07/12/2011 : Ze Show !! n°35 est disponible !!      05/11/2011 : ChallengeVD: Winter quiz 2011-2012      06/10/2011 : Ze Show 111 en ligne !      28/09/2011 : Ze Show !! n°110 en ligne !!      23/09/2011 : Ze Show !! n°109 disponible !!!     




gh

Un peu d’histoire (n°16): L’histoire du tire bouchon.

Le tire bouchon ou corkscrew c’est le nom du plus célèbre virage du nom moins célèbre circuit de Laguna Seca Raceway situé à Monterey en Californie. Non loin de l’océan d’où ce sable que l’on voit partout aux abords de la piste.

La NASCAR s’y est produite à 8 reprises entre 1973 et 2001 avec la Camping World West Series. Il n’est point question ici de conter l’histoire de ce circuit mais bien de s’attarder sur les courses de la West. Comment pouvait bien ce comporter des voitures de plus d’une tonne et demi sur cette piste vallonnée et surtout comment s’en sortaient-elles dans le fameux « Corkscrew » ?

C’est en 1973, le 26 août, que Lagnua Seca est mis au calendrier de la Winston West Series à l’époque. Le circuit développait à ce moment là une longueur de 1.900 miles soit 3,057 km. La course, les « Tuborg Classic », fera 150 miles et 55 pilotes s’y engagent lors qu’il n’y aura que 30 places sur la grille de départ.

La pole position est signée par Hershel McGriff sur sa Plymouth en 73,864 sec à 92.602 mph de moyenne soit 148,997 km/h alors qu’il y a 2 virages qui se passent en 1ère vitesse à une cinquantaine de miles à peine !

McGriff déclara à propos du corkscrew que la compression en haut de la montée, puis la descente en aveugle décompressant totalement les suspensions lui procurait une sensation de voler avec sa voiture. De plus grâce à leurs suspensions à ressort les voitures de la NASCAR s’en sortaient mieux que les monoplaces avec leurs triangles les rendant beaucoup plus raide dans le pif-paf (gauche-droite) de ce véritable tire bouchon ! Ces dernières devant aborder le virage avec plus de prudence pour ne pas décoller et abîmer leurs châssis.

La course sera précédée par une petite épreuve de consolation hors championnat histoire de faire monter l’adrénaline des 16800 spectateurs ! Une course de 20 tours avec tous les non qualifiés et qui est remportée par Norm Palmer sur sa Plymouth 1969.

La « vraie » course va être très disputée entre Hershel McGriff et Chuck Bown sur sa Dodge au début puis après les arrêts ravitaillements entre Bown et Sonny Easley. Mais la forte chaleur va avoir raison de nombreuses mécaniques. Plusieurs accidents vont émailler la course dont un tout droit de Sam Behler dans le corkscrew. Chuck Bown va abandonner sur casse de son différentiel au 72ème tour juste après avoir repris le commandement à Easley. Ce dernier va contrôler les 7 derniers tours et l’emporte devant Jack McCoy sur Dodge qui s’est débarrassé de McGriff dans le dernier tour.

En 1974 il n’y eu pas de courses pour des raisons de conflit de calendrier avec une autre discipline.

Retour en 1975 et curieusement la course ne va pas attirer autant de pilotes que deux ans auparavant. Ils ne sont que 24 à venir « déboucher » la piste !

Jimmy Insolo réalise une pole position très rapide en 95.901 mph (154,305 km/h) en 71,324 secondes. Quel bon en avant ! La distance de la course, les Monterey Triple Crown, est plus courte de 50 miles. 53 tours à faire contre 79. Cela dit pour Insolo il y en aura 9 de trop… Il mène les 44 premiers mais au moment de son ravitaillement il perd du temps avec le changement d’une roue. Chuck Whal en profite pour passer et s’en va gagner la course.

En 1976 ils sont 26 à tenter de remporter les Winston Monterey 100. Gary Johnson fait la pole et remporte une victoire facile sur sa Chevrolet Laguna. Cela tombe bien ! Il ne laissera que 5 tours en tête sur les 53 que comptait la course à Chuck Bown lors de son ravitaillement. Le fait marquant de la course est sans contexte le tonneau réalisé par Steve Pfeifer, bien aidé par la poussette de Gary Beecroft, dans un virage très célèbre dont je vous laisse deviner le nom !

En 1977 ils sont 30 au départ des Winston Monterey 100. Gary Johnson réalise sa 2ème pole consécutive et on s’imagine déjà revivre son long cavalier seul de l’année précédente. Et bien non ! Il ne mènera même pas le moindre tour dépassé par Chuck Bown dès le baisser du drapeau vert. Bown qui décide de ravitailler tôt au 16ème tour laissant à Hershel McGriff l’intérim en tête ce tout là le temps de reprendre son bien le tour suivant lors de l’arrêt de ce dernier. Chuck Bown est sur une autre planète jusqu’à son retour très brutal à la dure réalité terrestre. Son moteur casse alors qu’il semblait se diriger vers la victoire. Bill Schmitt n’en demandait pas tant et récupère la 1ère position. Cette victoire associée à deux autres durant la saison contribuant à l’obtention de son premier titre de champion en fin d’année.

 

fg 

En 1977 dans le dernier virage John Hamson #22 (Chevrolet Monte-Carlo) précède Summer McKnight #82 (Chevrolet Laguna) qui va bientôt abandonner et Ernie Stierly #41 (Chevrolet Laguna)

Pas de course en 1978 et 1979 mais pour son retour à Monterey en 1980 la West Series ne vient pas les mains vides. En effet deux guest stars sont présentes sur la liste des engagés. Bobby Allison et Richard Petty ! De quoi attirer du monde dans les tribunes. Le règlement technique de la Winston West et de la Winston Cup (actuelle Sprint Cup) étant identique il était facile à l’époque pour les pilotes de faire de piges dans l’une ou l’autre catégorie. Petty ne signe que le 2ème temps en qualification derrière Jimmy Insolo. La course est ralongée de 53 à 66 tours et se nomme les Winston Monterey 200 pour marquer la distance en kilomètre.

Insolo va devoir batailler une grande partie de la course avec Bill Schmitt mais ce dernier va abandonner au 53ème tour sur casse moteur. Insolo remporte donc la course pour la seconde fois de sa carrière. Quant à Allison il termine 7ème à 3 tours. Il faut dire que la course n’a compté qu’une seule neutralisation entre les 13 et 15ème tour. Petty roula toute la course dans le top3 jusqu’à la rupture de son circuit d’huile au 58ème tour. Il sera classé 17ème.

Notons qu’une future star de la Cup débutait cette année là. Il s’agissait d’Ernie Irvan qui malgré une bonne qualification devra abandonner sur casse de sa transmission pour sa 2ème course en carrière.

Richard Petty déclara après son expérience ici qu’il sen serait voulu toute sa vie s’il n’avait pas au moins piloter ne fut-ce qu’une fois sur ce circuit. Tant de ses amis pilotes lui parlant régulièrement de ce corkscrew.

L’année suivante, en 1981, 21 pilotes viennent tenter leur chance pour les Coca-Cola 200. Jimmy Insolo fait une nouvelle fois la pole position juste devant Bobby Allison qui est revenu car son expérience de l’année précédente lui avait laissé un goût d’inachevé. Mais la canicule en ce 28 juin va avoir raison de plus de la moitié de la meute. Ils ne seront que 9 à rallier l’arrivée et encore avec de gros écarts entre chaque « survivant ». Insolo alors en têtre casse sa pompe à eau au 5ème tour. Ensuite 4 pilotes vont se disputer le commandement. Mais alors qu’il menait la course Bill Schmitt va se faire surprendre par Roy Smith au 60ème tour et perdre la victoire. Smith l’emporte alors qu’Allison ne termine que 6ème au bord de la déshydratation.

 

fg 

En 1977 toujours mais dans le Corskrew John Hamson #22 (Chevrolet Monte-Carlo) précède Ernie Stierly #41 (Chevrolet Laguna)

La NASCAR ne mettra plus à son calendrier la course de Laguna Seca jusqu’en 2000. Le circuit a bien changé. Terminé les immenses courbes très rapides. Il est plus long et plus sinueux histoire de pouvoir accueillir les courses internationales de moto par exemple. La course se nomme les Salinas 250. La piste fait maintenant 2.238 miles (3,600 km) et Austin Cameron se montre le plus rapide des 25 pilotes présents en signant la pole à 86.911 mph de moyenne soit 139.840 km/h. Bobby Dotter l’emporte en ne menant que le dernier tour ave cl’immense avance de 28 secondes. Il profite en effet de l’accrochage entre le leader Johnny Borneman III et de Kevin Richards.

2001 marque la dernière apparition de la NASCAR West sur cette piste. Sean Woodside réalise la pole pour les NASCAR Challenge Salinas 250. C’est la pole la moins rapide de l’histoire sur ce circuit quelque soit sa configuration puisqu’elle ne fait état que de 85.729 mph (137.938 km/h). La course sera fort disputée pour la victoire et plusieurs pilotes étaient clairement candidat à la Victory Lane. C’est finalement Tavo C.T. Hellmund, un spécialiste des circuits routiers, qui l’emporte pour sa 1ère participation en carrière en West Series devant Eric Norris, le fils du célèbre acteur et maître en arts martiaux Chuck Norris. Notons qu’Hellmund est commissaire technique de la NASCAR de nos jours.

Depuis la NASCAR West n’est pas revenue à Laguna Seca et c’est bien dommage car le cadre est merveilleux et le circuit propice à la bagarre surtout dans sa configuration actuelle.

Et pourquoi la Sprint n’y viendrait pas ? Depuis l’instauration du Chase en 2004 il manque dans cette phase finale qui se veut représentative du championnat une course routière. Ce serait l’occasion. Seul hic la Californie a déjà deux circuits avec un ovale mais surtout un des deux routiers utilisé en Sprint à savoir l’Infineon Raceway à Sonoma.

gh

Connexion
Se connecter :
Pseudo :
Mot de passe :


Prochaines courses