours lancés ici) comme à son habitude ces dernières courses. Il devance Fireball Roberts qui lui aussi n’avait plus roulé depuis la 17ème course de la saison.

 

La course sera superbe avec de nombreux changements de leaders. Baker profitant de sa pole pour mener les 34 premiers tours mais son moteur surchauffe et il doit baiser le rythme, il abandonnera au 66ème tour et terminera 44ème. Il va cependant relayer Laird Bruner mais ne marquera pas de points en plus car il abandonnera de nouveau, classant l’Oldsmobile de Bruner à la 23ème position. Pourtant avec les déboires de Lee Petty c’était une belle occasion de refaire son retard sur cette course richement dotée en points et en gains. Petty avait en effet abandonné au 131ème tour (termine 38ème) mais il va relayer Marvin Panch et rouler jusqu’à la 3ème place. Le partage des points lui sauvant la mise. Surtout que devant Herb Thomas dépasse Curtis Turner à 20 tours de la fin et s’envole vers une victoire retentissante avec 26 secondes d’avance sur le malheureux Turner qui aura mené 266 des 364 tours. Il remporte du coup son 2ème Southern 500 devant une foule de 28000 spectateurs.

 

Les voitures s’alignent lors des tours de chauffe.

 

L’anecdote de la course revient à Charlie Cregar, le pilote originaire du New Jersey va en effet céder son volant au 120ème tour à Ken Fisher qui vient d’abandonner au 118ème tour. Fisher prend le volant durant le ravitaillement et en reprenant la piste va mener du 130ème au 137ème tour lorsque les leaders vont ravitailler à leur tour. Du coup Cregar est crédité de 8 tours menés dans ses statistiques, ses 8 seuls tours en carrière d’ailleurs mais il n’en aura pas connu la joie sur la piste !

 

Avec cette victoire Thomas s’empare de la 2ème place au championnat et revient d’un coup à 354 points de Petty relançant du coup l’intérêt pour l’attribution du titre de champion.

 

Herb Thomas passe sous le drapeau à damier.

 

Note : le mercredi 8 septembre GoodYear va effectuer des tests de pneus avec Buck Baker. Pour l’occasion le manufacturier de pneus va faire monter un type de pneu étudié à l’origine pour les voitures de police, censé être plus résistant et en offrant plus d’adhérence. Baker s’en dira satisfait mais aucun temps ne fut divulgué donc impossible de savoir si le pneu permettait d’aller oui ou non plus vite. Quoiqu’il en soit ce type de pneu ne sera pas utilisé en NASCAR sauf en 1956 dans la série Convertible pour les pilotes utilisant des pneus GoodYear et qui souhaitaient en acquérir.

 

Course n°32 : « Retour de Flock, disqualification de Baker, Petty presque champion ! »

 

Le dimanche 12 septembre 21 pilotes se donnent rendez-vous pour la dernière course que la NASCAR disputera sur le Central City Speedway à Macon en Géorgie. C’est aussi le grand retour de Tim Flock, revenu sur sa décision. Il faut dire que la compétition lui manquait de trop.

 

Buck Baker signe la pole position en 58.006 mph devant son coéquipier le revenant Tim Flock (56.907 mph) qui pilote ici la backup car de Baker. Cela dit Tim Flock sera au final crédité de la pole après la course suite à la disqualification en course de Baker. Les officiels l’excluant de l’ensemble du week-end.

 

La course donc va être dominée par Baker, du moins par une voiture de Baker. Flock s’empare du commandement dès le 1er tour et mène jusqu’au 180ème tour ou il doit se résigner face à un Hershell McGriff déchaîné. Baker dépasse lui aussi Flock.

McGriff remporte la course, sa 2ème en carrière avec 2 secondes d’avance sur Baker et 25 sur Flock.

Buck Baker va cependant être disqualifié lors de l’inspection d’après course et relégué à la dernière position. Il perd ici tout espoir ou presque de gagner le titre de champion. Flock du coup hérite de la 2ème place et même de la pole et de la prime qui va avec.

 

Herb Thomas lui s’était crashé au 19ème tour. Il va relayer Bill Blair et s’emparer de la 8ème place mais vu que Lee Petty a tranquillement assuré la 3ème position il perd lui aussi quasi toute chance d’être champion.

 

Pit stop pour Curtis Turner (photo de Darlington course n°31)

 

Course n°33 : « McGriff encore »

 

Le vendredi 24 septembre sur le Southern States Fairgrounds à Charlotte, NC, 25 pilotes participent à la 2ème course ici même en un mois et demi.

Hershell McGriff va réussir le grand chelem en gagnant la pole position et la course avec plus d’un tour d’avance sur Lee Petty. Buck Baker termine 3ème d’une course soporifique pour les spectateurs assis dans les gradins. Aucun incident et un petit train de sénateur pour les pilotes. Herb Thomas faisant une course totalement anonyme pour s’octroyer la 5ème place. Il perd donc encore des points sur Petty (402 points) au classement général.

 

Course n°34 : « Thomas répond toujours présent aux grands rendez-vous »

 

Le dimanche 26 septembre c’est la très grande affluence avec 64 pilotes sur le terrible ovale circulaire de Langhorne en Pennsylvanie.

La pole revient à Herb Thomas. Pepper Cunningham tape le rail avec sa Hudson et ne prendra pas le départ finalement malgré le fait d’avoir prit part aux tours de chauffe derrière le pace car.

La course n’est partie que depuis 4 tours quand un gros crash impliquant 8 voitures survient. Quelques pilotes repartiront mais abandonneront dans les tours qui vont suivre. Au restart Thomas se fait surprendre par Baker mais il va très vite se coller à lui et reprendre son bien juste avant une nouvelle neutralisation avec le crash de Dominic Persicketti qui pulvérise sa vénérable Oldsmobile de 1949. On repart et au crash suivant celui de Bill Morgan au 44ème tour Thomas en profite pour ravitailler, il est donc en stratégie décalée par rapport à Lee Petty, Hershell McGriff et Buck Baker. Quand ces 3 là ravitaillent à leur tour Thomas reprend la tête au 115ème tour. Il se passe la même chose lors du 2ème ravitaillement. Thomas est de nouveau leader quand Harvey Eakin décide de faire parler de lui. Il crash sa Nash dans une barrière, la traverse et tombe presque 10 mètres en contrebas dans le passage creusé pour accéder à l’infield via le tunnel. Les secouristes vont mettre pas mal de temps à le dégager. Blessé à la colonne vertébrale il sera contraint à une convalescence de plusieurs mois.

 

Arden Mounts, pilote indépendant termine 45ème sur sa Hudson.

 

Le reste de la course, soit les 98 derniers tours sera sous la mainmise d’Herb Thomas. Il gagne devant Lee Petty et Hershell McGriff. Baker est 4ème à 5 tours.

Mais Thomas aurait pu avoir bien plus dur à gagner si Junior Johnson n’avait pas eu un souci mécanique l’obligeant à perdre 28 tours au stand. Une fois revenu en piste il roulera au même rythme que les leaders et terminera 15ème toujours à 28 tours.

 

Il s’agit de la 40ème victoire pour Thomas en carrière.

 

Course n°35 : « Baker mais trop tard… »

 

Le dimanche 10 octobre nous voici enfin sur le Memphis-Arkansas Speedway à LeHi, AR. Cette course programmée le 22 août et reportée car sa construction n’était pas achevée. 52 pilotes sont engagés.

Il s’agit d’une course de 250 miles sur un grand ovale de 1,5 mile en terre battue. La course dénommée « Mid-South 250 » est prévue sur 167 tours. Cette piste va vite être décriée par les pilotes qui la trouvent fort dangereuse du au fait que ces virages sont assez relevés. Une piste en terre avec des virages relevés créant de grosses ornières au fur et à mesure des tours. On verra par la suite que les craintes des pilotes étaient justifiées.

 

La pole revient à Junior Johnson au volant d’une Cadillac, il réalise la pole lors de la 1ère séance qualificative mais le plus rapide sera Harold Lutz au terme de la 2ème séance, il partira donc 25ème.

Dès le départ Lee Petty se propulse en tête face à Baker dont le moteur va rendre l’âme et va mener facilement jusqu’à 17 tours de la fin quand il doit rentrer au stand pour faire réparer son axe de transmission. Il repartira pour abandonner peu après mais sera tout de même classé 3ème à 6 tours du vainqueur qui n’est autre que Buck Baker qui gagne avec 5 tours d’avance sur Dick Rathmann. Baker remporte une belle victoire, sa 9ème en carrière mais pour le titre c’est trop tard car Lee Petty s’empare de la 3ème place.

 

Lou Figaro sera victime d’un coup de chaleur abandonnera et sera même hospitalisé. C’est Johnny Patterson (abandon plus tôt dans la course) qui reprendra le volant de son Hudson qu’il mènera à la 8ème place. Blackie Pitt sera victime de la même mésaventure. Pour le mois d’octobre il fait particulièrement chaud. Tim Flock devra lui aussi recourir aux staff médical pour une administration d’oxygène. Son échappement perforé ayant presque asphyxié le malheureux.

 

Notons que le gros crash du jour sera à mettre à l’actif de Leland Sowell, pilote du coin, qui crashe lourdement sa Chrysler au 84ème tour. Il devra être opéré d’urgence de blessures graves à l’abdomen. Il s’en sortira.

 

Course N°36 : « Petty s’empare du titre avec la manière »

 

Le dimanche suivant, 17 octobre, c’est Martinsville qui accueille l’avant dernière course de l’année. 44 pilotes ont répondu présent.

La pole revient à Lee Petty, sa 3ème en carrière.

 

La course va se résumer à un duel opposant Petty à Hershell McGriff. Ils vont s’échanger à reprises le commandement. Au 34ème tour un gros crash implique 5 voitures dans le virage 3 dont deux (Dink Widenhouse et Glen Wood sur Oldsmobile tous les deux) partiront en tonneaux.

Au 72ème tour Petty prend la tête et la conservera jusqu’au baiser du drapeau à damier 35 tours plus tôt que prévu. Un ciel noir couvert de nuages assombri à ce point la région qu’il était devenu impossible aux officiels de distinguer clairement les voitures donc de comptabiliser leurs tours.

Petty remporte donc la course, pour la 2ème fois suite à une interruption pour cause de pénombre, et le titre de champion. Cette fois même s’il ne participe pas à la finale il ne peut plus être rejoint mathématiquement. Herb Thomas ayant terminé 16ème et Baker 3ème.

 

Course n°37 : « A la mémoire de Lou Figaro »

 

Le dimanche 24 octobre marque la fin du championnat. C’est à la piste de North Wilkesboro que revient cet honneur. 32 pilotes sont inscrits dont le nouveau champion Lee Petty.

 

Hershell McGriff (Oldsmobile) s’empare de la pole.

La course sera courte pour Lee Petty (Chrysler) qui abandonne dès le 12ème tour. Après la bagarre sera belle entre Dick Rathmann (Hudson) et Hershell McGriff mais la course sera interrompue 3 tours avant la fin. Lou Figaro bien en retard crashe sa Hudson engagée par Ray Erickson dans son 146ème tour. La voiture se retourner et le toit s’écrase sur le malheureux pilote. Les secouristes vont tout tenter pour dégager Lou mais il est inconscient. Il est tranporté à l’hôpital où on tentera de le sauver. Il décède le lundi matin des suites d’une fracture du crâne ayant entraîné une hémorragie fatale.

Lou Figaro est le 3ème pilote* à trouver la mort depuis la création de la NASCAR et le 2ème en course. En 16 courses il aura gagné 1 fois, fait 3 top5, 6 top10 et 1 pole.

 

Le #187de Lou Figaro sera classé à la 13ème place…

 

Hershell McGriff remporte sa 4ème course de l’année et en carrière. Il va se consacrer à la West Series de la NASCAR dès 1955 à temps plein. Il ne reviendra en Grand National qu’en 1971.

 

* les deux autres pilotes ayant trouvé la mort sont Larry Mann en course en 1952 et Frank Arford en qualification en 1953 tous deux à Langhorne.

 

Lee Petty reçoit son trophée de champion des mains de Bill France.

 

Lee Petty remporte donc son « vrai » premier titre de champion. Il avait en effet été pénalisé de 809 points en 1950 pour avoir roulé dans des courses non accréditées par la NASCAR. Sans cette pénalité il aurait été champion cette année là.

Il aura fait 34 des 37 courses de l’année tout comme ses deux principaux adversaires Herb Thomas et Buck Baker mais Petty aura été le plus constant avec 32 top10 dont 24 top5. Il gagne avec 283 points d’avance.

 

Hudson est pour la 3ème année consécutive la marque championne et ce une fois encore grâce à son modèle Hornet, surnommée la « Fabulous » (fabuleuse). Hudson a remporté 17 victoires. Pourtant ce sera le chant du cygne pour la marque qui en 1955 ne remportera qu’une seule victoire, sa dernière d’ailleurs. La marque va ensuite sombrer rapidement et disparaître.

 

Blackie Pitt.

 

Notons enfin que Blackie Pitt recevra l’award officieux de rookie of the year. Le directeur de la publicité de la NASCAR Houston Lawing en fera même la publicité en vue d’attirer de nouveau pilote. Pourtant le titre de rookie ne sera reconnu officiellement par la NASCAR qu’à partir de 1958.

 

Voilà la saison 1954 se termine tristement mais déjà la NASCAR prépare 1955.

A suivre…

 

 

© 2007

 

Bibliographie :

 

Note : la bibliographie évolue d’année en année, pour un report sur les années précédentes, veuillez consulter les sujets correspondants. Une bibliographie complète (nom des livres, auteurs, n° ISBN,…) sera mise à disposition ultérieurement.

 

A la mémoire de Lou Figaro.

 



Connexion
Se connecter :
Pseudo :
Mot de passe :


Prochaines courses