07/12/2011 : Ze Show !! n°35 est disponible !!      05/11/2011 : ChallengeVD: Winter quiz 2011-2012      06/10/2011 : Ze Show 111 en ligne !      28/09/2011 : Ze Show !! n°110 en ligne !!      23/09/2011 : Ze Show !! n°109 disponible !!!     




Un peu d’histoire : (21) Baker passe le mur des 200 MPH

ee

La somptueuse Dodge avec ses vitres latérales.

Ce n’est pas à proprement parler lors d’une épreuve de la NASCAR que ce passe cette fabuleuse histoire. Non c’est lors d’une séance d’essai privée. Mais particularité de la séance elle était officiellement chronométrée par la NASCAR et son système Heuer, le même que celui utilisé pour enregistrer les temps lors des qualifications sur chaque épreuve de la NASCAR. Le but de la séance ? Rien d’autre que de dépasser la barre mythique des 200 mph de moyenne au tour. Ce qui constituerait le nouveau record pour une voiture de type stockcar.

C’est tout logiquement sur le susperspeedway de l’Alabama International Motor Speedway (connu aujourd’hui sous le nom de Talladega Superspeedway) que ce record est tenté. Pourquoi car lors de la course inaugurale ici même en septembre 1969 Charlie Glotzbach avait atteint la vitesse fulgurante de 199.466 mph ce qui lui avait permis de décrocher la pole position!

Dans l’esprit de Frank Wylie, le public relation de chez Dodge/Chrsyler, en cette fin d’année 1969 trotte l’idée d’être le premier constructeur à atteindre la barre des 200 mph de moyenne sur un tour en circuit fermé. Les voitures de la firme dépassent déjà la barre des 200 mph sur le circuit d’essai long de 5 miles de la firme, le fameux « Chrysler Proving Grounds » situé à Chelsea dans le Michigan. Mais ces vitesses sont atteintes de façon officieuse. Pour Wylie il était urgent d’être le premier à faire officialiser ce record. Il reçoit l’accord du boss de la firme Bob McCurry qui lui assure le soutien financier et technique pour cette tentative.

Wylie décide en février 1970 qu’il est temps d’atteindre la barrière des 200 mph et pour ce faire il contacte Larry Rathgeb, l’ingénieur en chef du département « Special Vehicules Group du service compétition du groupe Chrysler. Il lui pose une question. Est-il possible selon lui d’atteindre les 200 mph sur la nouvelle piste de Talladega avec un modèle de la gamme actuelle du groupe Dodge/Chrysler. La réponse de Rathgeb ne se fait pas attendre, c’est oui. Pour lui la Dodge Charger Daytona a déjà prouvé pouvoir approcher cette vitesse en 1969. D’ailleurs. La Dodge Charger utilisée par Buddy Baker lorsqu’il roulait en 1969 chez Ray Fox a été récupérée comme voiture laboratoire par le département de Rathgeb. C’est avec cette voiture qu’il avait flirter avec la barre des 200 mph en qualification à Talladega en septembre dernier même si c’est Jim Vandiver qui l’avait pilotée en course suite à la grève de la plupart des pilotes.

La voiture est trouvée, reste à choisir un pilote. Rathgeb pense qu’il serait bien de demander à Buddy Baker car il connaît bien cette voiture et possède une sacrée expérience en NASCAR des hautes vitesses. Seul handicap sa taille et son poids (1m90 pour près de 100 kg). Pour Rathgeb cela n’est pas un problème en soi car pour que le record soit homologué il faut que la voiture soit aux normes de la NASCAR. On verra après pourquoi. Et Baker gagne des courses en NASCAR malgré son gabarit. Non la seule question est de savoir si Baker acceptera de prendre le risque de rouler si vite sans réel enjeux si ce n’est battre un record de vitesse. La réponse est oui aussi car un compétiteur reste un compétiteur quel que soit le challenge qui lui est proposé son amour propre et sa passion de la vitesse font qu’il n’aura qu’une envie c’est d’être le meilleur !

La course d’Atlanta du 22 mars est annulée suite aux trombes d’eau qui sont tombées et est reportée à une date ultérieure. Cela tombe bien car la tentative de record était programmée pour le 24 mars. Du coup Bill France (président de la NASCAR), Bill Gazaway (inspecteur en chef) et Joe Epton (le chef timer and scorer) prennent un avion pour rejoindre l’Alabama. La NASCAR si déplace car officiellement elle a été convié par Dodge/Chrysler pour superviser un test de transmission en vue d’homologuer une évolution sur la Dodge Charger Daytona et donc de recevoir le précieux certificat de conformité de la NASCAR. En réalité il n’y a point de nouvelle transmission à tester, il est juste question de battre le record. 

ee

La joyeuse équipe avec de gauche à droite : George Wallace, Fred Schrandt, Buddy Baker, Larry Rathgeb, Larry Knowlton et Gary Congdon.

La Dodge Charger s’est fait une beauté car elle a troqué sa robe rouge et noir et son numéro 3 pour un somptueux bleu clair électrique et un numéro 88.

Le 23 mars il a plu des cordes sur le circuit et il en est de même en ce matin du mardi 24 mars. Les essais sont compromis. Heureusement une belle éclaircie peu avant midi va permettre d’assécher la piste sur laquelle l’eau ne stagne pas grâce à sa terrible inclinaison de 33° dans les virages. De plus il y a pas mal de vent ce qui accélère le processus de séchage.

Un peu avant 13h Buddy Baker s’élance pour un premier run pour vérifier que tout fonctionne bien. Il roule « lentement » entre 170 et 180 mph pendant les 4 premiers tours. La tenue de route est bonne et les pneus GoodYear sont maintenant en température. Il décide d’accélérer et boucle le 5ème tour en 191.985 mph et lors du 8ème tour il réalise 194.200 mph. Il rentre aux pits pour faire procéder à quelques ajustements. Baker dit que la voiture est bonne et qu’il parvient à rouler à fond partout mais qu’il perd de la vitesse dans les virages 2 et 4 car l’arrière tente de passer devant. Il doit utiliser sa science du dirt track pour contrôler la glissade. Mais comme la voiture glisse elle perd beaucoup de vitesse. Les mécanos sous la direction de Rathgeb procèdent aux modifications suivantes. La suspension est durcie à l’arrière droit et le carburateur est lui aussi réglé.

Baker s’élance pour son 2ème run et c’est beaucoup mieux car au 10ème tour (total des tours du jour) il tape un bon 196,800 mph puis 197,400 mph au 11ème tour et enfin 197.839 mph lors du 12ème passage. Il s’arrête de nouveau et dit que la voiture est meilleure partout mais ce n’est pas encore parfait car avec le vent elle n’est pas aussi stable qu’il le souhaiterait en virage.

C’est parti pour le 3ème run avec de nouveau quelques modifications de suspension et surtout plus de tape pour augmenter le coefficient de pénétration dans l’air. Il réalisera son meilleur tout en 198.322 mph.

Les mécanos vont alors « taper » au maximum la voiture pour la « lisser » au maximum. Plus aucunes jointures ou aspérités ne doivent perturber la bonne pénétration dans l’air. Le meilleur tour du 4ème run est réalisé en 198.850 mph. C’est à peine mieux et de plus Baker se plaint que la voiture trésaute parfois de façon brutale comme si elle était poussée dans le dos. Problème avec l’aileron ? Une vibration anormale ?  

ff

Buddy Baker en pleine action lors d’un run.

L’aileron est ajusté au millimètre et bien serré. 4 nouveaux pneus sont montés, le maximum de tape est placé sur la grille frontale pour faire chauffer le moteur Hemi le plus vite possible tant que les pneus ont leur meilleur rendement. À 15h20 lors du 5ème run Buddy Baker réalise un chrono de 199.085 mph lors de son 26ème tour de la journée.

Rathgeb voit que le ciel s’assombrit et décide de tenter le tout pour le tout en faisant un réglage extrêmement agressif. Baker lui donne son accord car lui aussi s’est pris au jeu et veut atteindre les 200 mph qui a y laisser des plumes ? Rathgeb fait durcir la suspension avant gauche et augmenter le carrossage négatif de ce même pneu. Il va par contre le diminuer à l’arrière gauche. Il modifie le pincement de 1/8’’ vers l’extérieur. Il procède encore à d’autres réglages dont celui d’augmenter de 5 PSI la pression des 2 pneus arrière. La voiture roulera plus en crabe en ligne droite mais devrait permettre à Baker d’avoir une trajectoire tendue au maximum dans les virages.

Baker s’élance et lors de son 29ème tour à 16h25 il fait 199.879 mph (47.909 sec). Baker doit maintenant soigné d’avantage ses trajectoires, car la voiture roule à fond sur l’intégralité du tour. Il ne lui reste qu’un soucis le vent qui souffle vers l’extérieur dans les virages 1 et 2.

Wylie lui est au bord de la piste avec sa caméra et il dira que lorsque la voiture passait à côté de lui le déplacement d’air était incroyable, presque à le faire tomber !

Le 30ème tour est bouclé en 200.096 mph  (47.847 sec) !!! C’est fait !!! La barre des 200 mph est officiellement battue ! Ils l’ont fait !!

Le pilote rentre aux pits mais il ne souhaite pas sortir de sa voiture. Il veut des nouveaux pneus car il a compris un truc qu’il veut refaire au niveau de sa trajectoire. Il repart et lors du 33ème tour il fait 200.042 mph (47.870 sec) puis le record absolu en 200.447 mph (47.773 sec) au 34ème tour et enfin 200.217 mph (47.828 sec) lors de son 35ème et dernier tour du run. Cela fait trois tours consécutivement à plus de 200 mph ! Avec le même réglage mais avec moins de tape il parviendra à approcher les 199 mph.

 ee

Buddy Baker est tout sourire quand il exhibe le panneau avec son chrono record.

La journée se termine par les photos d’usages pour immortaliser l’évènement et par une grande fiesta avec Champagne.

Ironiquement les officiels de la NASCAR emmené par Bill Gazaway font une annonce stupéfiante le lendemain en vue d’améliorer la sécurité car cela va trop vite. Il sera interdit de rouler à Talladega lors de la prochaine course avec les vitres latérales. Ainsi avec l’air qui s’engouffrera dans l’habitacle cela créera un aérofrein naturel qui ralentira les voitures.

Ce 25 mars comme le circuit est toujours loué par l’équipe qui avait prévu deux jours pour réussir son pari il est décidé de tester la voiture avec les mêmes réglages mais sans les vitres latérales et le verdict tombe la vitesse maxi arrive à flirter avec les 197 mph. 3 mph de perdu. Bah d’ici là et dans le draf ce sera récupéré d’après les ingénieurs.

Ce sera si vrai que la NASCAR décidera peu après en fin de saison de diminuer la taille maximum des moteur de 430 à 366 cubic inch pour 1971.

Cela dit la Dodge Charger Daytona n’en a pas terminé avec les record car le 24 novembre 1970 Bobby Isaac ira rouler sur le lac salé de Bonneville mais ça on en reparlera plus tard.

Voilà pour cette fois. Une prochaine histoire sur la fabuleuse histoire de la NASCAR prochainement sur  STOCKCAR-WORLD !

A bientôt,

nascar_vd,  le 05 février 2011

Connexion
Se connecter :
Pseudo :
Mot de passe :


Prochaines courses