07/12/2011 : Ze Show !! n°35 est disponible !!      05/11/2011 : ChallengeVD: Winter quiz 2011-2012      06/10/2011 : Ze Show 111 en ligne !      28/09/2011 : Ze Show !! n°110 en ligne !!      23/09/2011 : Ze Show !! n°109 disponible !!!     




NASCAR CANADIAN TIRE SERIES : HISTORY

 

 ee

Voici un résumé de l’histoire de la NASCAR Canadian Tire Series depuis sa création officielle en septembre 2006. Le Stock Car au Canada existait déjà depuis les années 50 mais de façon très mal organisée. C’est en 1980 que la CASCAR fut crée. L’histoire débute à cette date. Mais il n’est point question ici de faire l’historique complet de la CASCAR. Non ici ne sera exposé que le cheminement ayant conduit à la création de la NASCAR Canadian Tire Series.

Sommaire :

A) CASCAR : 1980-2006 

B) NASCAR Canadian Tire Series presented by Sirius Satellite Radio: 2007-2008

C) NASCAR Canadian Tire Series presented by Mobil 1: 2009-?

D) le règlement technique

A) CASCAR : 1980-2006         

ee  ee ee ee

Tony Novotny peut être considéré comme le Bill France Sr du Canada. Il se rend compte dans les années 70 que le Canada possède une multitude de petites fédérations régissant divers championnats de stock car. Mais le manque de professionnalisme est flagrant, voir navrant. Durant l’automne 1980 il décide de créer avec l’aide de son épouse Linda et de quelques amis la CASCAR, la Canadian Association for Stock Car Auto Racing. Son ambition est très clairement d’essayer de transposer au Canada ce que la NASCAR a réussit aux Etats-Unis.

Les débuts sont modestes puisque de la première saison en 1981 à 1986 la CASCAR organise toutes ses courses sur une seule et même piste, le Delaware Speedway situé non loin de London dans l’Ontario. Il y a plusieurs types de divisions allant de la voiture de série à la fortement modifiée.

 

ee 

Donald Theetge sur le Sanair Superspeedway en 1988.

L’actuel Canadian Tire, crée sur la base de la Super Series (ex Late Model) est crée en 1986 et c’est Ken Johnson qui en est le premier champion. Championnat disputé uniquement sur la piste du Delaware Speedway.

En 1987 la CASCAR parvient enfin à s’étendre au-delà du Delaware Speedway. L’année suivante 3 nouvelles pistes viennent se greffer au calendrier. C’est à ce moment là que le terme CASCAR prend toute son importance. Terminé le côté semi professionnel place à une vraie fédération de sport automobile avec son lot d’affiliés, de divisions, de règles,… La CASCAR devient enfin la vraie Touring Series en province d’Ontario.

  ee

On va suivre l’évolution des voitures avec le pilote Richard Beauchamp, ici en 1992 en action à St. Eustache.

En 1991 c’est la première visite en province du Québec au Sanair Superspeedway. Québec ou l’ACT (American Canadian Tour) organise déjà divers championnat de stock car dont un championnat Pro Stock. ACT qui existe toujours de nos jours mais sans avoir l’impact de la NASCAR.

En effet il faut encore attendre 1992 pour voir la CASCAR s’étendre vers l’Ouest du pays dans les provinces de Saskatchewan, Alberta et de Colombie Britannique et devenir enfin « nationale ». le succès grandissant la CASCAR va en 1994 créer deux grandes catégories, la CASCAR Sportmen et la CASCAR Late Model va suivre l’année suivante. Cette dernière se rapproche pas mal du règlement des Super Late Models de la NASCAR. Si la Sportmen reste assez amateur dans son esrpit elle l’est aussi dans son expansion géographique. En effet elle se cantonne à Otawa sur le Capitol City Speedway et sur le Delaware Speedway. La Late Model elle est réellement nationale et son règlement ne cesse d’évoluer par petites touches, pour préserver les budgets des écuries, en vue de ressembler de plus en plus aux Late Model américain.

 

 ee

Richard Beauchamp en 1997 à St. Eustache.

Ce n’est qu’en 1996 que la CASCAR crée un véritable championnat pour la province du Québec sur le piste de l’Autodrome St. Eustache. Petit à petit le règlement local évolue pour transformer au niveau du règlement technique les voitures Pro Stock en Late Models comme les CASCAR Sportmen du reste du pays. Grâce à cela les pilotes de l’Est viennent faire des piges au Québec. La nationalisation se poursuit. Le CASCAR Sportmen CARQUEST Tour est crée en 1998. Cette série est complètement similaire à la CASCAR Sportmen. La boucle est presque bouclée. Si le succès est total à St. Eustache il ne l’est pas ailleurs. Les pilotes québecois étant moins enclins à s’aventurer hors de leur belle province.

En 1999 les premières tensions au sein de la CASCAR apparaissent entre les pilotes de la Sportmen et ceux de la LMS (les Late Models) de l’ACT. La CASCAR crée une « division 2 » la Super Series Prolab. Si les LMS de l’ACT veulent y rouler elles doivent être modifiées pour répondre aux règlements CASCAR (mécanique, pneu,…)… Mais tout est fait pour avantager les vrais pilotes de la CASCAR avec des voitures moins lourdes, ratio de boîte de vitesses illimité, plus grand choix pour les amortisseurs (ils sont de marque unique en LMS). Cela procure un avantage certain et les tiraillements s’accentuent entre les deux camps. Quant au CARQUEST Tour il est en perte de vitesse totale au Québec avec l’annulation régulière de courses du championnat. L’augmentation des coûts avec ce type de voiture plus performante y est pour beaucoup tout comme le format des courses plus longues,… le déclin va se poursuivre entre 2000 et 2003. La CASCAR connaît des difficultés croissantes et ses deux divisions présentes au Québec périclitent face à l’ACT. En août 2003 l’Autodrome de St. Eustache passe sous le giron de la NASCAR avec la Weeklies Series histoire de faire venir les pilotes américains. De plus les LMS de l’ACT sont acceptées avec quelques modifications tout comme les CASCAR Sportmen mais à condition que ces dernières subissent de lourdes modifications. Si elles sont modifiées, vu le prix nécessaire il n’est plus question ou presque de revenir en arrière pour participer aux courses organisées par la CASCAR.

 

 ee

Toujours Richard Beauchamp à St. Eustache mais en 2002.

Pire encore la CASCAR Sportmen est aussi boutée dehors du Delaware Speedway, le théâtre des débuts… En fait hormis l’Ontario le reste du pays n’a jamais été très à la pointe (pilotes, écuries, pistes…).

Par contre la classe des Late Models de la CASCAR, la division 2 se porte bien.

Le 16 novembre 2004, la CASCAR annonce qu’elle vient de passer un deal de plusieurs années avec la NASCAR pour son développement (marketing et sportif). Cela fait suite à la formation d’une branche NASCAR Canada au sein de la NASCAR. Cela ouvre les perspectives de rachat de la CASCAR par la NASCAR. 


Dès 2004 la CASCAR remanie ses deux séries principales. La CASCAR Late Model devient CASCAR Super Series et devient la division 1 à part entière. La CASCAR Sportmen garde son nom mais change un peu sa philosophie en devenant une vraie division 2.

La NASCAR rachète officiellement le 12 septembre 2006 la franchise CASCAR et annonce la création de la Canadian Series, très vite rebaptisée NASCAR Canadian Tire Series du fait du commanditaire principal, la firme Canadian Tire (qui vend des pneus, sorte de grossiste). Mais la NASCAR ne reprend à son compte que la division 1 avec quelques modifications techniques. La CASCAR est morte vive la NASCAR !!

B) NASCAR Canadian Tire Series presented by Sirius Satellite Radio: 2007-2008

 ee 

La première chose que la NASCAR instaure c’est un règlement technique mais intelligement elle va étaler la conversion des Late Model de la Super Series sur plusieurs années. L’ancien règlement de la CASCAR étant malgré tout trop différent de celui des Late Models de la NASCAR.

Le calendrier évolue aussi et c’est maintenant toutes les pistes canadiennes qui veulent avoir une date. La NASCAR est puissante et est un gage de meeting réussi. De même Sirius, la marque de matériels de  télécommunications s’empresse de rejoindre la nouvelle série et voit son nom adjoint au logo. Le calendrier de la première saison officielle de la NCATS (NASCAR Canadian Tire Series presented by Sirius Satellite Radio) comporte 12 courses (soit 10 pistes différentes) couvrant une large partie du Canada. Il comprend des shorts tracks et des circuits routiers. Les modèles de carrosseries sont sélectionnés parmi les 4 grandes marques déjà utilisées en CASCAR Super Series. La fibre de verre pour les carrosseries, les moteurs V8,… tout cela promet de belles courses. La NASCAR apporte aussi avec elle un professionnalisme accru, des primes d’arrivées plus élevées,… Mais aussi va terriblement augmenter le standing des écuries donc les coups. Un budget pour une saison complète en 2006 en CASCAR Super Series pour une voiture capable de gagner était de $500,000 USD. Il est maintenant quasi doublé et on le verra il sera encore plus important en 2008 malgré un règlement assez stable concernant le châssis et la carrosserie par rapport à 2006. La raison principale est l’augmentation du budget moteur vu que ce dernier évolue pas mal passant par exemple de 400-425 HP à 500-550 HP. Les frais d’inscriptions aux courses augmentent aussi terriblement. 

 ee

Andrew Ranger qui décolle vient de se faire passer sur la ligne d’arrivée par le vétéran Kerry Micks à Trois-Rivières. Seulement 12 millièmes les départageront.

Cela dit la saison 2007 va être une totale réussite. Au niveau médiatisation, la NASCAR fait très bien les choses. Les circuits voient leurs tribunes sold out grâce à l’enthousiasme su public.

Sur la piste il y a moins de concurrents différents sur l’ensemble de la saison en raison de la disparition de bons nombres d’indépendants qui ne faisaient que la course de leur région par le passé. Au total 53 pilotes auront au moins fait un départ dans la série dont 17 l’intégralité de la saison. Malgré sa faible représentation c’est un pilote venu du Québec qui est sacré champion, il s’agit d’Andrew Ranger, un ex pilote de ChampCar. Il devance un ontarien D.J. Kennington. C’est surtout sa régularité (10 top10 en 12 courses mais une seule victoire) et un excellent début de saison qui permettront à Ranger de remporter le titre.

De plus Andrew Ranger est invité à participer au Toyota All-Star Showdown sur le circuit d’Irwindale. Il s’agit d’une course hors championnat réunissant les meilleurs pilotes des séries régionales de la NASCAR et la Canadian en fait partie à l’image de la série NASCAR mexicaine (NASCAR Mexico Corona Series), la Camping World West et East et les champions des Whelen Modified.

Les bagarres en pistes tout au long de la saison furent superbes avec des arrivées ultra serrées, des incidents rocambolesques,… Bref de la NASCAR comme on l’aime. Une NASCAR de shorts tracks mais faisant aussi la part belle aux circuits routiers (4 sur les 12 courses) dont une course en ville à Trois-Rivières, chose unique dans l’histoire de la NASCAR.

Signalons aussi la présence à Montréal du premier pilote non canadien de la série avec le français Michel Disdier. Il ne laissera pas un souvenir indélébile tant sa prestation tourna vite à la mauvaise blague. Visiblement mal préparé ce pilote payant s’est fait plaisir mais n’avait absolument pas le talent minimum pour rouler à ce niveau.

La saison 2008 est une confirmation, la NASCAR au Canada cela marche fort. 13 courses au calendrier (11 pistes différentes). Les grilles de départ restent stables en nombres de pilotes sur les shorts tracks (entre 19 et 26) mais elle explose sur les routiers avec un record à 33 à Montréal sur le circuit Gilles Villeneuve sur l’Ile Notre Dame. Au niveau des spectateurs il y en a eu 360,000 payants sur les 13 courses soit une moyenne de 27,692 par course et quand on pense que certaines pistes ne peuvent accueillir que 15000 places assises, cela démontre le succès de la série auprès du public. De plus la chaîne TV canadienne TSN retransmet chaque course en intégralité même si c’est souvent en différé.

Scott Steckly qui a remporté sa première course lors de la finale 2007 à Kawartha continue sur sa lancée et remporte 3 victoires lors des 4 premières courses. Il continue ensuite en enchaînant les top5 jusqu’à la 7ème course. Là il connaît sa première contre performance en terminant 21ème. La fin de saison est plus hachée et son principal rival Don Thomson Jr revient sur lui à vitesse grand V réduisant un écart de 220 points à 24 points au terme de la finale. Malgré sa vitesse de pointe (7 poles) Thomson Jr échoue face à un Scott Steckly qui aura su réagir en fin d’année en retrouvant le chemin de la Victory Lane.

Jason White devient le premier Rookie of the Year de la NCATS. Quant à Steckly il a démontré qu’un pilote indépendant pouvait l’emporter dans cette série. Notons enfin la participation d’Ashley Taws, la première femme à rouler en NCATS c’était à Montréal et ce sans résultat.

 

 ee

Scott Steckly en action à Trois-Rivières.

Le but de la NASCAR étant à terme d’utiliser le même règlement entre ses 4 séries régionales sur base de celui de la Camping World West et East. La NASCAR va donc continuer la mutation de la Canadian Tire et de la Mexico Corona Series dans cette optique. L’échéance 2010 est envisagée.

C) NASCAR Canadian Tire Series presented by Mobil 1: 2009-?

ee 

La saison 2009 débute avec une petite modification du nom de la série car le deuxième commanditaire titre change en effet. Exit Sirius Satellite Radio et bienvenue à Mobil 1. Le nom complet officiel devenant donc : NASCAR Canadian Tire Series presented by Mobil 1.

Le calendrier reste stable avec de nouveau 13 épreuves dont une nouveauté avec le western trip qui accueille une nouvelle épreuve à Saskatoon dans la province du Saskatchewan. La NCATS se produit dorénavant dans 6 provinces. Une expansion logique pour mieux couvrir le territoire canadien. La demande est là.

La saison 2009 sera à mettre à l’actif du jeune québecois de Roxton Pond, Andrew Ranger qui avec l’écurie de Dave Jacombs remporte son deuxième titre de champion après celui obtenu en 2007 faisant de lui bien évidemment le premier double champion de la série. Mais contrairement à 2007, son nouveau titre marque une grande domination car Ranger gagne enfin sur ovale, lui qui jusque là n’avait remporté que des courses routières. Il est maintenant un pilote complet et ses courses aux USA en Nationwide y sont sans doute pour beaucoup. Ses stats sont incroyables avec sur 13 courses : 6 victoires (record), 8 top5, 13 top10 (record) et 2 poles.

Mais 2009 est aussi une année « internationale » pour la série Canadian Tire avec la venue du premier américain, Cale Gale mais aussi d’un nouveau pilote issue du vieux continent avec le néerlandais Joey Hanssen qui va d’ailleurs décrocher le titre de rookie de l’année avec 4 top10 en 13 courses. Pas mal pour un pilote venant de la monoplace qui n’avait jamais roulé sur ovale avec cette année là.

La chaîne de TV TSN est de nouveau un partenaire actif de la série en diffusant toutes les courses en différé sauf celle de Montréal qui a droit à un direct intégral. 

ee 

Andrew Ranger mène devant Don Thomson Jr sur la nouvelle piste située à Saskatoon.

La saison 2010 est en cours avec beaucoup de nouveautés.

D) Le règlement technique

Ici n’est détaillé que le règlement technique de base de la série. Pour une fiche détaillée et comparative avec les autres séries de la NASCAR consultez le lien suivant : 

http://stockcar-world.com/SiteV4.2/Index.php?Page=Articles.php&IdArticle=11043

Notons que depuis 2009 le Spec engine est disponible par la NASCAR dans cette série et qu’il s’est très vite montré très efficace. Manquant un peu de puissance par rapport à certains moteurs bien préparés par les indépendants il s’avère avoir plus de couple ce qui est très utile sur les nombreux circuits routiers.

Depuis 2008 le règlement est le suivant (il se rapproche de plus en plus de celui des NASCAR Camping World West & East Series :

Moteur : V8 de 350 in3

Type : Atmosphérique (aspiration naturelle)

Taux de compression : 12 :1

Transmission : boîte 4 vitesses manuelle plus 1 marche arrière.

Carburateur quadruple corps (390 ft3/min (184 L/s)

Puissance : 550 cv

Carburant : essence d’indice octane à 112 est sans plomb depuis 2008 (la même que pour les séries nationales) de marque Sunoco.

Réservoir de 22 gallons US (soit 82,3 L)

Poids : 2,850 lbs (1293 kg) minimum c'est-à-dire sans pilote ni liquide (eau, essence, huile)

Empattement : 108 inch (2743 mm)

Hauteur : 49 inch (1245 mm)

Longueur totale maximum : 198 inch (5029 mm)

Largeur : 75 inch (1905 mm)

Direction assistée par re-circulation de billes.

Pneus : GoodYear Eagle de 10 pouces slick

Carrosserie : de type silhouette en composite (fibre de verre et carbone)

Châssis : tube d’acier section carrée et circulaire pour la roll cage (arceau).

ee

Connexion
Se connecter :
Pseudo :
Mot de passe :


Prochaines courses