07/12/2011 : Ze Show !! n°35 est disponible !!      05/11/2011 : ChallengeVD: Winter quiz 2011-2012      06/10/2011 : Ze Show 111 en ligne !      28/09/2011 : Ze Show !! n°110 en ligne !!      23/09/2011 : Ze Show !! n°109 disponible !!!     


21/03/2011 : Rendez-nous Bristol !
de VWM

J'avais beaucoup d'espoir en cette course de Bristol... On a assisté à un début de saison palpitant, avec son lot de surprises. On a vu un jeune inconnu (Baynes) gagner le Daytona 500, ensuite Jeff Gordon est revenu sur la victory lane, enfin un Carl Edwards de nouveau très fort sur oval d'un mile et demi. On arrivait donc à Bristol avec cette "nouvelle" COT, sans spoiler, ce qui permet de nouveau aux pilotes de se bumper sans risquer de plomber sa course. Enfin c'est ce que je pensais, bien naïvement.

Et bien finalement, le soufflet est retombé. Trompé sur l'horaire de la course (et revenant d'un repas de famille), j'ai pris la course au vol, lors du 4ème drapeau jaune. 4 yellows au bout de 140 tours, dont un premier "big one", je me suis dis que j'avais raté certes le début de course, mais qu'il restait pas mal d'action à venir. Et non ! Alors bien entendu il y a encore eu des yellows, quelques contacts et spins. Mais pour la bagarre, surtout entre Kyle Busch, Johnson et Edwards, cela s'est résumé à un combat de trajectoires.

Et bizarrement, j'ai eu un arrière gout de Miama dans la bouche. Ce satané banking progressif adopté à Bristol permet de se balader du haut en bas de la piste, sans perdre de temps au tour. Après, il faut la science des trajectoires, pour anticiper le dépassement des attardés. On a vu des voitures prendre la corde, et être très rapides en virage, mais assez lentes en ligne droite. A l'opposé, il y avait ceux qui prenaient l'extérieur du virage, perdant du temps car faisant plus de distance, mais avec une vitesse de pointe bien plus élevée. Et les voitures les meilleures furent celles qui avaient la capacité de prendre n'importe quelles trajectoires sans perdre de temps. Chez Gibbs, on a fournit une surperbe voiture à un Kyle Busch devenu roi de Bristol.

Pour en revenir à ce manque de bump, seule une voiture a abandonnée officiellement sur crash (Robby Gordon, qui a planté déjà 4 bagnoles en 4 courses !). Ajoutons la casse moteur de Bowyer suite à un gros contact qui a explosé le radiateur de sa voiture. 36 voitures ont fini la course, après quelques réparations, mais si on retire 4 start and park cela donne 3 abandons sur 39 voitures. Même sur les circuits d'un mile et demi on a plus d'abandons !
Le jeu de mot pourri à Bristol, c'est dire qu'il va y avoir des cartons ! Blague à oublier !
J'avoue être très déçu de cette course. Certains d'entre vous auront peut-être trouvé des choses positives. Mais pas moi.

Et le public US doit être de mon avis ! Quelle tristesse de trouver la moitié des gradins de Bristol vide !! Il me semble que cette course était un monument, avec des places vendues des mois et des mois à l'avance ... Alors voir autant de siéges vides ! J'espère que les promotteurs vont ouvrir les yeux, et les dirigeants de la NASCAR aussi ! Car à force de vouloir lisser toutes les pistes, on obtient un championnat qui perd toutes ses spécificités. J'ai très peur pour Phoenix... Le propre de Bristol était de se frayer un chemin, poussant du museau si nécessaire. On pouvait observer la maitrise (ou non !) des pilotes. Hier, je n'ai vu aucune love tap. Il n'y aurait plus d'amour en NASCAR ?

A bien réfléchir, cette course me met le coup de grace. En cherchant mes souvenirs de Bristol, je me suis souvenu que c'est cette course qui m'a fait aimer la NASCAR. Un dimanche soir, je venais d'avoir la télé par satellite, j'étais encore un jeune ado qui trainait parfois dans le hall de la F1... Et PAF je tombe sur cette course mytique, avec un certain Earhnardt, numéro 3 et voiture noire, et un Jeff Gordon, numéro 24 et capot arc-en-ciel ... Ce fut le choc ! Un coup de foudre pour cette série (l'émission d'Eurosport s'appelait Sunday Thunder à l'époque !).
Il y a presque 15 ans de cela je devenais fan de NASCAR. Et aujourd'hui, l'ado est bien loin derrière moi, mes 2 (bientôt 3) filles devant, et je me lamente "Bristol, c'était mieux avant !".

J'espère que cette frustration ne sera que passagère...

Connexion
Se connecter :
Pseudo :
Mot de passe :


Prochaines courses