07/12/2011 : Ze Show !! n°35 est disponible !!      05/11/2011 : ChallengeVD: Winter quiz 2011-2012      06/10/2011 : Ze Show 111 en ligne !      28/09/2011 : Ze Show !! n°110 en ligne !!      23/09/2011 : Ze Show !! n°109 disponible !!!     




LES BELLES HISTOIRES DE PAPY KIWI

 

 

ALAN DENNIS KULWICKI

                  dd           

           (1954-1993)       

       « If you don’t believe, you don’t belong »

       (Si tu ne crois pas, tu n’es rien)

 “I didn’t work to win a million dollars, I worked to become Winston Cup champion”

(Je n’ai pas travaillé pour gagner un million de dollars, j’ai travaillé pour devenir champion de Winston Cup)

Pourquoi Alan Kulwicki ? Parce qu’il est un « atypique » parfait dans l’histoire de la Nascar. Beaucoup d’entre nous, et moi le premier, aiment ce sport parce qu’y réussissent, le plus souvent, des « p‘tits gars de la campagne », des grandes gueules, hautes de taille, hautes en couleur, larges d’épaules, et aussi des fils de famille élevés dans le sérail « Redneck-Moonshiner-Nascar », nés avec un volant dans le berceau, prêts de tout temps à sauter dans une auto, dès qu’ils aperçoivent leur premier ovale, pour « bumper » tout ce qui bouge.

Rien de tout ça avec Kulwicki, sauf un goût précocement marqué pour tout ce qui est ovale (normal quand on entend, dès avant sa naissance, les autos tourner sur le speedway voisin) et aussi que son papa était mécanicien dans un team USAC  ! C’était un petit bonhomme à l’air gentil, modeste, diplômé du supérieur, et qui a eu une approche volontairement scientifique de la course. 

LA JEUNESSE

Alan Dennis nait le 14 Décembre 1954 (7 ans, jour pour jour, après la Nascar !) dans un patelin nommé Greensville (Wisconsin) banlieue de Milwaukee… déjà un « Badger » !

Comme je l’ai écrit là-dessus, sa vocation est facilitée par la fréquentation du Speedway voisin de Milwaukee.

Il perd sa mère et son frère alors qu’il est encore tout jeune, et reste avec son père, qu’il voit peu, puisque celui-ci court les routes avec le team USAC pour lequel il travaille. Le jeune Alan n’en profite pas pour manquer l’école, puisqu’il mène ses études de manière très satisfaisante, jusqu’à obtenir un diplôme d’Ingénieur en mécanique de l’Université du Wisconsin.

Il faut dire que le garçon n’était pas du genre « révolté romantique », puisque, très catholique,  comme il sied à tout bon « polish-american ». Il portait toujours sur lui une médaille  de Saint-Christophe !

LA COMPETITION

Ce n’est pas parce qu’on est un bon garçon, pieux et studieux, qu’on n’a pas de loisirs. Alan emploie les siens à courir en kart, dès l’âge de 13 ans, obtenant des résultats très flatteurs.

Il passe ensuite à l’ASA, pilotant sur des pistes en « dirt », dont il est « ROTY » en 1973.

En 1974, il passe au stade supérieur, avec les « Late Models », enregistrant une première victoire, la même année, à Oshkosh. Ce sont ensuite, très rapidement, les courses sur « paved tracks ».

On le voit ici (97) devant Dick Trickle (99) lors d’une course en 1982.

dd 

L’ASA est, à cette époque, la pépinière des futurs grands de la Nascar, et à côté de Kulwicki, on trouve Mark Martin, Rusty Wallace (qui deviendra son ami)… et d’autres encore passeront par là, comme Jimmie Johnson, Matt Kenseth, Ted Musgrave…

Alan se lie avec Greg Krieger, fabricant de voitures, et se lance dans la mise au point des châssis, étudiant comment les rendre plus rigides, pour leur donner une meilleure tenue de route. Et ça marche ! Il remporte des  victoires, et finit deux fois troisième de la série, en 1982 et 1985.

La Nascar voit Kulwicki débuter en 1984 , dans quatre courses de Busch, et encore en 1985, où il est remarqué par Bill Terry, qui lui offre l’opportunité de disputer des compétitions en Winston.

Kulwicki ne tergiverse pas, il vend tout ce qu’il a, met quelques affaires dans une remorque, emprunte un pick up, et débarque à Charlotte, à l’atelier de Terry, en demandant quand on court. L’arrivée d’un « étranger du Nord » va faire naître des sourires narquois sur le visage des « southerners », à une époque où la série est encore très marquée par ses origines.

La Winston

Premier départ à Richmond, le 8 Septembre 1985, et quatre autres courses ensuite, avec une 13è place comme meilleur résultat.

En 1986, les résultats ne sont pas au rendez-vous, et le paddock ricane des faibles moyens mis en œuvre par le team, qui a bien du mal à joindre les deux bouts. Kulwicki met fin à sa collaboration avec Terry, pour voler de ses propres ailes.

Il est tellement perfectionniste, et leur fait si peu confiance, qu’il ne parvient pas à conserver les membres de son équipe. Certains le taxent de « maniaque du contrôle ».

La T-Bird de 1987

ff 

Ca ne l’empêche pas de devenir « ROTY », avec ce qui doit faire rêver les débutants d’aujourd’hui : 1 auto, 2 moteurs, 2 mécanos à plein temps. Il manque même battre Dale Earnhardt à Pocono.

C’est en 1988, à Phoenix, qu’il remporte sa première victoire, et inaugure le “Polish Victory Lap” , expliquant qu’il avait fait ça pour saluer la foule du bon côté. La Nascar n’apprécie pas, et lui reproche cette initiative, qui viole toutes les bonnes habitudes... elle devra s’y faire ! 

Kulwicki refuse toutes les offres, pour continuer à engager ses propres autos, avec toutes les difficultés que ça comporte. Il repousse même les « avances » de Junior Johnson, qui voudrait le voir conduire pour lui en 1990.

La voiture célébrant l’opération « Desert Storm », à Daytona 91

ff

En 1992, ayant obtenu le soutien de Hooters, il devient Champion Winston à l’issue d’une course fabuleuse, la dernière du « King » Petty, la première de Jeff Gordon, dans laquelle Davey Allison devait finir 6è pour remporter le championnat, qu’il menait devant Kulwicki, second à 30 points, et Bill Elliott, 3è à 40.

Alors 6è, Allison éperonne gaiement la voiture d’Ernie Irvan, en tête-à-queue devant lui, et doit abandonner. Kulwicki n’a plus qu’un concurrent, mais sa première vitesse l’abandonne lors d’un pit stop.

A noter qu’il se sentait si loin de pouvoir gagner qu’il avait obtenu l’autorisation de Ford pour débaptiser sa voiture de « Thunderbird » en « Underbird » !

Il effectue quelques savants calculs, pour rester en tête au dernier arrêt, et prendre le bonus de 5 points, qui lui permettra d’être champion en arrivant juste derrière Elliott. Kulwicki économise tant et plus l’essence, réussit son coup. Elliott gagne la course, Alan est second, marque le même nombre de points qu’Elliott (180) et devient Champion Winston… pour 10 points !

C’était à Atlanta, le 15 Novembre 1992. Il lui restait seulement quatre mois et demi à vivre avant le fatal accident d’avion du  1er Avril 1993… Saint Christophe devait être occupé ailleurs, ce jour-là.

La T-Bird 1993, toujours marquée du « Thunderbird » intégral.

ff

La photo officielle de « Hooters » commémorant le championnat…

ddd

Voilà, très résumée (je gage que vous allez compléter ça) l’histoire de celui qui a été baptisé par ses pairs, « Polish Prince », ou  « Special K », un homme passablement atypique, et qui, comme aime à le rappeler « Nascar VD », est le seul diplômé de l’enseignement supérieur à avoir, à ce jour, remporté un Championnat Nascar !

Tableau de résultats éloquent, il ne sera pas un des plus victorieux, mais un très honnête pilote :

Year

Age

Races

Win

T5

T10

Pole

Laps

Led

Earnings

Rank

AvSt

AvFn

RAF

Miles

LLF

1985

30

5 of 28

0

0

0

0

1843

0

10,290

40

25.8

20.4

3

1997.7

0

1986

31

23 of 29

0

1

4

0

7898

14

94,450

21

22.2

15.8

20

8666.7

1

1987

32

29 of 29

0

3

9

3

7758

102

369,889

15

14.1

18.2

18

9118.7

7

1988

33

29 of 29

1

7

9

4

8149

134

448,547

14

10.1

19.2

17

9323.1

9

1989

34

29 of 29

0

5

9

6

8324

564

501,295

14

7.3

18.9

18

9559.8

9

1990

35

29 of 29

1

5

13

1

8635

400

550,936

8

11.9

14.6

23

10754.6

14

1991

36

29 of 29

1

4

11

4

8507

233

595,614

13

6.8

17.0

22

10145.2

9

1992

37

29 of 29

2

11

17

6

8991

1235

2,322,561

1

10.6

10.6

27

10852.4

17

1993

38

5 of 30

0

2

3

0

1588

4

165,470

41

15.8

15.0

4

1995.2

2

9 years

207

5

38

75

24

61693

2686

5,059,052

 

12.0

16.4

152

72413.5

68

(source « racing-reference.info » site à consulter quand on veut tout savoir sur les statistiques de la Nascar)

Marseille, le 18 Janvier 2008

SOURCES

www.jayski.com

http://en.wikipedia.org/wiki/Alan_Kulwicki http://www.laidbackracing.com/Articles2004/TrbuteKulwicki.html

http://www.trpr.com/Alan/One%20last%20call/one%20last%20call.html

sportsillustrated.cnn.com/.../index.html.

www.colemantaylor.com/history.htm.

www.geocities.com/.../7688/raceshoptour.html.

A propos des sources

Les sources utilisées pour ces articles, et principalement pour les photos, sont celles accessibles sur le Net. Je m’efforce d’en citer l’origine, soit dans le corps de l’article, soit « in fine », mais il peut se produire un oubli, ou une erreur, dont je prie qu’on veuille bien m’excuser.

Elles sont utilisées sans but lucratif, et elle contribuent, selon moi, à la promotion de leurs sites d’origine. Si certains détenteurs de droits s’estiment malgré tout lésés, il va de soi qu’elles seront retirées sur simple demande.

Connexion
Se connecter :
Pseudo :
Mot de passe :


Prochaines courses