07/12/2011 : Ze Show !! n°35 est disponible !!      05/11/2011 : ChallengeVD: Winter quiz 2011-2012      06/10/2011 : Ze Show 111 en ligne !      28/09/2011 : Ze Show !! n°110 en ligne !!      23/09/2011 : Ze Show !! n°109 disponible !!!     




Un peu d’histoire : (19) Kevin Harvick à la conquête de l’Ouest.

 

ee

Avant toutes choses il est important de préciser qu’ici il ne sera point question de faire le résumé de la carrière de Kevin Harvick, sa biographie complète. Non il ne sera question que de sa carrière dans la série actuellement nommée NASCAR K&N Pro Series West. Cela dit un petit rappel est nécessaire.

Kevin Michael Harvick, fils de Mike et JoNell est né le 8 décembre 1975 à bakersfield en Californie. Il est l’un des 3 enfants de la famille. Son père Mike est pilote amateur et préparateur/crew chief pour des pilotes au niveau local. Si Kevin est passionné par plusieurs sports il en est un qui le fait rêver au point que même à l’école il parle d’en faire carrière c’est pilote automobile. L’Indy et la NASCAR l’attirent particulièrement. A 14 ans il débute en karting puis très vite son père remarquant qu’il a du potentiel va lui préparer des voitures en vue de concourir sur les pistes de stock car de la région. En 1993 il commence à se montrer très performant à Mesa Marin et en 1995 il devient un crac sur le Tucson Raceway en NASCAR Featherlite Souhtwest. Il est temps à 20 ans de prendre une décision, faire des études ou envisager de devenir pilote professionnel. Son choix est vite fait et avec l’aide de son paternel il s’oriente vers le sport auto.

Son père croit beaucoup en lui et l’année 1995 va être un facteur déclenchant dans sa carrière de pilote. 1995 correspond en effet à l’année de création de la Camping World Truck Series par la NASCAR. Une série nationale, sorte de division 3 mais qui est bien plus abordable question budget. Son père décide d’acheter un Chevrolet à Scoop Vessels, un des préparateurs à l’origine de la série. Il va logiquement rouler à Mesa Marin, une piste qu’il connaît par cœur mais le résultat sera modeste, faute de préparation adéquate. En 1996 son père le fait courir en Featherlite mais va réengager le Chevrolet Silverado #72 lors de 4 autres courses. Les résultats sont très décevants sauf lors de la course de Mesa Marin, le 14 octobre, où il termine 11ème après une belle qualif (7ème). Kevin apprend  avec les moyens mis à sa disposition.

Peu de temps après, son père qui prospecte à gauche et à droite en vue de lui trouver une vraie équipe arrive à faire un deal avec Wayne Spears, qui est copropriétaire avec sa femme Connie d’une écurie en Truck mais aussi en Winston West, en vue de participer à la course de Las Vegas en West Series le 2 novembre. Spears Motorsports qui fait rouler en Truck Bobby Gill et Nathan Buttke ainsi que de temps à autre en West. Kevin va époustoufler Wayne Spears en faisant une performance de toute beauté pour une première à bord d’une voiture de ce type (règlement identique avec la Winston Cup à l’époque).

Qualifié en 4ème position sur 31 pilotes il parvient à terminer la course en 13ème position, certes à 5 tours du vainqueur Ken Schrader, mais en ayant fait une prestation solide sur une piste d’un mile et demi ce qui était aussi une première pour lui qui n’avait roulé que sur short track jusque là.

Wayne Spears lui fait signer un contrat comme second pilote en 1997 pour la Truck Series et comme 1er pilote pour la West. Seul problème Kevin n’a pas de sponsors et Spears va lui-même financer ses courses et c’est pour cette raison qu’il fera une saison partielle dans les deux séries. En Truck il va piloter le #79 à deux reprises, le #75 qui est le numéro fétiche de Spears étant réservé à Dan Press. Mais après 13 courses sans résultats Press est viré du team et Harvick est bien évidemment choisi pour le remplacer.  En 12 tentatives avec le #75 il se qualifiera 11 fois et fera deux top10 (2 x 8ème) ce qui sont de loin les meilleurs résultats du team cette année là.

Mais en West il va faire 3 courses bien ciblées où il est censé le mieux réussir. Les deux à Mesa Marin et celle de Las Vegas. Lors de la première course à Mesa Marin il se qualifie 2ème mais n’est classé que 13ème suite à une casse moteur au 163ème tour. Lors de la seconde course disputée à Mesa Marin il se qualifie de nouveau en seconde position et termine 8ème d’une course qu’il a mené pendant 39 tours après avoir ravi dès le baisser du drapeau vert la politesse au poleman Sean Woodside (futur vainqueur de la course).

Enfin à Las Vegas il met p profit son expérience de l’année précédente pour terminer une nouvelle fois 8ème (qualifié 12ème) et ce dans le tour du leader, une première pour lui. Notons qu’il avait encore réussit à mener 7 tours en milieu d’épreuve.

Le bilan de Kevin au terme de la saison 1997 est très positif. C’est ce qui va décider Wayne et Connie Spears à prendre un gros risque, l’engager à leur frais pour faire la saison complète en 1998 en Truck (sauf une course) et en Winston West.

C’est de cette dernière dont on va parler maintenant.

En 1998 le calendrier de la Winston West Series comporte 14 courses. Douze sur ovale et deux sur routier. C’est un calendrier très complet pour un jeune pilote car en ce qui concerne les ovales cela va du short track de 0.375 mile de Tucson au 2 miles de Fontana. De plus cinq pistes sont utilisées en Cup Series. Tout bon pour engranger de l’expérience. Ne manque qu’un superspeedway.

L’écurie Spears Motorsports, créée en 1987, basée à Agua Dulce en Californie est auto sponsorisée par la firme familiale Spears Manufacturing Chevrolet. La Chevrolet Monte-Carlo porte le #75 et revêtit sa splendide et célèbre livrée Bleu nuit, bleu ciel et blanche.  Adam Emmert est le jeune crew chief de la petite structure.

La saison débute à Tucson le 11 janvier. Kevin Harvick est une fois encore impressionnant en qualification puisqu’il décroche le 4ème temps sur les 35 pilotes. Il devait se qualifier au temps (26 places) et c’est déjà une première chose de faite. Sa prestation sera solide et il va rester dans le groupe de tête et même mener la course plusieurs fois dans son premier tiers. Mais la cohabitation sur un short track d’à peine 600 mètres réserve souvent son lot de frottage de portière et Kevin va en faire les frais. Un petit tête-à-queue qui va lui faire perdre un tour qu’il ne parviendra pas à récupérer (pas encore de Lucky dog à l’époque) et il franchit la ligne d’arrivée en 13ème position. Il est très déçu, ce qui démontre déjà son caractère de champion.

La seconde course  lieu à Las Vegas, une piste qu’il connaît bien aussi et Kevin va faire un récital. Il réalise la pole position en 32.963 secondes (164.790 mph). Il va mener le plus grand nombre de tours (89 sur 100) et remporter sa première victoire en carrière sur cette piste qui l’a vu débuter dans la série il y a deux ans. Il devance Tony Toste et Jerry Glanville (l’ancien coach de NFL à l’image de Joe Gibbs). Et comme on n’est pas à une première près, voilà qu’il mène pour la première fois de sa carrière un grand championnat de la NASCAR avec 314 points devant Sean Woodside 298.

Direction Phoenix pour la 3ème course et nouvelle pole position pour Kevin Harvick qui est sur un nuage depuis quelques mois. En effet la course à lieu le 18 avril et la précédente avait été disputée le 25 février. Cela dit en course Kevin va trouver plus fort que lui en la personne de Rich Woodland qui parti 21ème va remonter petit à petit et s’emparer du commandement au 87ème des 150 tours pour ne plus lâcher la 1ère place. Harvick avait dominé la première partie de course mais il ne pourra que suivre à distance Woodland. Un dernier drapeau jaune va pourtant lui donner une ultime chance. En effet la course est relancée alors qu’il ne reste qu’un seul tour à faire et Kevin va mieux sortir du 4ème et dernier virage de cette dernière boucle mais il échoue sur la ligne pour 16 millièmes de seconde.

rr

Kevin Harvick précède Ken Schrader #15 mais pas pour longtemps.

La quatrième course à lieu le 2 mai sur l’Auto Club Speedway, le plus grand ovale de la saison avec ses 2 miles. Harvick va se frotter à un rival au-dessus du lot en la personne de Ken Schrader. Déjà en qualification Schrader tourne en 179.623 mph alors qu’Harvick 2ème se « traîne » en 175.238 mph. En course cela dit avec le phénomène d’aspiration le gouffre de performance séparant les deux pilotes va se combler. Harvick réussissant plusieurs fois à s’emparer du commandement mais quand Schrader va décider après la dernière neutralisation de passer la 4ème vitesse Harvick n’aura d’autre choix que de le laisser s’en aller remporter la victoire. Cela dit sa 2ème place couplée à la 4ème de Sean Woodside lui permet d’augmenter son avance au championnat à 51 unités (669 contre 618).

La 5ème course est une étape importante pour Harvick car il s’agit de sa première sur un circuit routier. Un type de piste qu’il n’a quasiment jamais fréquenté et même jamais à bord de ce type de voiture. Un facteur important à prendre en compte c’est la première fois que la West visite la piste de l’Heartland Park à Topeka. Ce qui signifie que les autres pilotes, hormis quelques-uns, n’ont pas d’expérience ici et aucune écurie n’a de datas à exploiter pour les réglages. Harvick va une fois encore démontrer tout son talent en signant une nouvelle pole position, la 3ème de l’année devant son grand rival Sean Woodside. La course ne va pas se terminer comme prévu pour Harvick. Alors qu’il mène à 3 tours du but il se fait dépasser par Woodside qui a mieux préserver ses pneus et qui revenait à vitesse grand V sur lui depuis quelques tours. Pire encore une dernière neutralisation intervient le tour suivant. Seul hic comme personne ne décide de rentrer aux stands mettre de nouveaux pneus, logique car le restart sera donné pour l’ultime tour de course. Les voitures sont sur une file et Woodside va parfaitement négocier le restart. Harvick lui fait trop patiner ses pneus et au premier freinage se fait déborder à l’intérieur par Kevin Richards et à l’extérieur par Kelly Tanner. Harvick parvient à franchir la ligne d’arrivée en 4ème position non sans avoir démontré que sa voiture faisait 15 mètres de large à Scott Gaylord dans les dernières centaines de mètres. Cela dit au championnat il ne perd que 10 points sur Woodside. Bref il a parfaitement limité la casse. Notons que Woodside était sur une autre planète car en un seul tour il est parvenu à mettre 4 secondes d’écart entre lui et son dauphin.

La sixième épreuve à lui à Mesa Marin le 24 mai, le circuit qui a vu Harvick débuter en stock car. Rien de surprenant donc si je vous dis qu’il a fait une nouvelle fois la pole position. Il devance le canadien Gary Smith de 1 millième en qualification ! Mais la course va être une réelle déception pour Harvick qui va commettre une grosse erreur, sa seule de l’année.  Il profite de la neutralisation du 120ème tour pour changer de pneu mais lors du restart au 127ème tour alors qu’il est 4ème il loupe une vitesse ne parvenant pas à passer la 4ème. Il décide de remettre la 3ème mais se rate complètement et passe en 1ère ! Le sur-régime de folie qui en résulte à raison de son moteur et il doit abandonner au 129ème tour. Son moulin est définitivement mort. Du coup il n’est classé que 21ème et comme Woodside assure une 7ème place il perd la tête du championnat à son profit pour 10 points (954 à 944).

Heureusement l’écurie Spears Motorsports à trois semaines pour préparer un nouveau moteur. Adam Emmert et son équipe vont faire du super boulot car le 14 juin à Altamant, cadre de la 7ème course Kevin Harvick va l’emporter. Une 2ème victoire en carrière acquise dans la douleur cela dit. Qualifié 4ème il sera largement dominé par Sean Woodside (poleman) et surtout par le canadien Gary Smith (3ème en qualif). Harvick se débarrasse très vite de Butch Gilliland, le vainqueur de la course précédente en le poussant un peu. Provoquant un premier drapeau jaune. Gilliland qui finalement va renoncer son problème mécanique. Austin Cameron et Scott Gaylord se battent avec Harvick durant les trois quart de la course. Devant il y a le duo Woodside 1er et à quelques longueurs Smith 2ème. A ce train là Harvick ne peut espérer au mieux que la 3ème place. Mais la chance va jouer en sa faveur car alors qu’il a mené les 198 premiers tours sur 200 Woodside se fait pousser par Smith. Sean terminera 5ème et Smith mène le tour 199 mais sa voiture est abîmée, son pneu avant droit crève dans le dernier tour en entrant dans le virage 3. Il s’en va frotter le mur et poursuit sa route au ralentit. Harvick en profite pour surgir et remporte la course en ayant mené que les 100 derniers mètres ! Smith termine 2ème non s’en se faire rentrer dedans par Austin Cameron.

Au championnat Kevin reprend la 1ère position avec 6 points d’avance sur Woodside.

C’est à Portland le 10 juillet que l’on se retrouve pour basculer dans la 2ème moitié de saison. Cela dit il s’agit du short track d’un demi mile et non pas du circuit routier bien connu. Cela va être un week-end sans pour Harvick. Jamais vraiment largué mais jamais vraiment dans le coup. Sur 18 pilotes il signe le 7ème temps en qualif (pole par Brandon Ash) et coupe la ligne d’arrivée à cette même position tout en ayant concéder 4 tours sur le vainqueur Gary Smith. Woodside termine 3ème et va bien sur reprendre le leadership au classement avec 1288 points contre 1270 pour Kevin. Notons que Kevin a perdu 2 de ses 4 tours suite à deux tête-à-queue dont il était la victime. Les deux autres tours étant perdu à la régulière. Avec cette victoire Gary Smith se replace aussi pour la course au titre car il n’est plus qu’à 49 longueurs d’Harvick.

Retour le 18 juillet sur l’Auto Club Speedway à Fontana. Et Kevin de lâcher un ouf de soulagement car Ken Schrader qui avait tant dominé la course au mois de mai n’est pas là ! Du coup Harvick va grimper d’un échelon dans la hiérarchie en faisant tout d’abord la pole mais encore moins vite que son temps du mois de mai. Ensuite il va remporter la course, non sans avoir du se battre face à Austin Cameron (2ème) et Sean Woodside (3ème). Les trois pilotes s’échangeant le leadership à plusieurs reprises. Mais cette 3ème victoire de l’année lui permet de revenir à 3 petits points de Woodside au classement général.

La 10ème course à lieu le 26 juillet à Pikes Peak. Brendan Gaughan fait la pole position devant Harvick. En course la tendance va s’inverser car si la première moitié d’épreuve va être indécise Emmert, le crew chief de Kevin va lors de son unique ravitaillement procéder à un superbe ajustement. En plus de rendre la voiture très efficace et très rapide il va la rendre très stable du coupp Kevin va faire les 100 derniers tours avec les mêmes pneus. Comme Woodside termine 4ème il reprend la 1ère place au championnat avec 17 longueurs d’avance. Gary Smith en abandonnant (31ème) se met quasi définitivement hors jeu avec 225 points de retard. Le titre se disputera donc entre Harvick et Woodside.

ee

La superbe Chevrolet dans les garages.

La 11ème course se déroule le 15 août sur le 0.646 mile d’Evergreen à Monroe. Butch Gilliland va l’emporter devant Gary Smith et Kevin Harvick très solide 3ème (qualifié 3ème) surtout qu’il a roulé intelligemment. Jamais dans le coup pour la première place il a su se faire sa place dans le top5 tou au long de la course et profiter par exemple du crash de Kelly Tanner, le poleman et gros dominateur d’une bonne partie de l’épreuve, pour conforter sa place en haut du classement tout en gardant derrière lui Sean Woodside. Ce dernier ne termîne que 8ème et concède donc encore 18 points à Harvick. Notons qu’Harvick termine 3ème à un tour du vainqueur. Gilliland mettant d’ailleurs Smith à 20,5 sec ! Pour info la pole fut faite en 23.372 sec. Gilliland ayant donc quasiment un tour d’avance sur le second et ce en 20 tours vu que le dernier restart eu lieu au 180 des 200 tours !

La douzième course ne se déroule que le 11 octobre sur le 2ème routier de la saison à Sonoma sur l’Infienon Raceway. Butch Gilliland fait la pole devant Woodside et Harvick 3ème. C’est finalement le poleman qui va permettre à Harvick de gagner la course. Comment ? Gilliland alors 4ème derrière Woodside, Ash et Gaylord va tenter un dépassement sur Gaylord qu’il loupe et il se crashe dans le dernier virage, la fameuse épingle, à la fin du 46ème tour non sans accrocher Woodside au passage. Ash échappe au massacre et est déjà dans le début du 47ème tour quand le drapeau jaune est brandi, la neutralisation débute au 48ème tour et le restart a lieu au terme du 50ème tour pour une ultime boucle. Harvick qui du coup avait recollé à Ash en 2ème position va tenter le tout pour le tout et juste dans le dernier virage du dernier tour parvient à dépasser Ash et remporte une nouvelle victoire pour 154 millièmes. Woodside n’étant que 14ème finalement Harvick creuse l’écart avec 89 points de plus (1985 contre 1896) à deux courses de la fin de saison.

La 13ème épreuve, le 17 octobre, a lieu à Mesa Marin. Sean Woodside doit s’il veut encore y croire pour le titre faire une grosse performance et il va remplir son contrat en réussissant la pole assortie de la victoire. Mais il a du se battre ferme pour y arriver. Harvick termine 5ème (qualif 2ème) et ne concède que 25 points.

La finale se dispute à Las Vegas le 7 novembre. Kevin réalise le 5ème chrono en qualif alors que la pole est signée de façon surprenante par Mike Chase. Sean Woodside se loupe totalement en ne signant que le 22ème chrono sur les 47 engagés (pour 40 places sur la grille). Il ne parviendra jamais à vraiment se refaire et même s’il termine 10ème au terme des 125 tours il est largement derrière Harvick qui assure avec une 3ème place derrière Andy Houston et Tom Hubert. Cette 3ème place lui offre le titre sur une piste qui décidément a une grande importance pour lui. Il a débuté ici en West, il y a gagné sa première pole position et aussi sa première course et voilà qu’il y remporte son premier titre avec pile 100 points d’avance sur Woodside.

Sur 14 courses il aura signé 5 victoires, 11 top5 et 12 top10 (avec 5 poles). Un seul abandon. Il a mené 574 tours sur 2073 parcourus. Moyenne de départ de 2.6 et d’arrivée de 4.6. Il bat tous les autres pilotes sauf pour une stat. Woodside ayant réussit 13 top10 sur 14 courses.

Pour Wayne et Connie Spears il s’agit du premier titre également. Mais cette saison va permettre à Kevin Harvick d’attirer l’attention d’un homme très important, Richard Childress. Ce dernier va lui proposer d’intégrer la RCR dès 1999 comme pilote de développement. Il le fera rouler 4 courses. Deux en Nationwide et deux en ARCA. Il aurait pu en faire plus mais il avait déjà signé un contrat avec Jim Herrick pour rouler en Truck en 1999. Il faudra donc attendre 2000 pour qu’Harvick lie complètement son destin à Childress.

En ce qui concerne la West Series. Harvick fera encore 4 piges (1 en 1999, 2000, 2005 et 2007) pour 3 propriétaires différents (Bernie Hilber en 1999, Jerry Cain en 2000 et pour lui-même et DeLana en 2005 et 2007) Avec lors de ses 4 courses 1 pole, 2 top5 et 1 victoire. Victoire obtenue en 2007 sur l’Iowa Speedway lors de la course de combinaison entre la K&N Pro Series West et East. Il avait terminé 2ème de la course derrière Joey Logano mais 1er pilote de la West donc la victoire lui est créditée en West Series.

Quand à sa relation avec Wayne et Connie Spears et bien cela s’est mal terminé finalement. Abandonnant l’écurie au terme de la saison 1998 aussi bien en Truck qu’en West. Pourtant Spears avait projeté de monter en Nationwide avec Kevin en 1999. Finalement sa décision fut sans doute la bonne même si on n’en connaîtra jamais réellement la réponse.

Pour les stats complète de Kevin Harvick en NASCAR et en West en particulier cliquez sur le lien suivant menant directement à sa page sur racing-reference.info.

http://www.racing-reference.info/driver/Kevin_Harvick

Voilà pour cette fois. Une prochaine histoire sur la fabuleuse histoire de la NASCAR prochainement sur NASCAR-WORLD !

A bientôt,

nascar_vd

ee

Connexion
Se connecter :
Pseudo :
Mot de passe :


Prochaines courses