07/12/2011 : Ze Show !! n°35 est disponible !!      05/11/2011 : ChallengeVD: Winter quiz 2011-2012      06/10/2011 : Ze Show 111 en ligne !      28/09/2011 : Ze Show !! n°110 en ligne !!      23/09/2011 : Ze Show !! n°109 disponible !!!     


18/01/2012 : L'édito de nascar_vd (18/01/2012)
de nascar_vd

Retrouvez l'édito de nascar_vd chaque semaine sur SW !

 

Edito du mercredi 18/01/2012.

La Phoenix Racing surprendra-t-elle ?

Il est une écurie qui n’a jamais vraiment fait parler d’elle depuis sa création en 1989, c’est la Phoenix Racing. Enfin si elle a fait quatre fois l’actualité depuis sa création.

La première fut la plus douloureuse avec la mort en 1994 lors des essais en vue des Daytona 500 du regretté Neil Bonnett (avec le #51).

La deuxième lors de cette miraculeuse et surprenante 3ème place obtenue par Geoffrey Bodine aux Daytona 500 en 2002 (avec le #09)

La troisième lors de cette incroyable victoire de Brad Keselowski à Talladega en 2009 (#09)

La quatrième pas plus tard que le 22 décembre 2011 avec la signature du pestiféré de la Penske Racing, le champion 2004 de la Sprint Cup, l’aîné de la famille Busch, j’ai nommé Kurt (avec le #51).

Ce n’est pas beaucoup en 23 ans d’existence ! Tout au plus peut-on rajouter une cinquième fois avec le triste épisode du start & park de Joe Ruttman à Rockingham en 2004 où faute de mécaniciens en nombre suffisant les officiels avaient parqué la Dodge #09 après le premier tour de la course.

D’ailleurs cette période fut très dur pour l’écurie de James Finch. La frigidité des sponsors ne permettant pas à l’écurie de se développer, tout juste de survivre. La décoration Miccosukee Indian Gaming & Resorts étant plus un trompe l’œil qu’autre chose. Une société gérée à la base par une tribu d’indiens résidant en Floride.

Or pas plus tard que le 17 janvier 2012, Kurt Busch annonce fièrement qu’il sera un candidat pour le titre de champion cette année. Alors info ou intox ? Au vue des essais d’inter saison mené la semaine passée à Daytona, il est clair que sur les pistes à restrictor plates la Phoenix Racing a toujours eu un truc et là Kurt Busch s’est placé en haut de la feuille des temps. Un bon début de saison serait l’idéal. Après faudra survivre sur cet acquis ?

Pas si sur que ce soit une réelle utopie. En effet l’écurie utilise du matériel en provenance direct pour le châssis et le moteur de la Hendrick Motorsports. Et on a vu qu’avec les moyens et le talent, le matériel client pouvait faire de superbes résultats. Tony Stewart n’a-t-il pas été sacré champion 2011 avec une configuration « quasi » identique ?

Kurt Busch a le talent, à n’en pas douter, un poil d’inconstance aussi et la complicité qu’il devra créer avec son crew chief Nick Harrison sera une des clefs de la réussite ou non de cette association. Renaîtra-t-il de ses cendres ? Aura-t-il droit à la rédemption ? Il devra à mon avis être celui qui dirigera la maison. En effet comment donner un réel crédit à Nick Harrison ? Arrivé en division nationale comme crew chief en 2006 en Nationwide au sein de la microscopique écurie de Earl Sadler sanctionné par un échec  il a dut attendre 2010 pour avoir une seconde chance à ce poste et ce au sein de la Phoenix Racing à la fois en Nationwide et en Sprint Cup. En Nationwide c’est l’an passé à Daytona avec Landon Cassill qu’il a obtenu son meilleur résultat avec une 3ème place. La pure école Phoenix Racing. Alors qu’en Sprint il doit se contenter d’un duo de 12ème place à mettre en avant sur son curriculum vitae. C’est peu voir rien du tout face à la tâche qu’il aura à remplir avec un Kurt Busch qui ne sera pas le dernier à pousser une gueulante si les résultats ne suivent pas. Harrison aura-t-il la carrure pour tenir tête à Kurt et canaliser sa légendaire indiscipline ? Pas sûr. Et si un des deux devait sauter Harrison serait le premier sacrifier à n’en pas douter.

Kurt devra vraiment se surpasser s’il veut viser le titre et tout autant pour ne fut-ce qu’intégrer le Chase. Car pour le moment il n’a pas de sponsor principal et vivre dans une écurie de cette taille va le changer par rapport aux standings qu’il a toujours connu chez Roush pu Penske. Le point positif c’est qu’il a un pied dans la grande famille Hendrick Motorsports et que cet intérim chez Phoenix lui ouvrira peut-être les portes d’un futur plus ensoleillé.

Ne dit-on pas que le Phoenix renaît toujours de ses cendres ?

Sur ce à la semaine prochaine !

Connexion
Se connecter :
Pseudo :
Mot de passe :


Prochaines courses