07/12/2011 : Ze Show !! n°35 est disponible !!      05/11/2011 : ChallengeVD: Winter quiz 2011-2012      06/10/2011 : Ze Show 111 en ligne !      28/09/2011 : Ze Show !! n°110 en ligne !!      23/09/2011 : Ze Show !! n°109 disponible !!!     




Un peu d’histoire : (23) « Darlington Rebel 300 1960, la course la plus loufoque ! »

 

Je ne vais raconter dans le détail cette course des Rebel 300, 4ème du nom, de Darlington en 1960. Cela sera fait dans le grand sujet retraçant l’histoire de la NASCAR saison par saison. Alors encore un peu de patience !

 

Non aujourd’hui je vais vous relater la chose la plus loufoque que l’on ait connu à Darlington dans les courses de Convertibles. Pour rappel, la NASCAR décida de mettre un terme à la série des Convertibles au terme de la saison 1959 mais le président du circuit de Darlington Bob Colvin était un grand amoureux de la défunte série alors il décida contre l’avis de Bill France Sr de continuer à n’accepter que des décapotables dans sa course du mois de mai, les Rebel 300. La NASCAR n’eu d’autre choix que de céder, enfin temporairement car la seule course de Convertible du calendrier du Grand National ne perdura que de 1960 à 1962. Après Colvin du se résoudra à accepter les règles de la NASCAR et à ne plus accepter que les hardtops. 

La course de 1960 revêt une saveur particulière car en effet elle fut pour le moins loufoque et ce du début à la fin !

Tout d’abord elle était programmée le 7 mai et devant 25000 spectateurs les 32 pilotes prennent le départ sur les chapeaux de roues emmené par le poleman Fireball Roberts. La bagarre fait rage dans les premiers tours entre lui et Joe Weatherly avec en embuscade Lee Petty et Tim Flock. Mais le temps est couvert et au terme du 58ème tour le drapeau jaune est de sortie car il pleut de plus en plus fort depuis le 54ème tour. Joe Weatherly décide avec quelques autres de profiter de la neutralisation pour faire le plein d’essence. Le yellow dure encore et encore et au 77ème tour la décision tombe : drapeau rouge. Les voitures s’immobilisent dans l’attente d’une éclaircie… qui ne viendra point ! 

rr

Les voitures immobilisées lors du red flag.

La NASCAR décide donc de reporter au 14 mai le restart de la course. Au début la décision est prise de relancer au 59ème tour sous drapeaux vert. Les voitures étant placées en parc fermé d’ici là. Mais les protestations ne se font pas attendre avec en tête Fireball Roberts et les autres pilotes n’ayant pas ravitaillé pendant le yellow. Ils estiment en effet qu’ils seront pénalisés par rapport au quatuor ayant ravitaillés à savoir Joe Weatherly, Lee Petty, Rex White et Bobby Johns. En effet ces derniers pourront rouler plus longtemps et pour les autres le risque est de perdre un ou deux tours lors de leur propre ravitaillement si aucun drapeau jaune ne sort peu après le restart !

 

Du coup la NASCAR décide de modifier son règlement de façon à satisfaire la majorité. Cette fois la course redémarrera au 77ème tour avec les 5 premiers tours sous drapeau jaune histoire de permette aux pilotes qui ne l’avaient pas fait de procéder à leur ravitaillement… Les protestations s’élèvent de l’autre clan cette fois avec Weatherly en leader du mouvement de contestation. Il y aura plus de réactions et de publicités sur cette course en une semaine que sur l’ensemble du championnat !

 

Weatherly fait des déclarations à la presse écrite et sur les ondes de différentes radios. Il veut courir selon le règlement de la NASCAR pour lequel il s’est engagé en signant la charte pour recevoir sa licence. Il ne veut pas d’un règlement créé à l’emporte-pièce au cas par cas. Il porte son message de Washington à Savannah et passera même au journal télévisé. Il va créer une véritable poudrière dans laquelle la moindre étincelle fera tout sauter. Les tentatives de tricherie de la part des autres pilotes et de leurs mécaniciens vont s’enchaîner. Persuadé que la NASCAR donnera raison à Weatherly puisque c’est écrit noir sur blanc dans le livre des règles. Il y a ceux qui tentent de remettre de l’essence dans leur voiture ou de crever les pneus du quatuor et ce même en pleine nuit. Le service de garde du circuit est dépassé et la  NASCAR est même obligée de faire appel à la police locale pour faire surveiller 24h sur 24 les voitures dans le parc fermé. La police procédera à deux arrestations pour « tentative de sabotage » !

Cela dit une semaine d’immobilisation c’est long et la NASCAR va une fois encore procéder à une modification de son règlement de parc fermé en autorisant les écuries à réajuster la pression des pneus et à changer de batterie qui n’ont pas survécu à une semaine d’inactivité. Cela est du bon sens puisque cela vise la sécurité et personne ne s’en plaindra puisque cela concernait tout le monde.

Mais le vendredi 13 mai, un nouveau mouvement de protestation débute. Il s’agit des fans de Junior Johnson qui réclame son retour à la course avec une nouvelle voiture. Mais pour cela il faudrait que la course soit entièrement refaite ce que la NASCAR ne veut pas. Il faut noter que Johnson s’était crashé en début de course et qu’il n’avait du coup plus aucune chance de l’emporter car il n’avait pas pu réparer sa voiture immobilisée dans le parc fermé. La direction du circuit et la NASCAR recevront plusieurs centaines de télégrammes mais sans effet.

La course est finalement relancée le samedi 14 mai avec la décision de la NASCAR de relancer sous drapeau jaune pendant 5 tours. La foule est plus importante car il y a 37000 spectateurs et ils sont bien décidés à montrer leur point de vue à la NASCAR. Il y a ceux qui brandissent un morceau de tissu jaune, les partisans de la relance sous drapeau jaune, et ceux qui brandissent une étoffe verte. Cela dit entre eux les spectateurs resteront courtois malgré la tension palpable au sein des tribunes. Mais Bob Colvin, le président du circuit, trouvait lui aussi cette décision injuste pour les pilotes ayant eu la bonne stratégie le 7 mai en ravitaillant sous yellow. Il décide donc de prendre le volant du pace car et il va tout simplement réaliser les tours les plus rapides de l’histoire de la NASCAR sous drapeau jaune. Il roulera à plus de 100 mph de moyenne (à l’époque la pole est en 127 mph de moyenne) au lieu des 45 mph réglementaire. La NASCAR modifie ses règles et bien lui aussi va les modifier !

Lee Petty qui était en tête pour le restart  ne sait quoi faire, s’il rentre au stand, à cette vitesse là il va quand même perdre un tour même sous drapeau jaune. Fireball Roberts lui procède à son ravitaillement en deux fois et pour le restart sera dernier mais il a su rester dans le tour du leader.

Quand Petty ravitaille sous drapeau vert au 92ème tour il cède logiquement la tête à Weatherly et à sa bande mais Roberts remonte comme un boulet de canon, forçant au maximum sur sa mécanique pour rattraper son retard.

Au 150ème tour Johnny Allen se crashe dans le virage 4, décolle par-dessus le rail de sécurité et va s’écraser dans la structure soutenant la tribune où sont placés les scorers de la NASCAR. La moitié de la tribune et ses occupants pendant dans le vide, il faudra l’intervention des pompiers pour les délivrer. Depuis lors la tribune des scorers se trouve à l’intérieur du circuit et plus à l’extérieur de la piste.

Après le restart Roberts parviendra à prendre la tête au 167ème tour mais peu après au 173ème tour il est victime d’une casse mécanique et abandonne.

Joe Weatherly récupère la première place et remporte la course devant richard Petty. Dans le top6 on retrouve le fameux quatuor. Seul richard Petty et Buck Baker ont su tirer leur épingle du jeu en profitant du règlement de la NASCAR malgré la « volonté » de Colvin de contrecarré ses plans. Il a presque fait un sans faute en roulant vite avec le pace car permettant aux 4 pilotes de figurer en haut du classement.

rr

Joe Weatherly quitte sa voiture lors du drapeau rouge, la semaine sera longue! 

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. La NASCAR voulu au début donner un blâme à Colvin, qui faisait aussi partie de son staff d’administration, mais y renonça rapidement.

Par contre un policier zélé va lui faire sa propre justice. En effet deux semaines après la course alors que Colvin s’arrête dans une station service pour faire le plein il est interpellé par un officier de police qui lui dit : « Vous rouliez à 90 mph dans une zone limitée à 30 mph. Colvin proteste en disant que ce n’est pas possible mais l’officier lui rétorque : « Ce n’est pas la voiture qui a servi de pace car à Darlington pour les Rebel 300 que vous conduisez là ? ». Colvin acquiesce et le flic de lui rétorquer de nouveau avec un grand sourire : « Ah ben vous voyez que c’est possible, d’ailleurs il me semble que vous n’en êtes pas à votre premier excès de vitesse » et il lui file une amende de $25 à payer immédiatement. Colvin lui dit mais c’est trop cher pour un excès de vitesse c’est $5. Le policier le regarde dans les yeux et lui dit : « Vous m’avez fait perdre $25 avec la défaite de Fireball Roberts alors ce sera $25 et si vous n’êtes pas content je vous conduis au cachot ! ».

Colvin se résout à payer l’amende. Visiblement ce policier était un partisan du restart sous drapeau jaune.

 

Voilà pour cette fois. Une prochaine histoire sur la fabuleuse histoire de la NASCAR prochainement sur  STOCKCAR-WORLD !

A bientôt,

nascar_vd,  le 02 mars 2011

Connexion
Se connecter :
Pseudo :
Mot de passe :


Prochaines courses