07/12/2011 : Ze Show !! n°35 est disponible !!      05/11/2011 : ChallengeVD: Winter quiz 2011-2012      06/10/2011 : Ze Show 111 en ligne !      28/09/2011 : Ze Show !! n°110 en ligne !!      23/09/2011 : Ze Show !! n°109 disponible !!!     




Les français en NASCAR.

 

Voici la petite histoire des quatre pilotes français qui ont participé un jour à une épreuve de la NASCAR Sprint Cup Series, de la Camping World Truck ou encore de la Canadian Tire Series. Il est aussi fait mention d’un cinquième pilote qui finalement n’a pas pu participer et il est rendu un bel hommage à un homme qui même s’il n’est pas pilote est un personnage présent en NASCAR depuis 1991.

 dd

Joe Schlesser (né le 18 mai 1928 à Neuilly-sur-Seine et mort tragiquement le 7 juillet 1968).

 Il est aimablement invité par Bill France Sr, qui est à la fois intrigué et admiratif de ce pilote, à venir s’essayer à la NASCAR Grand National.

Le 1er février il prend l’avion destination Daytona. Il va piloter une Ford Galaxie #77 « Courtesy Ford » engagée par Bondy Long.

Pour l’occasion il sera le coéquipier de Ned Jarrett (vice champion en 1964) qui lui porte le #11.

En qualification il réussit l’exploit de signer le 16ème chrono absolu sur 46 pilotes. Cela commence bien.

Lors de sa manche qualificative, la Daytona 500 Qualifier #2, il s’élance donc en 8ème position (ce sont les pilotes ayant signé un temps pair en qualif) et il va terminer 9ème à un tour du vainqueur, mais juste devant un certain Dan Gurney venant lui aussi de la monoplace, mais bien plus expérimenté en NASCAR. Une course menée tambour battant et sans drapeaux jaunes.

Pour les Daytona 500 il partira donc de la 18ème position et estime avoir ses chances de l’emporter. Ce sera plus difficile que prévu pour lui. Moins rapide que les stars de la discipline, il va mener sa course prudemment après avoir connu un contact musclé avec Buddy Baker en début de course, et finalement terminer 13ème à 8 tours du vainqueur Richard Petty.

Au vu de sa performance il est fort bien accueilli dans le monde très sélectif de la NASCAR et même Tiny Lund lui propose de devenir son coéquipier chez Graham Shaw, estimant qu’il a de l’avenir dans la discipline.

Il hésite et en discutera longuement avec son épouse Annie de retour à leur hôtel. Les raisons évoquées sont le fait qu’ils ne parlent pas l’anglais et que leur famille et amis vivent en France sans compter qu’il a déjà des engagements en monoplace.

Malgré la possibilité de gagner beaucoup d’argent et de gloire aux USA Joe Schlesser va décliner l’offre et s’en retourner sur le vieux continent. C’est vraiment dommage car il avait démontré un réel talent.

gg 

Joe Schlesser va impressionner les pilotes de NASCAR par son adaptation et sa gentillesse.

 

gg 

Claude Ballot-Lena (né le 4 août 1936 à Paris et décédé le 9 novembre 1999) est un touche à tout dans le sport automobile. Il a déjà quasiment tout fait dans sa carrière sauf une chose et non des moindres, de la NASCAR. Il ne rêve pas d’y faire carrière mais d’y faire quelques courses sur les pistes les plus rapides du monde.

Pour cela il va se concocter un mini programme pour l’année 1978, comprenant les courses à Daytona et Talladega soit 4 épreuves.

Il parvient à signer un accord avec le propriétaire et ancien pilote G.C. Spencer qui engage une Dodge sous la bannière de l’écurie JMS Racing (Jean Marc Smadja) avec qui il vient de disputer les 24h de Daytona. Il n’a pas suffisament de budget personnel mais Spencer parvient à lui dénicher des sponsors locaux. 

Le voilà arrivé à Daytona en vue des 500 miles. Aux essais sa voiture, la Dodge Magnum #49 « JMS » ne se révèle pas très compétitive comme c’est souvent le cas pour les voitures de G.C. Spencer. Néanmoins il signe le 36ème temps en qualification sur 59 pilotes en 181.786 mph ce qui est loin des 187.536 du poleman Cale Yarborough.

Il participe à sa course qualificative avec le secret espoir de se qualifier ce qui sera dur. Mais il va accomplir sa mission en terminant 17ème à un tour du vainqueur.

C’est en 35ème position qu’il s’élance pour les Daytona 500, et il va faire une prestation anonyme, mais qui au final est plutôt encourageante car il est classé 22ème sur 41 pilotes. Certes il termine à 10 tours du vainqueur. Il n’est pas content de sa performance car il estime avoir perdu bêtement 2 tours. La première fois il rentre aux stands, et à ce moment là le yellow tombe, et la deuxième fois il crève un pneu et ravitaille, juste avant un nouveau yellow…

On le retrouve à Talladega où avec le soutien de « Lasy & Son Auction » il se qualifie 25ème et termine 18ème à 11 tours du vainqueur. Il n’est pas rapide mais au moins il termine les courses.

De retour en juillet à Daytona avec le même sponsor il se qualifie 27ème mais doit pour la première fois abandonner sur surchauffe de son huile moteur. Il se classe 35ème sur 40.

Enfin le 6 août il revient à Talladega avec comme sponsor « JMS », mais si la qualification est réussie (16ème temps) il doit encore de nouveau abandonner sur casse moteur cette fois-ci et sera classé 37ème.

En 1979 il aurait bien aimé remettre cela mais il n’a pas le budget pour.

Finalement G.C. Spencer parvient à trouver un accord avec « JMS » au dernier moment pour les Daytona 500. Il va donc piloter la nouvelle Oldsmobile #6 de G.C. Spencer. La voiture n’est guère rapide et il signe le 50ème chrono en qualification sur 59 engagés.

Dans sa manche qualificative il parvient à terminer 16ème à un tour du vainqueur. Mais ce n’est pas suffisant en raison du nouveau système d’éligibilité, et il n’est pas retenu pour les 500 miles.

Il va réussir à trouver le budget pour piloter l’Oldsmobile #6 à Atlanta. Ce n’est pas un superspeedway mais cela reste un ovale utlra rapide.

35ème en qualification il abandonne suite à un crash au 168ème tour (classé 27ème) dont il se remettra mais d’après lui en gardera quelques petites séquelles. Il expliquera que lors du choc initial à près de 300 km/h contre le mur extérieur suite à une crevaison, son harnais de sécurité s’est détendu, et lorsque la voiture a rebondit pour de nouveau percuter le mur là le choc fut très douloureux (blessé à la cage thoracique) et il en perdit connaissance. Non qualifié à Talladega, il terminera sa carrière en NASCAR à Daytona le 4 juillet quand il pilote de nouveau l’Oldsmobile avec son « fidèle » sponsor « Lady & Son Auction ». Qualifié 31ème il terminera à la même place suite à une nouvelle casse moteur.

Sa courte carrière en NASCAR (6 courses tout de même auxquelles il faut rajouter ses deux courses qualificatives hors championnat et sa DNQ) prend fin et il retourne en Europe.

gg  

Une façon inhabituelle pour Claude d’entrer dans une voiture de course.

gg  

Les débuts à Daytona. (#49)

dd 

 

Talladega en 1978.

gg  

De nouveau à Daytona en 1978.

gg  

Claude Ballot-Lena à Daytona en 1979.

 

gg 

Olivier Beretta (né le 23 novembre 1969 à Monte Carlo, Monaco) est monégasque mais possède une licence française de sport automobile.

Il va faire une course en Camping World Truck Series (à l’époque Craftsman Truck Series) en 1999 sur le circuit routier de Topeka au Kansas.

A l’époque il est pilote officielle pour le compte de Dodge sur les fameuses Viper en GT. C’est donc suite à l’invitation de la marque qu’il va faire sa seule apparition en NASCAR sur un routier bien sur. Il pilote le Dodge Ram #4 engagé par Bobby Hamilton Sr (écurie BHR) et sponsorisé par « Mopar / Dana Corporation ». A l’époque l’écurie BHR débutait à peine et était loin de figurer parmi les favoris.

En qualification il réalise le 10ème temps sur les 36 engagés. Il y aura deux non qualifiés. Il n’est qu’à 1,623 sec du poleman et spécialiste des circuits routier Boris Said.

En course il sera retardé par quelques petits ennuis mécaniques. Il sera finalement classé 17ème et dans le tour du vainqueur Mike Bliss. Et dire qu’à un moment il a même occupé la 2ème place de la course derrière le vainqueur. Cette course restera sans lendemain.

ff 

Olivier Beretta en 2ème position derrière Mike Bliss le futur vainqueur.

gg  

Pour vous donner une idée de la décoration de Beretta voici cette photo couleur de Bobby Hamilton Sr en 1999.

 

gg 

Michel Disdier (né le 10 février 1974 à Nice). Il a participé à une course en Canadian Tire Series à Montréal sur le circuit Gilles Villeneuve en 2007. En fait une bonne blague d’un gars friqué. En faisant le minimum d’essai lors de la séance libre, dont un mémorable sitting dans l’épingle…, sur une voiture (Chevrolet Monte-Carlo #46) louée chez Richard Duvirage Jr dont l’écurie Trident Racing avait décidé de tenter l’expérience dans cette série. Il allait faire le 29ème chrono en qualification sur 31 pilotes mais encore faut-il noter que les deux derniers n’avaient pas enregistrés de chronos. De plus il naviguait à 54 secondes du poleman !!!!! En course il allait se retirer au bout de 2 tours sur problème moteur et être classé 29ème sur 31 mais les deux derniers n’avaient même pas fait le moindre tour dont son coéquipier et propriétaire. Une bonne blague qui n’aura sans lendemain bien évidemment.

A sa décharge, cette écurie n'avait pas sa place dans cette série et le matériel était pourri ce qui ne l'a absolument pas aidé. Depuis il a roulé deux saisons partielles pour une autre association, l'ARCA, dans la division 1 l'ARCA/ReMax en 2008 et 2009 sans résultat, avec un matériel de seconde zone il est vrai, mais avec le mérite d'avoir roulé jusqu'au bout de ses courses. Depuis il tente de réunir le budget pour essayer d'intégrer les rangs de la Camping World Truck Series en NASCAR.

ff 

 Michel Disdier en action… ou plutôt en stand-by…

 

ff 

Une note sur Erik Comas (né le 28 septembre 1963 à Romans-sur-Isère) qui en 1999 aurait du courir à Sonoma en Sprint Cup pour le compte de l’écurie de Junie Donlavey, le Donlavey Racing, sur une Ford Taurus #90. Cette voiture avait été préparée par la structure de Butch Mock Motorsports mais le projet tomba à l’eau quelques jours avant la course en raison du manque d’argent. Cette année là Comas pilotait en GT pour le compte de Nissan.

gg 

La Ford qu’Erik Comas aurait du piloter.

 

ff

Wilfried (Willy) Boucenna est un jeune français (né le 26 octobre 1991 à Saint Gervais La Forêt et vit à Chamarande (91)) surrnommé Wilfried « The Kid » Boucenna et qui à 17 ans va remporter la 1ère édition de la série française inspirée de la NASCAR Canadian Tire Series mais non reconnue officiellement par la NASCAR, les RaceCars Series pour le compte de LD Racing. Il concourrait en catégorie Open c'est-à-dire chez les amateurs, à l’opposé du classement Elite opposant des professionnels. Cela dit il s’agissait des mêmes voitures. Il remporta le titre Open mais aussi le titre au général grâce à sa constance aux avants postes avec 103,5 points face aux 92 du pro Lucas Lasserre. Comme récompense suprême pour le titre de champion il y avait la promesse par l’organisateur, Jérôme Galpin, d’offrir une course en NASCAR. Finalement ce sera une course hors championnat, le Toyota All-Star Showdown à Irwindale (29-30 janvier 2010) en Californie qui sera proposé à Boucenna. Une chance unique de concourir contre les meilleurs pilotes des séries régionales de la K&N Pro Series East et West mais aussi contre quelques pilotes provenant d’autres championnats NASCAR comme la Canadian Tire ou les Whelen Modified.

C’est l’écurie Fadden Racing qui l’accueille pour l’occasion en engageant une seconde voiture, la Chevrolet #91 comme son numéro en RaceCars. Il aura pour équipier la star de la Sprint Cup Joey Logano, futur vainqueur de l’épreuve. Pour Boucenna c’est une découverte, une voiture puissante mais surtout le pilotage sur ovale. En l’occurrence un demi mile avec un banking  modéré. Il aura dur en essai libre, faute de roulage mais cela dit il apprend vite et pour une première expérience c’est encourageant. Il améliore progressivement ses chronos. La qualification sera très difficile car cet exercice particulier demande de savoir se mettre en action directement sur deux tours. Par manque d’expérience il ne parvient pas à tirer la quintessence de sa monture et doit se contenter du 39ème chrono sur 45 pilotes. Non qualifié d’office pour l’évènement il devra passer par la course « Last Chance Open » pour tenter de gagner sa place sur la grille de départ du All-Star. Il faut pour cela sur les 11 recalés en qualification terminer la course sprint de 50 tours parmi les 6 premiers. Pas de chance pour Willy car même s’il ne démérite pas au vu de sa prestation il ne sera jamais en mesure de se battre pour gagner sa place. Pourtant il roulait dans le rythme mais il lui fallait quelques tours pour trouver le bon rythme. Lors du restart à 19 tours de la fin suite à un accident devant lui, il se loupe et terminera finalement 8ème. S’en est terminé de son aventure en NASCAR. Il a démontré un réel talent, une forte capacité d’adaptation. Son manque de maîtrise de l’anglais pourrait s’avérer un obstacle à une carrière aux USA. Cela dit son créneau c’est plus le circuit routier et de plus vu son jeune âge il aura encore la possibilité de retenter sa chance dans le futur. Et pourquoi pas envisager une course en East ou en West sur un routier pour se faire un nom avant de retourner sur un ovale ?

dd

La Chevrolet de Willy en janvier à Irwindale.

dd

La voiture de Willy en RaceCars Series en 2009, châssis et carrosserie inspirés de la NCATS (pour vous donner une idée de ce type de voiture roulant en France).

 

XXXX

Claude Gou

Claude Gou est un pilote né à Neuilly en France (date ??) ayant fait une carrière en sport automobile en Amérique du Nord et principalement au Canada où il é résidé dans la province de Québec durant une bonne partie de sa vie (Dorval, St. Laurent, Montréal,…). Il a connu une carrière discrète en course auto roulant en Formule Ford 1600 Canada en 1980 par exemple, il a piloté en 1983 une Lola T333 en SCCA-CanAm sans résultat hormis un gros crash à Lime Rock. Il a aussi piloté en Porsche 944 cup Rothmans en 1986 et en 1988 il a terminé 8ème au classement général. Il a piloté en FAO production au Canada sur Datsun,…

Mais ce qui nous intéresse est sa participation dans la série NASCAR, aujourd’hui défunte, du North Tour en 1981 (2 courses) et en 1983 (1 course).

En 1981, le championnat porte le nom de Molson Tour du nom de son commanditaire principal, il pilota une Chevrolet Nova #66 de l’écurie Zeke’s Automotive sur le Sanair Superspeedway, 4ème course de la saison sur un short track de 0.333 mile situé à St. Pie au Québec, où qualifié 26ème sur 30 il termina à la 16ème place en ayant parcouru 219 des 225 tours et touchera la somme de $300.  Il roula de nouveau avec la même voiture sur l’Autodrome Val Belair dans la ville éponyme au Québec. C’était aussi un short track de 0.333 mile (qualifié 21ème sur 22) où il se crasha au 71ème tour (sur 100) et sera classé 19ème et empochera $250.

On le retrouva en 1983 dans le même championnat désormais dénommé Stroh’s Tour, le 17 septembre, sur le Dover International Speedway, le superbe et difficile ovale en béton de 1 mile de long. Qualifié 21ème sur 31 il devra renoncer au 41ème tour suite à un accident et sera classé 27ème. Pour l’occasion il pilotait une Pontiac Ventura « Honest Ed’s Auto » arborant le #66 comme en 1981. Il toucha la somme de $580. Une belle somme pour une si mauvaise position dans cette petite division. Mais il faut dire que la série se produisait en ouverture de la course de Sprint Cup ! Cela restera sa dernière apparition en NASCAR.

dd

Claude Gou en 1981

ee

Autre vue de sa voiture en 1981 mais en couleur cette fois.

Pas de photo de 1983

 

ee

Lucas Lasserre est un pilote français né le 9 mars 1978 en France et résidant à Pau. Son palmarès fait état d’un titre de champion de France BMX en 1986, d’un titre de champion de France de Formule Renault en 1999 et d’un de vice-champion d’Espagne de Formule 3 en 2002. Il est aussi en 2009 et 2010 le champion de la catégorie Elite en RACECAR. Il a notamment roulé au 24h du Mans en 2003 sur un prototype Norma.

Champion sortant de la campagne 2010 de la RACECAR Euro Series dans la cétégorie Elite avec 3 victoires, Lucas, pilote et propriétaire de son écurie EffiTIC Carré Sport  reçoit son cadeau, à savoir une inscription à la course exhibition du Toyota All Star Showdown sur l’ovale d’Irwindale. Wilfried Boucenna l’an passé avait été le premier lauréat de ce championnat à traverser l’Atlantique. Mais entre un Boucenna manquant terriblement d’expérience et Lasserre qui a déjà une longue carrière hétéroclite en sport automobile, la situation ne sera pas la même. C’est de nouveau chez Fadden Racing, écurie au péssé glorieux créé par Stub Fadden et aujourd’hui dirigée par Mike Olsen que la voiture est préparée. En fait il s’agit de la même Chevrolet que l’an passé remise en état. Il aura Harry Norcross comme crew chief et portera le #81. Après une première séance d’essai libre, très studieuse, où il se familiarise avec la Chevrolet, et qu’il boucle à la 35ème place sur les 41 pilotes ayant participé (sur 46). Il entame l’Happy Hour avec plus d’assurance et améliore son chrono de 2 dixième, le faisant grimper à la 29ème place sur 44 (2 pilotes n’ont pas roulé). Il doit maintenant s’assurer une place en en qualification. Un exercice particulier surtout pour un novice avec des pneus froids. Lucas s’en sort pas mal en obtenant le 40ème chrono sur 46. Il a roulé plus vite qu’en essais libres. Cela dit ce n’est pas suffisant et il doit avec 11 autres pilotes passer par la course de qualification pour obtenir son ticket d’entrée dans l’épreuve principale. C’est à cette étape du Last Chance Open, une course de 50 tours, que Boucenna avait été éliminé l’an passé. Pour passer à l’étape ultime il faut terminer parmi les 6 premiers. S’élançant 6ème Lucas a pour mission d’au moins s’y maintenir. Il fera mieux en gagnant une position pour s’emparer de la 5ème place et se voir propulser sous les étoiles. Pourtant il était virtuellement éliminé en 7ème position au 25ème tour. Il dépasse Carlos Viera au 36ème tour pour reprendre sa 6ème place initiale. Puis intervint à 5 tours de la fin l’unique drapeau jaune. Il va falloir tenir le coup. Le restart est donné au 49ème tour et Lucas s’en sort tellement bien qu’il gagne une place sur le jeune Cole Cabrera, tout aussi inexpérimenté sur ce type de voiture que Lucas. Les médias commencent à s’intéresser au frenchie. Bonne bouille, sympathique et maîtrisant bien mieux l’anglais que Boucenna, il s’attire l’admiration des spectateurs car avec une expérience de l’ovale égale à zéro le jour avant il a su s’adapter rapidement.

Pour la course All Star, il s’élance 39ème et malgré une voiture bien endommagée à la fin des 225 tours, ayant été victime de plusieurs accidents il se classe à une honorable 15ème place finale, dans le tour du leader. Ils ne sont que 23 sur 40 à avoir terminé cette course très disputée pour ne pas dire sauvage ! Il a reçu par deux fois le Lucky dog, a fait de beaux dépassements, a su rester concentrer malgré les poussettes, … bref une course rondement menée qui l’a même vu pointer son nez à l’entrée du top10 à 5 tours de l’arrivée.

Le français à tout fait à la perfection.

ee

Lucas pose fièrement devant la Chevrolet #81 aux couleurs de la RACECAR.

 

fg 

Philippe Lopez (né le 28 janvier 1963 à Verdun), certes il n’est pas pilote mais il tient un rôle important en NASCAR et ce depuis 1991. En effet née d’une mère française et d’un père américain (d’origine mexicaine) officier à l’U.S. Army il s’en ira faire ses études aux USA à l’université A&M du Texas pour obtenir le diplôme d’ingénieur en mécanique (3 ans d’études). Passionné de sport automobile il parvient à se faire engager par le pilote Stanley Smith en 1991 comme mécanicien quand ce dernier décide de créer sa propre écurie en vue de concourir en Winston Cup. Homme à tout faire il va très vite monter les échelons dans cette petite écurie et va en 1992 passé car chief et même devenir crew chief en 1993 (1 seule qualification sur 7 tentatives pour Stanley Smithh).

En 1994 il va passer par AG Dillard Motorsports en tant que car chief, l’écurie de Alan Dillard Jr qui vient de monter en Cup avec Ward Burton en vue d’obtenir le titre de rookie. L’année suivante il occupe le rôle de crew chief. Un poste qu’il ne quittera plus jusqu’à aujourd’hui (à l’exception des saisons 2007 et 2008, voir plus bas). Cette année en 2012 il occupe de nouveau le poste de crew chief en Nationwide pour la Richard Petty Motorsports.

Sa carrière en NASCAR Sprint Cup:

1991: Smith Racing #49 Stanley Smith (pilote et propriétaire): mécanien

1992: Smith Racing #49 Stanley Smith (pilote et propriétaire): car chief

1993: Smith Racing #49 Stanley Smith (pilote et propriétaire): crew chief

1994: AG Dillard Motorsports #31 Ward Burton (pilote), Alan Dillard Jr (propriétaire)

1995: AG Dillard Motorsports #31 Ward Burton, Gary Bradberry, Jimmy Hensley, Greg Sacks (pilotes), Alan Dillard Jr (propriétaire): Crew chief

1996: Stavola Brothers Racing #8 Hut Stricklin (pilote), Bill et Mickey Stavola (propriétaires): crew chief.

1997: Dale Earnhardt Incorporated #14 Steve Park (pilote) 4 courses et 4 DNQs, Dale et Theresa Earnhardt (propriétaires): crew chief

1998: Dale Earnhardt Incorporated #1 Steve Park, Darrell Waltrip, Ron Hornaday Jr (1 DNQ) (pilotes), Dale et Theresa Earnhardt (propriétaires): crew chief

1999: Dale Earnhardt Incorporated #1 Steve Park (pilote), Dale et Theresa Earnhardt (propriétaires): crew chief les 10 premières courses car le lundi suivant la course de Fontana il démissionne.

1999 : Carter Racing #66 Darrell Waltrip (pilote), Travis Carter (propriétaire). A partir de la course n°12 à Charlotte jusqu’à la course n°28 à Martinsville.

2000:  Larry Hedrick Motorsports #41 Rick Mast (5 courses et 1 dnq), Larry Hedrick (Propriétaire), quitte le team après la course de Bristol (n°6).

2000 : A.J. Foyt Enterprises (Conseco Racing) #14 Rick Mast, Gary Bradberry (pilotes), A.J. Foyt (propriétaire): crew chief à partir du 25 avril, 1ère course à Fontana (n°10).

2001 : A.J. Foyt Enterprises (Conseco Racing) #14 Ron Hornaday, Jr. (pilote) les 7 premières courses, A.J. Foyt (propriétaire).

2001: Bill Davis Racing #93 Dave Blaney (pilote) course n°33 à 36, Bill Davis (propriétaire): crew chief

2002: Bill Davis Racing #23 Hut Stricklin, Tom Hubert, Scott Wimmer, Kenny Wallace, Geoffrey Bodine (pilotes), Bill Davis (propriétaire): crew chief

2003: Bill Davis Racing #23 Kenny Wallace (pilote), Bill Davis (propriétaire): crew chief

2004: Bill Davis Racing #23  Tony Raines (pilote) course n°21 et Shane Hmiel (pilote) course n°26, Bill Davis (propriétaire): crew chief

2004: Joe Gibbs Racing #11 Ricky Craven (pilote) course n°29, Joe Gibbs (propriétaire): crew chief

2005: Richard Childress Racing #07 Dave Blaney (pilote), Richard Childress (propriétaire): crew chief jusqu’à Watkins Glen puis est licencié. Il y aurait du y avoir Paul Tracy au Michigan mais finalement RCR décidera de ne pas l’engager ne l’estimant pas prêt à rouler en Cup.

2006: Hall Of Fame Racing #96 Terry Labonte, Tony Raines (pilotes), Troy Aikman, Roger Staubach, Bill Saunders (propriétaires): crew chief jusqu’à Talladega (en octobre) puis devient Team director.

2007: Hall Of Fame Racing #96 Tony Raines, Ron Fellows (pilotes), Troy Aikman, Roger Staubach, Bill Saunders (propriétaires): Team director

2008: Hall Of Fame Racing #96 J.J. Yeley, Ken Schrader, P.J. Jones, Brad Coleman, Joey Logano (pilotes), Jeff Moorad, Tom Garfinkel (propriétaires): Team director

2009: NEMCO Motorsports #87 Joe Nemechek et Scott Speed (2 courses) (pilote et propriétaire): crew chief

2010: NEMCO Motorsports #87 Joe Nemechek (pilote et propriétaire): crew chief

2011 : NEMCO Motorsports #87 Joe Nemechek (pilote et propriétaire) les 17 premières courses: crew chief

2011: Tommy Baldwin Racing #36 dès Pocono course n°21 Dave Blaney et Geoffrey Bodine (pilotes), Tommy Baldwin, Jr. (Propriétaire): crew chief

 

Sa carrière en Nationwide:

2009: NEMCO Motorsports #87 Kevin Conway et Joe Nemechek (pilote et propriétaire): Crew chief.

2012: Richard Petty Motorsports #43 Michael Annett (pilote) et Sandra Turner (propriétaire par échange de points top30): crew chief

©gg 2009-2012 

Connexion
Se connecter :
Pseudo :
Mot de passe :


Prochaines courses